Avertir le modérateur

19/07/2009

Mais où sont les courses d'antan ?

tour-france-tri-dopage.jpgLa crise ne touche pas que le commerce, les services et l’industrie. Le monde de la course est hélas atteint lui aussi, celui du Tour de France, de notre Grande Boucle Nationale au premier chef. Pour une fois la mondialisation libérale et la dérèglementation systématique n’y sont pour rien. En fait ça serait plutôt le contraire et, de ce point de vue, l’exemple du Tour est particulièrement éclairant : plus qu’une semaine à pédaler et, à notre connaissance, toujours pas la moindre affaire de dopage en vue ! A croire que le Red Bull a définitivement supplanté l’EPO dans les bidons. Le résultat est navrant : un peloton qui se traîne dans la cambrousse et, sur le bord de la route, Josette et Marcel qui ont le moral dans leurs chaussettes de chez Décathlon. Déjà qu’ils viennent d’apprendre par le transistor que la rémunération du livret A passait à 1,25 % alors, si en plus les forçats de la route renâclent à sprinter au sommet des cols de haute montagne faute de pharmacopée adéquate, c’est carrément la Bérézina vélocipédique.

 

ricard.jpgChez « Restons Correct ! » nous sommes évidemment inquiets du tour que prennent les choses. Pas uniquement parce que l’absence d’étape bretonne n’est pas une bonne nouvelle pour la promotion de la (vraie) galette-saucisse, à cause aussi des réactions de plus en plus violentes des spectateurs excédés par les effets délétères de cet excès de réglementation sportive. Ne vient-on pas d’apprendre que certains n’hésitaient plus à tirer à la carabine à plomb dans le cul des coureurs ahanants sous prétexte de leur stimuler la sécrétion d’huile de jarrets ? D’ici à ce que, du coup et pour se consoler, Josette et Marcel se lâchent un peu trop sur le Ricard, y’a pas loin. Avec à la clef la probable perte des derniers points survivants de leurs permis de conduire… Franchement on voudrait anéantir ce qu’il reste de confiance chez les consommateurs, on ne ferait pas autrement…

 

feria10.jpgMais où sont les courses d’antan ? s’interroge le poète. Plus en France c’est clair ! Pour de vraies émotions sportives estivales il est désormais fortement conseillé de s’expatrier. En Espagne par exemple pour participer à la Feria de Pampelune si chère au cœur du regretté Hemingway, notre très illustre prédécesseur en matière de résistance littéraire à la correction politique universelle en générale, sportive en particulier. Tous les ans, début juillet, on peut y assister à des lachés quotidiens de taureaux écumants sur la foule des touristes anglo-saxons rincés à la bière dès les aurores. Ca c’est du sport ! De la tauromachie de la vraie, pas comme ces navrantes « courses » de vachettes landaises façon Intervilles tant vantées par les contempteurs de la corrida classique et autres thuriféraires imbéciles du zoologiquement correct. Sans compter que question contrôles anti-dopage y’a rien à craindre. Tous les aficionados vous le diront : essayez pour voir de faire pisser un taureau dans un bocal avant qu’il entre dans l’arène, question corrida vous n’allez pas être déçus. On comprend mieux pourquoi les zélés fonctionnaires de la très prudente Brigade de Répression du Dopage préfèrent s’en prendre à d’innocents cyclistes…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu