Avertir le modérateur

13/06/2012

Etat de siège à La Rochelle

 

les trois mousquetaires,valérie trierweiler,galette saucisseLa Rochelle fait partie de ces villes de province dont on ne parlerait jamais si l’histoire, avec ou sans grand H, ne venait sporadiquement nous rappeler qu’elle existe. La dernière fois c’était dans les années 1620, à propos déjà d’une sombre histoire de siège. Pour faire court, il s’agissait pour Richelieu - le Cardinal pas le modèle de pompes popularisé par la maison Church’s - de mater la révolte des huguenots du coin en assiégeant la ville. On notera au passage qu’à l’époque, le nec plus ultra en matière de rébellion c’était de donner dans l’hérésie, pas de faire un bras d’honneur au Parti Socialiste. Les forces royales construisirent donc une digue pour interdire l’accès du port et mobilisèrent d’Artagnan et ses potes pour la surveiller. Ceux que le sujet intéresse peuvent consulter la page Wikipedia dédiée à cet évènement ou relire le chapitre 41 des Trois Mousquetaires. « Restons Correct ! » rappellera simplement à ceux qui ont la flemme de le faire que, après des mois de siège et n’ayant plus la moindre (vraie) galette-saucisse à se mettre sous la dent, les rebelles finirent par se rendre. Assez piteusement du reste.

les trois mousquetaires,valérie trierweiler,galette saucisseEt voilà t-y-pas que près de quatre siècles après, l’histoire se répète. A ceci près que cette fois ce n’est pas le siège de la ville qui est en jeu mais celui de député de la première circonscription de Charente Maritime. A ceci près aussi que, compte tenu de l’état des finances du royaume, le PS a renoncé à construire une digue et s’est contenté d’envoyer une certaine dame Royal - si ce n’est pas un nom prédestiné ça y ressemble… - pour ramener à la raison les hérétiques du cru. A ceci près enfin que, à notre connaissance, le duc de Buckingham refuse de se mouiller dans l’aventure, en dépit des tendres sentiments qu’il porterait à la nouvelle reine de France comme le savent déjà les lectrices de Gala et de Paris Match. Pas le moindre subside de sa part à la caisse noire du candidat dissident, même pas un p’tit tweet personnel et amical pour l’encourager. O tempora, O mores, aurait sans doute déclaré notre regretté camarade Cicéron, outré de constater que, non seulement y’a plus une tune dans les caisses de l’état mais, qu’en plus, les ducs d’aujourd’hui ont une fâcheuse tendance à nous la jouer couilles molles.

les trois mousquetaires,valérie trierweiler,galette saucisseC’est donc la méchante Valérie qui a du endosser les oripeaux de Milady la fourbe. Pas besoin de risquer des ennuis avec Manuel Valls et Christiane Taubira en volant de vulgaires diamants : aujourd’hui y’a tweeter ! C’est facile, c’est rapide et ça peut rapporter gros question buzz. En plus, c’est une excellente façon de dissuader le François de faire trop les yeux doux à la grosse Merkel. Sûr qu’il aura compris la leçon et que, désormais, il rentrera tous les soirs à l’heure à la maison. Pour surveiller à quoi joue mémère sur son smart-phone au lieu d’aller faire son intéressant dans des sommets plus ou moins internationaux où, même avec une carte de presse en règle, on ne la laisse pas entrer. On se demande bien pourquoi du reste…

L’affaire vaut bien un message personnel à nos camarades socialos : on espère que vous allez continuer à nous faire rire autant dans les cinq ans qui viennent. Merci d’avance !

04/06/2012

Législatives : conseil aux candidats

 

coiffeurs,salon de coiffure,eva joly,valérie trierweilerLe sympathique garçon coiffeur auquel je confie régulièrement le soin de me couper les tifs (comme d’habitude, les oreilles bien dégagées, merci…) est formel : François Hollande se teint les cheveux et, d’après lui, c’est pas beau. Déjà qu’il a des boutons plein la gueule et qu’il se déplume plus que Sarko… C’est ce qu’on appelle un avis d’expert, de ceux qu’il est toujours intéressant de recueillir et de prendre en compte si on a quelques ambitions politiques. On a de fait trop tendance à l’oublier : les coiffeurs, qu’ils soient pour hommes, pour dames ou pour les toutous ont ceci en commun avec les patrons de bistrot et les vendeurs de (vraie) galette-saucisse d’être des vecteurs essentiels de formation de l’opinion publique. Surtout les coiffeurs ! C’est bien normal quand on pense à la position dans laquelle ils exercent leur art : rien d’étonnant à ce qu’ils aient un accès privilégié à l’oreille de leur clientèle. C’est sur que, question proximité auditive, ils ont un net avantage sur les diseuses de bonne aventure, les vendeurs d’assurances-vie à domicile ou les moniteurs d’aquagym. Sans parler évidemment des cireurs de chaussures.

coiffeurs,salon de coiffure,eva joly,valérie trierweilerFaut-il en déduire pour autant que shampouinage et frisottage sont les deux seules mamelles du débat politique et de la propagande électorale ? Sans doute pas. Pour autant il ne faut pas nier qu’en politique comme en recherche d’emploi le look, la présentation si vous préférez, ça compte quand même un peu. Si vous ne me croyez pas, pensez plutôt à ce qui est arrivé à cette pauvre Eva Joly qui, faute de s’être trouvé un professeur de Français compétent, un coiffeur digne de ce nom et un oculiste convenable, s’est non seulement vautrée dans les profondeurs du classement à la présidentielle mais a probablement gâché aussi toutes ses chances d’être nommée un jour Haute Commissaire du Peuple à la Chasse aux Exilés Fiscaux dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Du coup, la voilà obligée de s’incruster au Parlement européen pour y subir les taquineries de Cohn-Bendit et examiner des projets de résolutions sur la réglementation de la pêche au trou hivernale dans le golfe de Finlande ou l’extinction du paupérisme en Grèce après dix heures du soir. Ce n’est pas pour être désagréable avec elle mais faut reconnaître qu’elle l’a quand même un peu cherché.

coiffeurs,salon de coiffure,eva joly,valérie trierweilerSi j’ai donc un conseil à donner aux d’jeunes et aux moins d’jeunes qui, à l’occasion des législatives, se lancent en politique, c’est de commencer par faire la tournée des salons de coiffure de leur circonscription. Inutile de vous épuiser à arpenter les marchés pour serrer la louche aux p’tits commerçants ou pour distribuer à leurs clientes des tracts qu’elles ne liront pas. Inutile également de gâcher vos soirées à organiser des réunions publiques pour haranguer trois papies désœuvrés ou venant juste de s’engueuler avec bobonne. Concentrez vous plutôt sur les échoppes des membres de l’honorable corporation des coiffeurs-visagistes et autres barbiers du coin. Ne venez surtout pas les voir les mains vides de toute proposition programmatique les concernant. Entre la prime de maquillage pour les shampouineuses et le remboursement des frais d’abonnement à l’Equipe pour les coiffeurs pour hommes, vous avez le choix. S’agissant des coiffeurs pour dames de sexe masculin, vous pouvez éventuellement aussi faire subtilement part de votre engagement en faveur du mariage gay... Vous ferez comme vous voudrez mais si, faute d’avoir suivi ce conseil, vous vous prenez une taule dès le premier tour, ça ne sera pas la peine de venir pleurnicher après dans les jupes de « Restons Correct ! ». On vous aura prévenu.

Message personnel à Valérie Trierweiler pour conclure : c’est vous qui voyez mais, changement pour changement, faudrait peut être envisager aussi celui du capilliculteur élyséen.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu