Avertir le modérateur

20/04/2010

Les Libéraux en tête

GB-London-Chambre-des-Communes-1.jpgAux dernières nouvelles les Libéraux obtiendraient 33 % des suffrages et deviendraient ainsi le premier parti en voix. Qu’on se rassure dans les chaumières socialo-communistes : d’abord ce n’est qu’un sondage, ensuite ça se passe au Royaume Uni, pas en France.

De plus, compte tenu d’un découpage électoral qui leur serait très favorable, les sociaux-démocrates du Labour de Gordon Brown conserveraient la majorité relative des sièges à la Chambre des Communes avec moins de 30 % des suffrages. Légèrement devant les Conservateurs mais loin devant les Libéraux qui n’obtiendraient qu’une grosse centaine de sièges.

Reste que si ces projections se confirment, aucun parti ne serait en mesure de gouverner le pays seul ce qui, au royaume du bipartisme symbolisé par la disposition « face à face » des bancs parlementaires, serait tout à fait nouveau si ce n’est totalement inédit.

 

nick-clegg1.jpgOutre la volonté d’une majorité de Britanniques de rompre avec la version locale du socialisme, cette « percée » serait principalement due au charisme télévisuel de Nick Clegg, le nouveau et « jeune » leader des Lib’Dems. A l’instar de David Cameron, dont il est le cadet de quelques mois, c’est un pur produit de ce que l’upper class british a produit de meilleur du côté d’Oxford et, en l’occurrence, de Cambridge.

Pour autant, les nombreux lecteurs libéraux de « Restons Correct ! » auraient torts de se réjouir trop vite. De fait, s’ils restent indiscutablement attachés aux principes du libre échange, les Lib’Dems sont loin d’être aussi avancés que les Allemands du FDP en matière de libéralisme, notamment économique.

Héritiers des Whigs de Gladstone, qui incarnèrent durant plus d’un siècle la gauche anglaise, ils demeurent partisans d’une régulation économique et sociale mesurée mais certaine, sans réclamer pour autant l’appropriation collective des moyens de production de la (vraie) galette-saucisse ou, si on préfère, du fish and chips.

On se souvient ainsi qu’après avoir été anobli, Keynes siégea sur les bancs libéraux de la Chambre des Lords.

 

bayrou.jpgEn fait, ceux qui pourraient se réjouir de ce côté ci du Channel d’un probable retour aux affaires des Libéraux britanniques seraient plutôt nos malheureux camarades du Modem qui, à notre connaissance, ont bien besoin d’encouragements en ce moment.

D’ici à ce que le père François réapparaisse à la télé pour nous vanter sa proximité avec « Nick the whig », y’a peut être moins longtemps à attendre que pour voir les autorités aéroportuaires s’asseoir sur le principe de précaution aérienne.

Reste que c’est pas gagné pour sa pomme. D’abord parce que, sans vouloir être désagréable, il fait quand même moins rêver Josette que son « collègue » british, mais surtout parce que les Lib’Dems s’appuient sur un corpus intellectuel un peu plus consistant et clairement moins fumeux que de vagues références incantatoires à un vague humanisme à la sauce k-to de gôche…

07/12/2009

Quand ça veut pas...

shadoks.jpgEn politique c’est comme partout : quand ça veut pas, ça veut pas. C’est ce qui doit se dire ce matin du côté de chez Ségo après ce weekend calamiteux. On a beau être habitué aux rebuffades, à perdre les élections présidentielles ou européennes, à voir ses soutiens politiques ou le leadership du PS s’envoler comme autant de feuilles mortes automnales, il y a des moments où la coupe a une fâcheuse tendance à se remplir plus vite que d’habitude et surtout plus que de raison.

Le pire c’est que, dans ces circonstances, plus on en fait moins ça marche ou, pour paraphraser les Shadoks du regretté Jacques Rouxel, plus on pompe plus il ne se passe rien. Ainsi va la vie publique faite de petites satisfactions médiatiques et de gros râteaux bien mastocs.

Etonnez-vous après qu’il y ait plus d’hommes et de femmes politiques accros au prozac qu’à la (vraie) galette-saucisse.

Surtout à cause des blogs car faire la bise à Josette, serrer la paluche à Marcel, inaugurer des agences postales municipales dans des coins de cambrousse improbables passe encore, mais supporter en plus les lazzis de « Restons Correct ! » et consorts à chaque fois qu’on se prend les pieds dans le tapis électoral, c’est juste pas possible.

Il serait du reste peut être temps de voter une « grande loi » pour les interdire de wouaib, au nom de la Liberté d’expression des pros de la politique.

 

rachel jeannot.jpgS’agissant de dame Ségolène tout a commencé samedi soir avec l’échec de Rachel Jeannot à l’élection de Miss France 2010. Pourtant sur le papier, Miss Poitou-Charentes 2009-2010 ne pouvait pas perdre : 23 ans, 1 mètre 73, un diplôme d’Assistante de Direction, l’air éveillé et le soutien des habitants de Civray, la riante localité du le 8-6, ça devait le faire sans coup férir ni réel suspens.

Ben pas du tout, les téléspectateurs de TF1 lui ont préféré cette grande godiche de Malika Ménard : 1 mètre 76 pour 22 ans. En plus elle est étudiante en droit. D’ici à ce qu’on apprenne que c’est une copine de Jean Sarkozy et qu’il y aurait eu des pressions élyséennes sur les médias pour favoriser son élection, nous n’en serions pas vraiment surpris.

A moins que Martine Aubry n’ait encore trouvé le moyen de bourrer les urnes façon congrès socialiste de Reims, juste pour empêcher la présidente Royal de faire l’intéressante à la télé en félicitant la belle Rachel pour son triomphe…

 

01293708-photo-segolene-royal-et-francois-bayrou-le-28-avril-2007-sur-bfm-tv.jpgDu coup il ne lui restait plus qu’à se rabattre sur le Modem qui comptait ses ouailles à Arras et n’en demandait sans doute pas tant.

N’écoutant pourtant que son courage et son légendaire sens de l’opportunité politique, la charismatique présidente de Désirs d’Avenir leur a généreusement proposé une alliance dès le premier tour des régionales, avec à la clef la garantie d’avoir quand même une poignée d’élus locaux.

Patatras re-râteau avec, en guise de réponse, une déclaration de Marielle de Sarnez sur le mode touche pas à mes potes !

Fin de non recevoir confirmée quelques heures plus tard par François Bayrou en personne qui, en probable ancien élève des jésuites qu’il est, nous a sorti un chef d’œuvre de casuistique politicienne sur le thème profondément novateur de « l’Arc Central ». Que ceux qui ont compris nous écrivent ça nous aiderait.

S’agissant de l’offre royaliste, il ressort au final que, sans exclure a priori personne, l’immortel biographe d’Henri IV préfère perdre les élections tout seul, dès le premier tour comme un grand…

 

ELECTION MISS FRANCE.jpgLa morale de cette triste histoire c’est que la politique c’est comme l’élection de Miss France : suffit pas de faire des risettes pour emporter la palme…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu