Avertir le modérateur

06/04/2010

Une grève de trop ?

maurice thorez.jpgIl faut savoir terminer une grève… aurait lancé en 1936 le regretté Maurice Thorez, alors « patron » du Parti Communiste, aux camarades grévistes qui rechignaient à reprendre le turbin.

Il s’agissait évidemment de ne pas gêner plus que de raison le gouvernement de Front Populaire que constituait Léon Blum, à l’issue des élections législatives et avec le « soutien sans participation » des cocos de l’époque.

De là à en déduire qu’il y a des grèves qu’il vaut mieux éviter de commencer il n’y a qu’un pas que « Restons Correct ! » ne peut s’empêcher de franchir, à l’occasion de la quatre vingt dix-septième grève de l’année qui démarre dans quelques heures à la SNCF et que ce « social-traître » de Manuel Valls qualifie de grève de trop.

 

Bagnard.jpgComme d’hab les revendications sont aussi vagues et vaseuses que générales et convenues. Pour être franc avec nos lecteurs nous n’avons même pas pris la peine de vérifier qu’il s’agissait bien de la défense de l’emploi, de l’augmentation du pouvoir d’achat et de la préservation du grand service public des transports ferroviaires menacé de démantèlement par une direction à la solde de la politique ultralibérale du gouvernement etc, etc…

Au risque de décevoir certains de nos lecteurs, nous n’allons pas non plus ironiser sur les épouvantables conditions de travail des cheminotes et des cheminots ni sur l’extrême modicité de leurs émoluments qui, comme chacun le sait, les contraint à priver régulièrement leur progéniture de (vraie) galette-saucisse et de consoles de jeux dernier cri…

C’est du reste bien connu : à part casser des cailloux au bagne, y’a pas pire que de tafer à la SNCF…

 

f_Otages.jpgPour aujourd’hui nous nous contenterons de révéler que le seul et réel motif de cette grande mobilisation est la bourre que se tirent la CGT et SUD en vue de savoir qui aura le plus gros zizi syndical…

Face à un enjeu d’une telle importance stratégique on comprend que tous les moyens soient bons. Y compris la prise en otage de millions d’usagers qui ont juste le droit de payer leur billet ou leur passe navigo et de se taire.

Décidément les idiots utiles, tant moqués par Lénine en son temps, ont fait des progrès depuis. Ils ont compris qu’il était beaucoup plus simple et certainement plus confortable de régler leurs différends sur les larges dos de Josette et de Marcel, dussent ces dernier râler à la télé ou sacrifier un jour ou deux de RTT…

17/07/2009

Politique et Vieilles Charrues

festival-des-vieilles-charrues-2009.jpgN’en déplaise aux vétérans du jacobinisme, aux derniers zélateurs encore en vie de l’unicité et de l’indivisibilité de la République, la France c’est d’abord une mosaïque de terroirs et de spécialités culinaires : la (vraie) galette-saucisse bien sur mais aussi la choucroute, la bouillabaisse, le cassoulet et le kebab frites pour ne citer que les plus populaires. Qui dit terroir dit terre, qui dit terre dit labourage. C’est ce qu’ont compris les fondateurs du Woodstock bas-breton en baptisant leur teuf annuelle du bucolique nom de « Festival des Vieilles Charrues ». Faut dire aussi que quand on est à Carhaix, aux confins du Finistère et des Côtes d’Armor, autant dire in the middle of nowhere, y’a intérêt à ne pas faire dans la dentelle dénominative si on veut draguer le red neck mélomane.

 

Bruce_Springsteen.jpgRésultat : ça marche ! C’est pas comme les Francofolies : personne ne vient leur chercher des poux dans la programmation ; sur que s’ils avaient invité Orelsan à se produire dans leur pâture, Gogolène ne s’en serait même pas aperçue et aurait, du coup, privé « Restons Correct ! » d’une occasion en béton d’exercer sa verve blogosphérique aux dépens de la madone du Poitou. Ca marche même tellement bien que cette année ils sont parvenus à persuader Bruce Springsteen, dit le Boss, d’abandonner les vertes frondaisons de son New jersey natal pour les charmes, parfois légèrement humides, du bocage local. Comme quoi, la politique de l’euro fort ça n’a pas que des inconvénients surtout quand on négocie son cacheton avec l’immortel interprète de Born in the USA

 

allee-marronniers.jpgLa leçon, vous l’avez compris à la lecture du titre de ce billet, ne vaut pas que pour le showbiz. En matière de politicbiz c’est pareil : no terroir no future ! Vous pensez que De Gaulle aurait fait la carrière qui fut la sienne sans Colombey les Deux Eglises, Pompidou sans Monboudif, Giscard sans Chamalières, Mitterrand sans Jarnac, Chirac sans son (plutôt moche) château corrézien de Bity ? Vous pensez que Sarkozy serait parvenu là où il est sans la fraîcheur bienfaisante des ombrages des marronniers du boulevard Bineau à Neuilly dans le 9-2 ? Le terroir vous dis-je : en politique c’est plus qu’essentiel c’est indispensable, en France en tous cas patrie des physiocrates, penseurs précurseurs du libéralisme, dont tous les présidents de la cinquième république ont au moins entendu parler. Tous à l’exception de Chirac dont la culture générale philosophique en est, semble-t-il, restée aux combats de sumos et à la tête de veau sauce gribiche…

 

valls.jpgC’est cette leçon que devrait particulièrement méditer Manuel Valls à l’occasion de vacances que nous lui souhaitons aussi excellentes que sereines. Déjà qu’avec sa tronche de (presque) premier de la classe (très) content de lui, son regard un peu éteint et son maintien de premier communiant maçonnique fraichement initié il n’a pas vraiment le « look Boss » (Bruce pas Hugo), si en plus il n’a rien de plus affriolant à nous proposer question terroir que les lambrequins, selon lui très bigarrés, du vide-grenier annuel de sa bonne ville d’Evry dans le 9-1, il n’a pas fini de ramer avant d’inscrire sa sémillante démarche dans les pas des grands prédécesseurs dont nous venons d’évoquer brièvement la mémoire ou l’actualité.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu