Avertir le modérateur

20/07/2009

Cigarettes, whisky et filles libérées

henry-allingham.jpgLe décès à 113 ans révolus d’Henry Allingham, ex doyen de l’humanité, ne mériterait pas qu’on s’y arrête si, outre le fait d’avoir été fort longue, sa vie avait été banale, insipide, convenue. C’est ce qu’il y a de bien avec nos voisins britanniques : leur climat est douteux, leur café infect, leur cuisine navrante comme un jour sans (vraie) galette-saucisse mais leur sens de l’humour demeure incomparable. Ce n’est donc pas au dernier vétéran de l’homérique bataille navale du Jutland (en mai 1916 et au large du Danemark pour ceux que ça intéresse) que « Restons Correct ! » rend aujourd’hui hommage, c’est au super papy facétieux qui répondait invariablement aux journalistes curieux de connaître le secret de son exceptionnelle longévité : « cigarettes, whisky et filles très libérées … ».

 

1959_Cigarettes_whisky_et_petites_pepees.jpgUn air que plus personne ne chante en France depuis Annie Cordy en 1959. Un air qui tranche aussi avec la litanie des cérémonies commémoratives, la solennité des remises de décorations, les accents lugubres des sonneries aux morts. Un air surtout qui fait la nique aux chiantissimes discours hygiénistes de notre triste époque en rappelant  opportunément aux mortels que nous sommes que vivre bien est au moins aussi important que vivre vieux. C’est le privilège du très grand âge : passé la centaine, tout ce qu’on peut dire a valeur d’oracle, de vérité universelle. Henry Allingham l’avait parfaitement compris et il en profitait malicieusement. Rien que pour ça il mérite de rester dans les annales du genre humain. Chapeau l’artiste, repose en paix au paradis des esprits libérés comme les meufs que tu disais avoir tant aimées !

 

pollution.jpgMême au cœur de l’été, l’actualité nous réserve parfois de ces heureuses surprises, de ces télescopages jubilatoires qui font le miel des blogueurs incorrects. Quelques heures à peine après l’annonce du décès du dear Henry, on apprend qu’une importante étude scientifique menée sur une centaine de cas vient de démontrer (sic) que la pollution atmosphérique avait un effet négatif sur le QI des mômes engendrés dans les quartiers populaires de New York. Pas des autres semble-t-il… A l’évidence, l’idée que la qualité de l’éducation reçue puisse avoir un impact sur le niveau intellectuel des gamins n’a pas effleurée les neurones militants de ces brillants chercheurs en intelligence écologique. Après tout, soyons indulgents : peut être que leurs géniteurs les ont privés du bon air de Central Park quand ils vagissaient encore. Reste qu’Henry Allingham qui, comme on vient de le voir, n’était clairement pas le dernier de la classe, est né et a grandi dans la grande banlieue nord-est de Londres, zone peu réputée à l’époque pour la salubrité de son climat. Que faut-il en conclure ? Que l’abus de tabac, de scotch et de meufs en rut est un puissant correcteur des inégalités socio-climatiques ? Nous laissons le soin à la communauté écolo des chercheurs new-yorkais de creuser la question : au moins pendant qu’ils chercheront ils éviteront de se ridiculiser en publiant leurs conclusions dans les revues scientifiques…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu