Avertir le modérateur

01/07/2008

Changer l'Europe ?

49081253.jpgChanger l’Europe ou, au moins, la façon de la faire : Telle serait la première ambition de la Présidence française de l’Union à en croire l’entretien accordé hier par le Président de la République à une sémillante brochette de journalistes de France 3 qui lui tiraient ostensiblement la tronche. Faut dire qu’il y avait de quoi : Se permettre de venir dire, au sein même de ce temple de l’information pluraliste et parfaitement objective qu’est France Télévisions, qu’à force de faire du sous-TF1 les Français allaient finir par se demander pourquoi  ils payent une redevance, y’a de quoi vous gâcher la soirée d’un journaliste du service public de « gôche » de base…

284014844.jpgChez « Restons Correct ! », tant qu’il ne s’agit pas de fliquer la blogosphère ou d’harmoniser la (vraie) galette-saucisse avec la bratwurst teutonique, changer l’Europe on n’est pas a priori contre le principe. Quant à la façon de la faire c’est clair, si on en croit les derniers rebondissements du processus de ratification du traité de Lisbonne, faut surement la changer…

Reste tout de même une question sans doute idiote : Que pourrait faire l’Europe de plus ou de mieux qu’elle ne fait aujourd’hui à part intégrer la riviera croate ? L’Union Européenne assure aujourd’hui aux citoyens de ses états membres la Liberté de se déplacer et de commercer. Etendre cette zone de libre circulation des hommes, des marchandises, des services et des capitaux au plus grand nombre possible d’Etats périphériques est certainement hautement souhaitable. Faut-il pour y parvenir réglementer plus, que se soit à l’unanimité ou à la majorité qualifiée ? Rien n’est moins sur.

Certes, d’un point de vue français, la construction européenne a été jusqu’ici plutôt positive à au moins deux égards : La suppression d’un certain nombre de monopoles aussi publics que médiévaux et la limitation de la capacité de nuisance économique et sociale de l’Etat Nation à la française. L’adoption de l’Euro fut aussi un réel progrès puisqu’elle a de facto abouti à ce que les gouvernements français successifs ne puissent plus augmenter allègrement les déficits publics sans avoir, au minimum, à rendre des comptes à leurs partenaires.

664858197.jpgAujourd’hui, que l’Europe soit en « panne » est sans doute navrant mais si la remette en marche signifie moins de Liberté pour les Européens, plus d’impôts ry de taxes pour les citoyens et plus de contraintes pour les entreprises, il faut peut être y réfléchir à deux fois avant d’appeler la dépanneuse…

1999070852.jpg683655573.jpgNe rêvons pas : En toute hypothèse et fut-elle présidée par la France , ce n’est pas l’Europe qui, de ses seuls petits bras musclés, pourra contraindre les Chinois à continuer de rouler à vélo pour économiser le carburant ou obliger les Africains à débarrasser leurs voisins zimbabwéens de Robert Mugabe. Déjà qu’on n’arrive pas à faire comprendre aux Allemands que l’énergie nucléaire permet de ne pas bruler de mazout dans les centrales thermiques…

26/06/2008

Salauds d'Internautes !

1350191086.jpgAprès ces Salauds d’Irlandais et ces Salauds de Riches, c’est au tour de ces Salauds d’Internautes d’être l’objet de l’attention sourcilleuse de « Restons Correct ! ».

Les internautes, on les savait déjà téléchargeant n’importe quoi frauduleusement et à tout va juste pour embêter le Président de la FNAC. On savait aussi qu’ils passaient leur temps à lire des blogs vulgaires et pas toujours bien rédigés ou à rôder sur des sites de rencontres douteuses genre: « Kikou moi c’est Lulu, 19 ans blonde naturelle, les yeux bleus, 90 (b), 60, 90, romantique qui cherche garçon gentil pour m’emmener en vacances à Ibiza avec ma copine Lola qui cherche aussi un mec – Salut moi c’est Momo, grand, brun, viril, poilu, branché slam et meufs cool (si vous voyez ce que je veux dire…) ».

314080992.jpgPar contre, ce qu’on ignorait encore récemment c’est que, du coup et faute de temps, ils ne regardaient plus du tout les chaînes de télé fleurons de ce grand service public de l’audiovisuel que la planète médiatique toute entière nous envie pourtant.

Résultat : Bonjour l’audience pour France 2 et consorts et, qui dit audience en berne, dit aussi recettes publicitaires fondantes comme une vulgaire banquise arctique sauvagement attaquée par le réchauffement climatique ultralibéral.

A part un marchand de nettoyant pour dentiers, un spécialiste du soin des varices par les plantes et une grande marque d’authentiques pantoufles charentaises, ça se bousculait plus vraiment au portillon des régies publicitaires de France Télévisions. Ca commençait même à faire vraiment pitié et la décision d’arrêter le massacre s’imposait clairement. En matière publicitaire comme en d’autres, l’acharnement thérapeutique n’a jamais mené personne bien loin.

Comme les candidats à une reprise de ces entreprises aux effectifs pléthoriques et à l’aura pâlissante ne se bousculaient pas non plus d’une part et que, d’autre part, de nombreux parlementaires éprouvaient des réticences à l’idée de devoir annoncer à leurs électeurs que la redevance allait doubler juste pour que Mamie puisse toujours regarder « Des Chiffres et des Lettres » ou que Papi puisse s’endormir devant « Thalassa » tous les vendredi soir, il a bien fallu trouver autre chose pour compenser la fin annoncée de la manne chichement, mais régulièrement, allouée par le grand capital et les puissances d’argent à ces acteurs essentiels de la création télévisuelle nationale.

Des heures de réunion et quelques psychodrames plus tard une solution originale et novatrice fut finalement trouvée.

Devinez laquelle ? « Yaka créer une taxe ! »

Et comme tout ça c’était au fond de la faute de ces Salauds d’Internautes, il fut décidé de les taxer via leurs fournisseurs d’accès. Simple, logique, efficace et surtout conforme à la grande tradition de l’étatisme à la française qui veut qu’il n’y ait pas de problème provisoire qu’une bonne taxe définitive et finement ciblée ne puisse résoudre.

10061628.jpg775255896.jpgC’est du reste en vertu de ce principe qu’on peut s’attendre à ce que soit prochainement instituée une taxe sur la (vraie) galette-saucisse au bénéfice de la lutte contre l’obésité infantile en Basse Bretagne ou un impôt sur la possession de nains de jardin destiné à combler le déficit prévisible du musée des Arts Premiers, l’inoubliable chef d’œuvre culturel de la Présidence Chirac.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu