Avertir le modérateur

17/09/2010

Merci les d'jeunes !

d'jeunes.jpgC’est un cri du cœur que pousse aujourd’hui « Restons Correct ! » à l’adresse de notre belle jeunesse. Un cri anticipateur mais sincère pour celles et ceux qui vont s’échiner au travail pour payer les retraites des vieux cons de notre espèce : merci d’avance les d’jeunes, vous êtes formidables !

Car au cas où vous ne l’auriez pas compris et contrairement à ce que prétend la gôche pour une fois à peu près unanime, ce ne sont pas les « riches » qui vont payer. D’abord parce que compte tenu des besoins de financement ils ne sont pas assez riches, ensuite parce que, du train d’où vont les choses, ceux qui ne se seront pas encore barrés sous des cieux fiscalement moins infernaux seront de moins en moins riches ou, si vous préférez, de plus en plus pauvres.

 

debâcle.jpgC’est le miracle de ce système de retraite par répartition que la planète entière nous envie : plus il y a de vieux à la retraite et plus les d’jeunes sont obligés de radiner sur leur (vraie) galette-saucisse pour que les vieux puissent continuer à se remplir (ne serait-ce qu’un peu) la panse.

Si vous ajoutez au tableau l’augmentation des dépenses de santé liées à celle de l’espérance de vie, vous pouvez parier sans risque que, à l’instar de l’ensemble de nos régimes sociaux, notre système de retraites va inéluctablement virer à la déroute façon débâcle de juin 1940. Pas sur en effet que les « actifs » de demain acceptent sans moufter de travailler toujours plus pour cotiser encore plus au nom de la sacro-sainte solidarité entre les générations. Ca risque même d’être le contraire et la fuite des cerveaux, des talents et des compétences vers des cieux moins imprévoyants risque fort de succéder rapidement à celle des capitaux.

Surtout si, pour des raisons purement idéologiques, les responsables politiques de toutes obédiences s’obstinent à refuser toute évolution vers un système de retraite par capitalisation.

 

look d'jeune.jpgC’est pourquoi quand vous croisez un ou une d’jeune, vous avez tout intérêt à être cool, même si vous n’aimez pas son look ou si sa zique vous casse les z’oreilles. Evitez de le ou la faire trop chier. Si ça se trouve, c’est lui ou elle qui va devoir tafer comme un ou une malade pour vous nourrir pendant encore quelques temps…

13/04/2010

Mort aux vieux !

retraite de russie.jpgQuestion retraites et au vu des premières escarmouches, le moins que l’on puisse dire est que c’est pas gagné ! Sans vouloir jouer les prophètes de mauvais augure ni sombrer dans le défaitisme, nous pensons plutôt que la « grande campagne de réforme des retraites » qui s’engage risque plus de tourner façon Bérézina qu’Austerlitz…

Age légal de départ, temps de cotisation, « assiette » des cotisations, prise en compte de la pénibilité, taux d’emploi des vieux seniors, augmentation de l’espérance de vie et du gâtisme de la dépendance des personnes âgées, la seule chose à retenir c’est que personne ne semble d’accord sur rien si tant est que quelqu’un y comprenne réellement quelque chose.

Pour autant, dans ces cas là et comme nous sommes en France, un consensus finit en général par se faire autour de l’idée que, au nom de  la solidarité qu’incarne en l’occurrence le système de retraite par répartition, yaka faire payer les riches.

 

gericault_le_radeau_de_la_meduse_1919.jpgLe hic c’est que non seulement à force de payer les riches qui n’ont pas encore eu la bonne idée de se barrer sont de plus en plus pauvres mais, qu’en plus, le système de retraite par répartition qui est la règle en France ne fonctionne plus.

C’était en fait prévisible dès la fin des « 30 Glorieuses », c'est-à-dire au milieu des années 70, quand il est devenu évident que la croissance de la démographie d’une part, de l’économie d’autre part, n’étaient ni exponentielles ni même proportionnelles à celle de l’espérance de vie.

S’il est évident que l’abaissement à soixante ans de l’âge légal de départ en retraite instauré par la gôche au début des années 80 n’a reine arrangé, il est tout autant certain que le refus réitéré, pour des raisons purement idéologiques, de compléter le système par une dose croissante de capitalisation n’a fait qu’aggraver sa dérive médusienne.

 

vieux paysan.jpgCela fait belle lurette que chez « Restons Correct ! » nous ne croyons plus ni au Père Noël, ni à la réduction du chômage via la réduction la durée du travail, ni au sauvetage de la planète grâce à la taxe carbone.

C’est sans doute pourquoi nous ne croyons pas non plus que l’économie européenne en général, française en particulier, puisse renouer un jour avec des taux de croissance « à la chinoise ».

D’une manière ou d’une autre, ce sera donc aux d’jeunes de payer, et pas qu’un peu, pour financer la (vraie) galette-saucisse des vieux. En langage technocratique ça s’appelle « la solidarité intergénérationnelle », en français on parlerait plutôt de grosse arnaque sous couvert de chantage affectif…

Reste plus qu’à espérer que ces petits cons vont marcher dans la combine, ne vont pas se barrer à l’étranger comme ces salauds de riches, ne vont pas attaquer les maisons de retraite à la voiture bélier, comme de vulgaires distributeurs de billets suburbains et aux cris vengeurs de Mort aux vieux !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu