Avertir le modérateur

06/11/2010

Vous prendrez bien une tasse de thé ?

boston-tea-party-2007-small.jpgLe mouvement « Tea Party » a joué un rôle important dans la victoire des Républicains aux élections intermédiaires américaines. Les clameurs s’étant un peu tues, le soufflet médiatique étant peu retombé, il est sans doute temps de revenir sur ce phénomène qui, pour typiquement américain qu’il soit n’en comporte pas moins des « leçons » politiques sans doute extrapolables à notre cher et vieux pays.

Cet indiscutable succès populaire, populiste diront certains, repose d’abord sur sa référence explicite à la Tea Party de Boston, révolte fiscale fondatrice de la Révolution Américaine et aussi célèbre aux Etats-Unis que la prise de la Bastille en France une grosse quinzaine d’années plus tard.

 

us tea party.jpgCe n’est évidemment pas tout. Si ça a plutôt bien marché, si ici ou là des candidats estampillés « Tea Party » sont parvenus à ravir la vedette et parfois même le siège de tel ou tel cacique du Parti Républicain, c’est parce que le mouvement a largement touché une classe moyenne américaine de plus en plus excédée par l’emprise et la voracité fiscale croissantes de l’Etat Fédéral, des techno-politiciens de Washington en général et de l’administration Obama en particulier.

C’est certes très américain mais ça n’aurait sans doute pas fonctionné sans l’activisme des « libertariens » américains qui correspondent politiquement peu ou prou aux libéraux français : pas vraiment conservateurs et certainement pas socialo-collectivistes à la sauce « démocrate ».

Socialism is not freedom !, le socialisme ce n’est pas la Liberté ! ont scandé les centaines de milliers de participants pour réclamer une baisse des dépenses publiques et des impôts. Pour ne rien vous cacher si « Restons Correct ! » était américain nous aurions été à leurs côtés.

 

logo libertariens.jpgReste évidemment à savoir si un tel mouvement est possible en France. Pas évident. D’abord parce que (vraie) galette-saucisse partie, ça parle peut être moins à nos concitoyens que  « tea party » aux Américains.

Ensuite et surtout parce que contrairement aux libertariens américains dont le parti officiel revendique plus de 200 000 membres, les libéraux français sont quand même un peu politiquement à la ramasse. Ultra-minoritaires à l’UMP ou éparpillés dans une nébuleuse de nano-partis sans vrais moyens tels Alternative Libérale, le Parti Libéral Démocrate, ou le Mouvement des Libéraux de Gauche (rigolez pas ça existe !), ils ont toutes les peines du monde à faire entendre leur voix.

Normal dans un pays dont les élites sont intoxiquées à l’étatisme et où, quoi qu’on en dise,  la Liberté n’est pas vraiment la tasse de thé préférée des techno-politiciens de toutes obédiences.

 

La question est donc de savoir qui tentera le coup : les Bretons et leurs galettes, les Ch’tis et leurs moules-frites ou les Lorrains et leurs quiches ?

05/11/2010

Pour 600 milliards t'as plus rien

MonnaieSinge01.jpg600 milliards ! Ca n’a beau être que des dollars, ça fait quand même un joli paquet de pognon et c’est le montant que la Réserve Fédérale US compte consacrer dans les mois qui viennent au rachat d’une partie de la dette de l’Etat américain.

Techniquement c’est plutôt malin mais, il faut le savoir, même si elle est licite la manœuvre consiste en fait à rembourser les créanciers en « monnaie de singe » en faisant « tourner la planche à billets » à la vitesse grand V.

Autant dire qu’il s’agit d’une arnaque aux côtés de laquelle celle de Madoff fait figure de facétie de collégien malicieux.

 

pavillon.jpgToute proportion gardée et sans souler les lecteurs de « Restons Correct ! » avec des détails techniques, c’est exactement comme si Josette et Marcel décidaient de rembourser l’emprunt souscrit pour l’acquisition de leur pavillon de Pleurtuit avec des billets de 500 € imprimés dans leur cave.

Pratique non ? Pratique mais illégal pour les particuliers. Illégal pour vous mais permis à un Etat au nom de la diminution de sa dette souveraine d’une part et, surtout, d’une très hypothétique « relance » de l’économie nationale via l’injection massive de cash dans le « circuit ».

Comme quoi quand le keynésianisme est proclamé Religion d’Etat, y’a plus de limites…

 

hot-dog.jpgLes conséquences sont aisément prévisibles : ce nouvel expédient va relancer l’inflation américaine d’abord, mondiale ensuite. Le bonus c’est qu’il va aussi affaiblir encore un peu plus le dollar et doper d’autant nos déficits extérieurs. Nos nouveaux « grands amis » les Chinois vont sans doute bien se garder de modifier à la hausse la parité du yuan face à l’euro.

Peut-être même qu'elle va baisser d'un nouveau cran, dollar oblige... Bonjour les dégâts : la (vraie) galette-saucisse va encore perdre des parts de marché au profit du hot-dog et des rouleaux de printemps.

L’hyperinflation allemande des années 1920 annonçait la crise de 29 et la montée du nazisme. Le pire n’est certes pas toujours sûr mais y’a quand même de quoi s’inquiéter : pour 600 milliards t’auras bientôt plus rien, sauf des emmerdes.

Merci Keynes, merci la Fed et merci Obama !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu