Avertir le modérateur

18/05/2010

Ca va faire mal !

impots.jpgLes Français n’ont pas le moral. Ben tu m’étonnes ! Depuis le temps que « Restons Correct ! » le sentait venir ça devait arriver : on nous interdit de boire l’apéro avec nos potes de chez Facebook, les Bleus vont se ridiculiser au Mondial de Foot, va peut-être falloir bosser jusqu’à des 50-55 ans et, en plus, on vient d’apprendre que les impôts allaient augmenter avant même 2012 et le retour de la gôche au pouvoir ou de ce qu’il en restera. Du pouvoir, pas de la gôche. Encore que…

C’est sur que ça va faire mal ! D’ici à ce que la consommation de Prozac supplante celle de (vraie) galette-saucisse dans nos riantes provinces, y’a pas loin et ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour le déficit de la sécu.

 

ClotildeReiss.jpgDu reste, ceux qui doutaient encore de l’inéluctable survenue de la rigueur en sont pour leurs frais. Elle a évidemment déjà commencé et, victimes de la règle inique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, les principaux services de l’Etat sont déjà durement affectés.

C’est ce que démontre clairement ce qu’il est désormais convenu d’appeler « l’Affaire Clotilde Reiss ».

Fini le temps où les services secrets français pouvaient s’offrir des agents surentraînés, protégés par le statut de la fonction publique, formés au close combat, rompus au maniement des explosifs et à la pose de webcams dans les coins les plus chauds de la planète.

Désormais, notre Grand Service Public du Renseignement National en est réduit à s’abonner aux twitts des étudiantes en stage à l’étranger ou à la newsletter de leur blog sur 20Minutes.fr.

 

déjeuner des canotiers.jpgMais, sachez-le, le pire est à venir. On vient par exemple d’apprendre qu’une société américaine s’apprêtait à forer des puits de pétrole à grande profondeur sous le bassin parisien dans le but d’enrichir encore plus les multinationales du secteur.

C’est d’autant plus préoccupant qu’aucune garantie n’a été à cette heure apportée aux pêcheurs à la ligne de la région qui risquent bien, à l’instar de leurs collègues louisianais d’être privés de poiscailles à la première fuite occasionnée par la maximisation du profit à court terme.

Manquerait plus que les bords de Marne prennent des allures de golfe du Mexique pour que la cata soit complète, pour que le p’tit vin blanc prenne un sale goût sous les tonnelles, pour que le Déjeuners de Canotiers vire à la malbouffe façon mondialisation ultralibérale.

11/05/2010

Ne dites pas à ma mère...

euro.jpgNe dites pas à ma mère que c’est la rigueur, elle croit que l’euro et sa retraite sont sauvés… Il y a des mots, des phrases, des expressions qu’il vaut mieux éviter d'écrire ou de prononcer si on tient à conserver ses géniteurs en vie, au moins jusqu’à la prochaine canicule, laquelle n’est à l’évidence pas prévue pour demain.

On appelle ça des tabous. N’importe quel enseignant-chercheur en anthropologie sociale vous le confirmera : même dans nos sociétés postindustrielles, on ne rigole pas avec les tabous sauf à prendre le risque d’être exclu de la tribu, de voir l’audience de son blog partir en fumée comme un vulgaire volcan islandais ou, pire, d’être privé de (vraie) galette-saucisse jusqu’à la fin de sa désormais pitoyable existence.

 

munch_the-financial_scream.jpgC’est pourquoi, « Restons Correct ! » a le plaisir d’annoncer aujourd’hui à ses derniers lecteurs que, contrairement au réchauffement climatique, la rigueur ce n’est pas pour demain. Pas question de désespérer les lecteurs de 20Minutes.fr ou les maisons de retraite. Il s’agit simplement d’un ajustement des mesures exceptionnelles prises pour faire face à la crise dans la perspective, imminente comme chacun peut d’ores et déjà le constater, d’une reprise fulgurante de notre sacro-sainte économie sociale et administrée.

Evidemment aussi, comme ces enfoirés de Chinois qui doivent être les derniers au monde à n’avoir pas encore vu leurs caisses se vider comme un quelconque puits de pétrole américain dans le golfe du Mexique refusent de contribuer, va falloir que tout le monde s’y mette.

Josette, Marcel, les d’jeunes, les vieux, les nouveaux pauvres et même les anciens riches : tout le monde va devoir payer, quitter l’abri douillet de sa p’tite niche fiscale, rogner un chouïa sur ses avantages acquis au prix d’homériques et anciennes luttes sociales, bref se serrer un cran de plus, mais provisoirement, la ceinture pour sauver notre grandissime modèle social et notre illustrissime Pacte Républicain.

 

Sapeur4.jpgParaitrait même qu’on pourrait demander aux retraités de cotiser pour leurs retraites, ce qui montre que non seulement tout le monde serait mis à contribution mais qu’en plus l’imagination technocratique est bel et bien au pouvoir.

Cela rappellera aux plus fins lettrés la désolante aventure du Sapeur Camember qui, chargé par le sergent Bitur d’enterrer les déchets ménagers du colonel dans la cour de la caserne, ne sait pas quoi faire de la terre du trou qu’il a creusé à cet effet sauf, comme le segent le lui ordonne, à creuser un second trou pour y enterrer la terre du premier…

Cette crise, nous dit-on ici ou là, marquerait la défaite du politique sur les forces obscures de la finance et de l’économie mondialisées. Franchement, si c’est bien le cas, c’est plutôt une bonne nouvelle car, au rythme où le politique creuse des trous dans la cour de notre caserne nationale, restera bientôt plus de place pour y planter nos choux.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu