Avertir le modérateur

02/10/2008

L'affaire Dexia

dexia 1.jpgUne bonne crise financière bien planétaire, ça n’a pas que des inconvénients. Chez « Restons Correct ! », naïveté pathologique ou optimisme incurable, on pense même que ça peut avoir quelques avantages. Outre celui de permettre à la main invisible de la finance mondialisée de faire le tri entre le bon grain économique et l’ivraie spéculative, il est désormais clair qu’une bonne crise, bien anxiogène et bien médiatisée, contribue à stimuler fortement la créativité des acteurs publics et privés…

 

C’est en tous cas la principale conclusion qu’il est possible de tirer de ce qu’il est désormais convenu d’appeler « l’affaire Dexia ».

Pour ceux qui ont raté le début, rappelons que la maison Dexia est une banque spécialisée dans le financement des collectivités locale et qu’elle serait au bord de la faillite. On notera au passage que ceci démontre qu’il n’y a pas que le marché des futures ou le fnancement du businees de la (vraie) galette-saucisse qui soient dangereux et qu’on a tort de ne pas se méfier aussi du collectivisme et, notamment, du collectivisme territorial…

 

Donc, aux seules fins d’empêcher la disparition de cet important financeur public, l’Etat a pris la décision de le renflouer avec l’argent des contribuables. Parfait diront certains, sage décision affirmeront les autres… peut être, si ce n’est que si on prend la peine de réfléchir une minute à la question on comprend aisément que c’est en fait le contribuable national qui va raquer pour que le contribuable local puisse continuer à financer le frénésie équipementière de nos communes, départements, régions, communauté d’agglomérations et autres structures administratives plus ou moins identifiées qui contribuent si bien et depuis si longtemps à bétonner le pays et à creuser les déficits publics…

 

dexia 2.jpgdexia 3.jpgCa c’est de la créativité financière ou on s’y connaît pas : Titriser les dettes contractées par le péquenaud ricain moyen pour se payer son clapier suburbain c’est facile, limite innocent même. Par contre utiliser les sous du contribuable pour qu’il puisse continuer à s’endetter via la fiscalité locale, ça c’est du très grand art ! Faut au moins avoir fait l’ENA pour y penser. C’est pas à Harvard ou à Stanford qu’on vous apprendrait des trucs aussi subtils. Ca prouve une nouvelle fois l’immense supériorité du système éducatif français sur celui des ces gros nases d’Américains.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu