Avertir le modérateur

03/06/2010

Rabotage et Pipeautage

rabotage.jpgY’a belle lurette que Labourage et Pâturage ne sont plus que deux mamelles accessoires de la France. Le monde a bien changé depuis la belle époque du bon roi Henri : depuis y’a eu la Crise et son funeste cortège de déficits publics abyssaux et de dette nationale himalayesque.

Plus question de cultiver paisiblement son jardin ni de mener nonchalamment la vache au près, faut faire quelque chose et, comme nous sommes en France, c’est d’abord à l’Etat de s’y coller.

Ca sera donc d’abord Rabotage des niches fiscales à hauteur de (quand même) 10 %, si on en croit l’interview accordée à l’Est Républicain par l’excellent et toujours aussi sémillant François Fillon.

 

PicsouPipeau.jpgChez « Restons Correct ! » nous sommes évidemment conscients que, quand les temps sont durs, tout le monde doit faire des efforts. C’est pourquoi, tant qu’on ne touche pas au taux réduit de TVA sur la (vraie) galette-saucisse, nous sommes d’accord pour apporter notre écot au sauvetage des finances du pays.

Pour autant, nous trouvons quand même que la mesure a un petit côté Pipeautage : elle devrait ramener 5 milliards d’euros en deux ans dans les caisses de l’Etat, ce qui n’est certes pas rien mais a quand même un arrière goût de goutte d’eau dans l’océan comparé aux 150 milliards de déficit annuel officiellement prévus dans le budget 2010.

 

pouleaupot_l.jpgEvidemment, faut pas rêver ! Le gouvernement n’allait quand même pas annoncer une réduction de 10 %de la dépense publique deux ans avant les élections. Ca c’est pour les Grecs ou, à la rigueur les Portugais. Pas pour la France qui, comme chacun le sait est un pays fertile où, quand on sème des fonctionnaires, on récolte massivement des impôts.

Dans le même temps on apprend que de plus en plus de Français soucieux de se prémunir contre un amaigrissement excessif de leur poule au pot dominicale, augmenteraient massivement leur épargne dite « de précaution ».

On peut les comprendre car, Rabotage et Pipeautage ça risque de moins le faire question allaitement national que ne le firent Labourage et Pâturage en leurs temps.

10/08/2009

L'Etat à la niche !

serpent de mer.jpgComme tous les ans à la même époque Bercy prépare la prochaine Loi de Finances, celle qui dira à quelle sauce les contribuables seront mangés l’année prochaine. Comme tous les ans à la même époque les serpents de mer profitent d’une météo clémente pour pointer le bout de leur museau hors des eaux troubles de la fiscalité nationale. Cette année ce sont les niches fiscales qui font la une, qui tiennent la vedette, qui attirent les paparazzis sur les bords du Loch Ness médiatique comme une volée de courtisans à l’annonce d’un remaniement gouvernemental.

Faut dire aussi qu’avec un « manque à taxer » estimé à 40 milliards d’euros et compte tenu de l’état des finances publiques il est tentant de les raboter un peu, de les plafonner, de les restreindre. Peut-être même d’en supprimer quelques unes, comme ça, au passage, discrètement...

 

snoopy.jpgQuid donc de l’abattement sur le revenu des locations saisonnières de transats à Paris-Plages 2010, des crédits d’impôts consentis à ceux qui ne feront pipi que sous la douche, des réductions accordées aux professionnels de la (vraie) galette-saucisse ? Pendant que les commentateurs s’interrogent, que les lobbies fourbissent leurs armes, que la gôche rappellent que yaka faire payer les riches, prendre l’argent là où « elle » est, Josette et Marcel sont déjà résignés : ils savent que d’une manière ou d’une autre, niche ou pas niche, riches ou pas riches, faudra encore qu’ils raquent un max l’année prochaine pour engraisser encore un peu plus l’Etat national et républicain…

 

etat tue 1.jpg« Restons Correct ! » n’a pas pour objectif de mettre le feu à la poudrière fiscale, d’appeler les contribuables à la jacquerie, de nier que contribuer aux dépenses collectives est un devoir auquel nul ne devrait pouvoir se soustraire. Pour autant, nul ne pourra nous empêcher de saisir l’occasion pour faire remarquer que l’impôt n’est ni une fin en soi, ni un moyen de réduire les inégalités en redistribuant aux pauvres les tunes des riches.

L’impôt est un mal qui doit idéalement être limité au strict minimum nécessaire à l’accomplissement des missions régaliennes de l’Etat : justice civile et pénale, sécurité intérieure et extérieure. Faute de quoi il devient inéluctablement une machine à tuer la prospérité, une arme de destruction massive de la Liberté du citoyen.

Il y aura-t-il au moins un parlementaire pour le rappeler quand la Loi de Finances 2010 « viendra » devant les assemblées ?

 

Vu que c’est les vacances on peut rêver, non ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu