Avertir le modérateur

28/07/2009

Travail le dimanche : quand Bayrou s'époumone

larcher.jpgCe n’est pas le moindre des French paradox : il aura fallu attendre les « grandes » vacances et l’arrivée du Tour de France pour que la polémique sur le travail dominical reprenne comme un feu de forêt mal éteint. Pour une fois ce n’est pas un berger corse aviné ou un sous-off rengagé dans la Légion qui a frotté l’allumette fatale : c’est le Sénat, la Chambre Haute de la République, la docte assemblée des sages du palais du Luxembourg qui ont voté sans l’amender la proposition de loi gouvernementale visant à étendre les autorisations en la matière. C’était hélas prévisible : en choisissant comme président Gérard Larcher et sa tronche de boute-en-train pour noces et banquets de province, les sénateurs ne pouvaient que se muer plus ou moins rapidement en boutefeux sociaux…

 

code du travail.jpgEn tous cas, les choses sont désormais claires. D’un côté les méchants : les sénateur UMP et les cryptos-libéraux qui, à l’instar de « Restons Correct ! », ne perdent jamais une occasion de porter un mauvais coup à ce modèle social que la planète nous envie, sous le fallacieux prétexte en l’occurrence que la Liberté contractuelle, celle du travail et celle du commerce de la (vraie) galette-saucisse doivent primer sur les fantasmes sociétaux d’un quarteron de passéistes indécrottables. De l’autre les bons : les conservateurs de toutes obédiences, cramponnés au Code du Travail comme un imam intégriste à son Coran, qui agitent urbi et orbi leurs « valeurs » comme un torero hystérique agite sa muleta sous les naseaux essoufflés d’un taureau asthénique… Olé !

 

roland a ronceveaux.jpgEn première ligne de l’arrière-garde conservatrice : François Bayrou, l’homme de lettres bien connu, accessoirement lider maximo de ce qu’il reste du Modem. Ce n’est pas une surprise : en déroute dans les sondages (évidemment manipulés…), incapable de fédérer les derniers sarkophobes recensés, dissuadé par de récents résultats électoraux d’aller chercher des poux dans la braguette de Cohn-Bendit, il ne lui reste guère, pour retenir l’attention des médias, qu’à nous la jouer Roland à Roncevaux façon héros lâchement trahi qui s’époumone dans son cor pour appeler des secours qui arriveront trop tard. En plus c’est tout bénef vu que Roncevaux c’est la porte à côté de ses terres béarnaises. Ceci dit il faut le reconnaître : le personnage du preux chevalier victime d’une ignoble félonie ne manque pas de panache. C’est important, surtout pour l’immortel biographe d’Henri IV, autre grande figure de l’iconographie locale et inventeur historique du fameux concept politique du ralliement à un panache blanc…

 

Bidochon02.jpgReste que sur le fond, le débat entre partisans et adversaires du travail dominical est loin d’être clos et que nous serions impardonnables de clore ce billet sans y apporter notre modeste contribution. Reconnaissons le : les adversaires du dimanche ouvré n’ont pas forcément tort quand ils soulignent que, obligé de se lever tôt pour tafer le lendemain, Marcel risque d’en oublier le devoir conjugal du samedi soir, de négliger Josette ce qui ne peut qu’avoir un effet pernicieux sur la natalité d’une part, l’équilibre de la famille d’autre part…

 

éthique protestante.jpgPour le reste on peut également affirmer avec les cancres que le travail est une maladie puisqu’il existe une médecine du travail ou profiter des vacances pour lire ou relire, avec profit et à ce sujet, le célèbre essai de Max Weber sur l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. En fait, c’est vous qui voyez.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu