Avertir le modérateur

04/08/2009

La Nuit du 4 août...

jeudepaume.jpgMoins connue que la prise de la Bastille, la Nuit du 4 août 1789 est un événement fondateur de la Révolution Française. Réunis à Versailles dans la salle du Jeu de Paume, les députés issus des Etats Généraux y votèrent l’abolition des privilèges, de ceux de l’aristocratie et du clergé, mais aussi de ceux des compagnies marchandes, des corporations, des villes et des provinces. Les historiens qui ont creusé la question soulignent que ce vote fut d’abord motivé par le souci de calmer les esprits campagnards, de mettre fin aux jacqueries paysannes qui, dans la foulée du 14 juillet, conduisaient ici ou la les péquenots à bruler le château du hobereau local afin de détruire les « terriers », ces actes notariés stipulant la nature des droits seigneuriaux en général, des impôts en particulier auxquels fermiers et métayers étaient assujettis.

 

hayek.jpgL’explication est certainement exacte, elle est aussi incomplète. De fait, il est clair qu’en étendant l’abolition aux privilèges commerciaux et corporatistes, les députés entendaient aussi faire prévaloir ce principe fondateur de la démocratie libérale qu’est l’égalité de tous devant la loi, économique et professionnelle comprise. Et c’est évidemment la que l’affaire se complique car l’égalité républicaine dont il est en l’occurrence question, cette passion française dixit Tocqueville, n’a jamais été une égalité de fait. En clair : tout le monde a le droit de se taper ou non une (vraie) galette-saucisse, ceux qui en font le commerce sont libres d’en fixer le prix, ne peuvent se prévaloir d’un quelconque privilège, mais tout le monde n’a pas nécessairement droit à la même. Last but not least nul n’est obligé d’en consommer.

C’est ce qui distingue l’Egalité compatible avec la Liberté de l’égalitarisme qui lui est antinomique. C’est ce qu’a magistralement expliqué Hayek, le prix Nobel d’économie pas l’inventeur des montres Swatch, dans La Route de la Servitude, l’un des ouvrages fondateurs du libéralisme moderne. Il y démontre brillamment que collectivisme et socialisation de la société en général, de l’économie en particulier, conduisent inéluctablement et à plus ou moins longue échéance au totalitarisme.

 

assemblee-nationale.jpgMais ce n’est pas par pur opportunisme calendaire que « Restons Correct ! » a choisi de vous administrer cette petite leçon d’histoire aujourd’hui. C’est aussi parce que, plus de deux siècles après ce vote fondateur, les privilèges sont loin d’avoir été tous abolis. A certains égards ils n’ont même fait que croître et embellir depuis. En tête des survivances archaïques on trouve le statut de la fonction publique qui garantit notamment emploi à vie et retraite convenable aux heureux privilégiés qui en bénéficient.

Mis en place par Colbert plus d’un siècle avant 1789 sur des objectifs politiques largement atteints depuis, ce statut hyper-privilégié a survécu non seulement à la Révolution mais aussi à tous les bouleversements survenus depuis. Et inutile de compter sur nos parlementaires pour nous rejouer le coup du 4 août : une très large majorité d’entre eux sont en effet professionnellement issus du secteur public…

 

Question abolition des privilèges, ce 4 août 89 n’était donc qu’un début, le combat continue comme on disait en 68…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu