Avertir le modérateur

11/11/2010

Par ici la monnaie

G20-Seoul.jpgLe G20 c’est comme l’ONU : un « machin » qui ne sert à rien, juste à permettre aux « grands » de ce monde de passer à la télé ce qui, reconnaissons-le, est quand même important. Surtout pour ceux qui, à l’instar d’un Obama ou d’un Sarko, sont encore plus dévalués que le dollar aux yeux de leurs opinions nationales.

Le sommet qui s’ouvre à Séoul n’échappera évidemment pas à la règle en dépit de son objectif affiché de remise en ordre du système monétaire international.

Pas besoin d’avoir fait bac + 12 en économie pour le prévoir : la « guerre des monnaies » aura bien lieu, vous pouvez croire « Restons Correct ! » sur parole. La seule incertitude est de savoir si elle sera sanglante façon Verdun 1916 ou juste un peu gore.

 

goldfinger.jpgCeux qui rêvent d’un « nouveau Bretton Woods » qui régulerait définitivement le « système » prennent évidemment les vessies monétaires pour des lanternes économiques. Depuis qu’un beau matin de 1971 les Etats-Unis ont renoncé à la convertibilité du dollar en or, les taux de change flottent entre eux au gré des manipulations des Etats et accessoirement de l'humeur des marchés.

En clair, cela signifie que la valeur des biffetons que vous êtes parvenus à soustraire à la voracité du fisc ne repose sur rien, si ce n’est sur la « confiance ». C'est-à-dire sur la naïveté de votre marchand habituel de (vraie) galette-saucisse qui les accepte encore en échange de ses excellents produits.

Fini le bon temps où tout l’or du monde ou presque était stocké à Fort Knox et où seul James Bond pouvait le sauver de la rapacité d’un Goldfinger.

 

lingots-d-or.jpgComme un retour à l’étalon or semble exclu, d’abord parce que personne n’en veut et surtout pas les Etats qui tiennent à conserver le pouvoir « régalien » de dévaluer leurs monnaies nationales quand bon leur semble, y’ a pas de raison que ça change.

Si vous êtes légitimement inquiet pour l’avenir de votre retraite par répartition, le mieux est sans doute d’investir dans le concret plutôt que dans des valeurs financières qui risquent de ne plus valoir rapidement que leur poids de papier.

A priori un p’tit chalet en Suisse, à Gstaad de préférence, avec un bout de terrain pour y enfouir votre or devrait faire l’affaire. D’autant plus que rien ne vous oblige à informer la planète entière de vos travaux de jardinage helvétiques…

15/09/2009

Du bonheur dans le Péhibé

triangle des bermudes.jpgDepuis que Sarko est de gauche ça mollit pas question triangulation. Les spin doctors les plus capés ont du mal à suivre, à tel point qu’on se croirait parfois perdu au beau milieu du « Triangle des Bermudes ». La dernière manip date d’hier : il ne s’agit ni plus ni moins que de réformer ce bon vieux PIB en lui adjoignant une bonne dose de bien être, de bonheur et de développement durable pour faire tendance.

En clair l’indice ne mesurera plus uniquement la production de (vraie) galette-saucisse valorisée à son prix de vente moyen mais aussi le plaisir, ou le bonheur si vous préférez, que prennent Josette et Marcel à en bouffer.

En prime, si la préparation de leur fastefoude favori ne dégage pas trop de CO², n’enrichit pas encore plus ces salauds de « riches » en appauvrissant toujours plus ces pauvres « pauvres », y’aura du bonus. Comme à Wall Sreet ou à la BNP mais du bonus durable : c’est promis.

 

stiglitz.jpgC’est donc à Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, ancien de la Banque Mondiale, pape du néo-keynésianisme et dernière icône en date de la gauche américaine, qu’a été confié le soin de gratter et de remettre officiellement à Sarko un Grand Rapport dans ce sens. C’est ça le cœur de la manip dont la portée internationale et la capacité induite à faire passer DSK pour une bille n’auront échappé à personne.

Pour faire court et éviter de souler les lecteurs de « Restons Correct ! » par un exposé académique aussi drôle que les vannes à 2 balles de monsieur Hortefeux, Stiglitz y constate d’abord que le PIB, tel que défini aujourd’hui, est loin d’être parfait. Ce n’est pas un scoop, ça fait environ 30 ans qu’on le savait…

Pour le « réformer » et en vertu du grand principe qu’il est toujours possible de faire toujours plus compliqué, il préconise d’y adjoindre une batterie d’indicateurs sur la nature et la composition desquels il se garde bien d’être trop précis. On peut le comprendre, à sa place on aurait fait pareil… Comme quoi l’économie c’est pas vraiment compliqué, suffit de rester vague.

 

g20.jpgMessage personnel à Sarko : Monsieur le Président, si vous nous lisez toujours et avant d’aller vendre la copie de Stiglitz à vos potes du G20 comme une escadrille de Rafales à Lula, assurez vous quand même qu’ils ne risquent pas de se marrer trop ouvertement… Ca ferait désordre.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu