Avertir le modérateur

25/06/2008

Salauds de riches !

415543542.jpgEn France, c’est bien connu, on n’aime pas les riches. Allez comprendre : On aime encore moins ceux qui se barrent que ceux qui restent. Pourtant, ceux qui se barrent ont au moins le mérite de ne pas exposer leur prospérité obscène au nez et à la barbe de leurs pauvres concitoyens. Pas comme ces salauds de riches résidents qui, non contents d’habiter des quartiers aux écoles desquels ils peuvent encore inscrire leurs mômes en espérant qu’avec un peu de chance et beaucoup de travail ils y apprendront à lire, à écrire et à compter, étalent sans vergogne leur bling-blingisme insolent en s’offrant, parfois et ostensiblement, une deuxième tournée de (vraie) galette-saucisse.

1902473503.jpgAvouons-le, au pays de Descartes c’est quelque peu paradoxal. Remarquez, question paradoxe, y’a pire : On n’aime pas trop les immigrés (ça c’est un euphémisme) mais on déteste carrément les Français qui choisissent de s’expatrier surtout s’ils sont, même un peu, riches. Cogito ergo sum, écrivait notre grand philosophe national. A force de ne pas cogiter, on en connaît des qui vont finir par ne plus être du tout…

Nos lecteurs le savent : chez « Restons Correct ! » on n’est pas intelligent. C’est bien pour ça qu’on n’est pas de gôche. Par contre, comme on n’est pas de gôche, on a mauvais esprit. Donc, si nous avons renoncé depuis belle lurette à comprendre les raisons profondes de  cette haine viscérale de la réussite individuelle et de sa récompense pécuniaire, nous ne nous privons pas pour autant de nous réjouir du concours de tronches navrées de nos socialistes nationaux (1) à l’annonce de l’abandon par le tenancier de l’une de leurs cantines favorites de la nationalité française pour la monégasque…

451236316.jpgSi même les marmitons étoilés s’y mettent y ‘aura bientôt plus que trois catégories de Français riches : Ceux qui se sont déjà barrés, ceux qui vont se barrer bientôt et ceux qui, par pur masochisme ou pour des raisons encore plus inavouables, demeurent encore sur place.

L’avantage évidemment est qu’à ce rythme, la question du maintien ou de l’abolition de l’ISF et du bouclier fiscal va devenir aussi anecdotique que celle de l’éventuel retour à l’appropriation collective des moyens de production.

2061795537.jpgAutre information navrante : Selon des estimations concordantes, la seule agglomération de Londres compterait à date environ 400 000 Français, jeunes et instruits pour la plupart qui, profitant lâchement de l’ouverture du tunnel sous la Manche d’une part, de celle des frontières instituée par l’Europe ultralibérale d’autre part, ont anticipé le mouvement.

Comme il est très peu probable que la majorité d’entre eux disposent d’un patrimoine supérieur à 770 000 € (2), on peut en déduire qu’il s’agit en fait d’une émigration de précaution. Ceux qui la tentent préfèrent sans doute cotiser à un fond de pension qui risque de leur assurer un revenu décent pour leurs vieux jours plutôt que de contribuer à l’hypothétique survie de notre danaïdesque système de retraite par répartition.

Sans compter évidemment tous ceux qui n’ont pas envie de se faire tabasser à coups de barres de fer sous prétexte qu’ils portent une kipa ou virer de l’école pour port d’un foulard ou d’un turban façon sikh.

Salauds de riches, salauds d’Anglais, salauds de jeunes…

 

(1) Nos lecteurs auront noté que nous avons écrit « socialistes nationaux » et non « nationaux-socialistes ».

(2) Pour l'information des pauvres : seuil d’imposition à l’ISF au 1er janvier 2008.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu