Avertir le modérateur

22/10/2010

Au bonheur des autres

ricard.jpgLe malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. Les « uns », on le sait, sont les millions de Français pris en otage par un quarteron de bloqueurs syndiqués, parfois déjà en retraire pour cause de régime spécial. Les « autres », ou plutôt « l’autre » en l’occurrence, c’est la maison Pernod-Ricard, champion national des boissons qu’il est recommandé de consommer avec modération et d’éviter de mettre dans les biberons des mioches.

La crise a apparemment épargné la bibine puisque cette importante entreprise bien d’chez nous vient d’annoncer une hausse de 10 % de son CA trimestriel, à périmètre de consolidation et taux de change constants.

Les spécialistes apprécieront, « Restons Correct ! » les félicite et lève son verre de pastaga à leur santé.

 

BORLOO.jpgReste la question qui est évidemment de savoir pourquoi et en quoi ce résultat a quelque chose à voir avec la juste lutte de travailleuses et des travailleurs de ce pays pour la sauvegarde de leurs acquis sociaux en général et pour la retraite à 50 ans des cheminots en particulier.

Est-ce un effet anticipateur de la probable prochaine nomination de Jean-Louis Borloo à Matignon ?

Franchement c’est peu crédible et le prétendre serait limite diffamatoire à l’égard ce cette importante personnalité écolo-radicalo-centriste. Chacun le sait : s’il est nommé premier ministre, il aura pour mission de reconquérir l’électorat des Verts et ce qui reste de celui du Modem, pas de précipiter le pays dans la soulographie.

 

Voitures-incendiées.jpgNous pensons qu’il s’agit plutôt d’une conséquence, heureuse ou malheureuse comme on voudra, du retard pris par la survenue du réchauffement climatique que monsieur Borloo et ses potes du GIEC nous avaient pourtant promis.

Il suffit pour s’en convaincre d’avoir vu à la télé ces malheureux militants frigorifiés devant leur piquet de grève, emmitouflés façon grands froids, tentant de se réchauffer autour du braséro sur lequel ils font cuire leur (vraie) galette-saucisse militante.

Faut les comprendre aussi : faut bien qu’ils se réchauffent d’une manière ou d’une autre en attendant que la police aux ordres du patronat et du grand capital vienne les prier manu militari de rejoindre la chaleur de leurs pénates. Et pour ça rien de tel qu’un p’tit coup, c’est bien connu.

Qu’ils picolent un peu est certes regrettable mais tous n’ont hélas pas la chance d’avoir des bagnoles à cramer pour réchauffer leurs ardeurs révolutionnaires...

21/10/2010

Une autre politique...

cameron-osborne.jpgLa retraite à 66 ans, 500 000 postes de fonctionnaires supprimés pour cause d’utilité douteuse et des dizaines de milliards d’économie dans les dépenses publiques. Rassurez vous ce n’est pas en France que ça se passe, c’est juste à côté, au Royaume Uni.

Reconnaissons le : le nouveau gouvernement britannique n’y va pas avec le dos de la cuillère à thé pour sauver le Royaume du naufrage. Faut dire aussi qu’après plus de dix ans de politiques sottement keynésiennes menées par les socialo du cru, il était plus que temps de colmater les voies d’eau du navire national.

Une politique de relance de l’économie par la consommation qui n’a rien relancé du tout si ce n’est un déficit budgétaire qui dépasse désormais 10 % du PIB britannique, ça ne pouvait pas durer éternellement sauf à endetter les d’jeunes british ad vitam aeternam. C’est ce qu’ont du penser David Cameron, le jeune et nouveau premier ministre de Sa Majesté, et George Osborne son ministre des finances qui fêtera ses 40 balais l’année prochaine.

 

blocages.jpg« Restons Correct ! » n’a pas pour objectif de casser l’ambiance ni de désespérer notre belle jeunesse lycéenne, mais ce n’est pas une raison pour ne pas faire remarquer à nos fidèles lecteurs qu’une autre politique que l’immobilisme et l’archaïsme économique et social est possible.

On peut certes s’attendre à ce que les Trade Unions, les puissants syndicats britanniques, protestent véhémentement contre ces mesures de salut public, mais ce mouvement attendu et légitime ne devrait pas bloquer le pays ni asphyxier son économie. Pas comme en France avec les actions menées par la minorité d’apprentis dictateurs décérébrés qui font la pluie et (surtout) le mauvais temps au sein des maigres troupes de nos organisations syndicales soi disant « représentatives ».

C’est qu’au pays natal de la démocratie moderne on pense benoîtement que la politique se fait au Parlement légitimement élu, pas aux abords des dépôts de carburant.

 

fish-and-chips-platter.jpgReste que chez nous, même si comme nous le souhaitons le gouvernement « tient bon », il est plus que probable que la gôche archéo-socialiste soit de retour aux « affaires » en 2012.

Pas besoin d’une boule de cristal pour deviner ce qui va se produire : augmentation tous azimuts de la dépense publique, croissance générale du nombre de fonctionnaires et assimilés et nouvelles réductions malthusiennes du temps de travail.

Les conséquences sont d’ores et déjà prévisibles. Ce sera comme d’hab’ avec les socialos : croissance exponentielle de la dette et des déficits publics avec à la clef une nouvelle augmentation du chômage, des impôts, des délocalisations et de la fuite des capitaux et des cerveaux.

Notre conseil du jour est évidemment de prendre les devants et de s’apprêter à émigrer fissa sur les bords de la Tamise, quitte à renoncer aux délices de la (vraie) galette-saucisse pour ceux tout aussi rustiques du fish and chips.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu