Avertir le modérateur

29/04/2010

La Grèce... et après ?

danaïdes.jpgPas besoin d’avoir fait bac plus douze en économie pour comprendre que la crise grecque se propage à la vitesse grand V. Ce n’est pas une tempête dans un verre d’ouzo c’est une tornade financière façon Xynthia, une éruption monétaire à la mode islandaise.

La cause est parfaitement identifiée : la Grèce ne trouve plus personne ou presque pour financer des déficits publics aussi colossaux que récurrents qui devraient avoisiner 14 % de son PIB cette année.

Comme les fourmis teutonnes rechignent à déverser éternellement leurs économies dans le tonneau des Danaïdes athéniennes, il est clair que les cigales helléniques vont devoir se serrer grave la ceinture question mezzés, brochettes et retsina.

Les mêmes causes produisant généralement les mêmes effets, le Portugal, l’Espagne et peut être même l’Irlande seraient aussi dans la ligne de mire des bailleurs de fonds publics dont la philanthropie est nécessairement limitée.

 

eric-woerth-declaration-de-revenus.jpgLa question est alors de savoir si la douce France sera épargnée par l’épidémie, si notre (vraie) galette-saucisse quotidienne risque ou non de se muer en brouet bien spartiate. Pour ne rien vous cacher, « Restons Correct ! » est tout sauf optimiste sur ce sujet

Surtout depuis que nous avons lu attentivement la rubrique « A quoi servent nos impôts » sur la lettre que monsieur Woerth a eu la gentillesse, avant de refiler le mistigri budgétaire au jeune Baroin, de joindre au formulaire de déclaration pré-remplie de nos maigres revenus annuels

On y découvre en effet que les recettes fiscales escomptées par l’Etat pour l’année 2010 se montent à 270,5 milliards d’euros pour des dépenses budgétées de 419,7 milliards, soit un déficit de 149,2 milliards. Ce qui représente non seulement beaucoup d'argent mais aussi 35 % du budget.

Quand on rentre dans le détail, on voit que la « charge de la dette », c'est-à-dire le paiement des agios, coûtera 43 milliard d’euros, soit plus de 50 % des sommes dépensées au titre de l’enseignement et de la recherche et à peine moins que le produit prévisible de l’impôt prélevé sur nos misérables revenus.

Que, dans ces conditions, on trouve encore des gogos pour prêter à l’Etat à 3 % relève plus du miracle ou du mécénat financier que d’une saine analyse des risques de la part de monsieur Standard & Poor’s…

 

dsk fmi.jpgDu coup, on comprend mieux pourquoi DSK ne se bolide pas pour annoncer sa candidature en 2012. Il préfère certainement attendre que la tempête s’estompe ou que Sarko fasse le sale boulot avant de se lancer dans la compétition électorale.

On le comprend d’autant plus qu’il est probable qu’il soit amené à nous la jouer père la rigueur, d’ici peu et ès sa qualité de Chef du Service des Urgences Financières du FMI.

Comme il paraît difficile de doubler, fut-ce progressivement, les impôts et les taxes pour stabiliser la situation, il est évident qu’on ne coupera pas à une diminution drastique des dépenses publiques.

Si le plus tôt sera sans doute le mieux, il faut reconnaître que ça le ferait moyen pour porter les couleurs de la gôche unie aux prochaines présidentielles…

22/01/2010

Vivement 2012

pleurs.jpgBlogueur de droite, c’est pas une sinécure. Surtout depuis que Ségolène Royal se fait rare dans les médias. Heureusement que de temps en temps il y a Vincent Peillon pour nous fournir matière à persifler un peu ou, pour faire râler nos amis les gôchos, une divine surprise comme le retour de la droite au pouvoir au Chili.

« Restons Correct ! » n’a certes pas pour habitude de pleurnicher sur son sort. Pour autant, même nos lecteurs les plus critiques peuvent comprendre que défendre la nomination de Sarko junior à l’EPAD ou la rémunération à tiroirs d’Henri Proglio ça peut finir par vous lasser la plume, par lui émousser le mordant, par en altérer la verdeur.

C’est des trucs à vous donner envie de rendre votre tablier à cuisiner la (vraie) galette-saucisse ou à vous inciter à rejoindre le cercle des blogueurs disparus, même si les régionales devraient nous apporter prochainement quelques nouvelle et excellentes occasions de ricaner sottement.

 

dsk-16j.jpgLa bonne nouvelle, celle qui nous incite à persévérer, c’est qu’il paraît qu’en 2012 DSK a toutes les chances d’être élu président. C’est la maison IPSOS qui le suggère en indiquant dans son dernier « baromètre mensuel » que super Dominique est désormais la personnalité politique préférée de nos concitoyens, devant même ces incontournables abonnés au hit parade que sont Rama Yade et Bernard Kouchner.

Y’a plus qu’à planter des cierges là où il faut pour que ça l’fasse. La main baladeuse et à peine invisible du marché après le poignet agité à Rolex : nous sommes assurés d’avoir de quoi tenir tout le quinquennat en petits billets bien roulés du genre à faire rougir Josette et rigoler Marcel.

 

confort.jpgCar il faut le savoir : il est toujours plus confortable d’être dans l’opposition que dans la majorité…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu