Avertir le modérateur

07/04/2010

Bouclier et jambe de bois

tempete.jpgBouffé aux mites le bouclier fiscal, à peine érigé et déjà emporté comme une vulgaire digue vendéenne un soir de grande marée d’équinoxe ! « Restons Correct ! » le pressentait, le Figaro le confirme : bouclier fiscal ou pas le « solde migratoire » des fortunes hexagonales demeure lourdement négatif.

En clair, ces enfoirés de riches se barrent toujours autant sous des cieux moins infernaux pour s’y goinfrer de (vraie) galette-saucisse en toute impunité fiscale.

On vous l’avait bien dit hurle le chœur des vierges babouvistes, inutile de combler les riches de « cadeaux », yaka leur supprimer leur bouclier, point barre !

 

jambe de bois.jpgBen force est de convenir que, sur ce dernier point, ils ont indiscutablement raison. Il faut de fait être particulièrement borné pour croire qu’on devient riche en France ou qu’on le reste sans un minimum de gingin.

Parce qu’il a été conçu comme une mauvaise réponse aux effets dévastateurs de cet impôt imbécile qu’est l’ISF, le bouclier fiscal n’a jamais été perçu par ceux de nos concitoyens qu’il concerne comme autre chose qu’un emplâtre sur une jambe de bois.

Si vous ajoutez à cela qu’il n’est pas besoin d’avoir fait Normale Sup et l’ENA pour savoir qu’en matière fiscale, la législation française est à peu près aussi instable que la démarche de Marcel quand il a abusé de l’eau de vie de cidre, vous comprendrez que c’est pas demain la veille que la tune hexagonale va revenir se faire taxer at home.

 

ocde.jpgPour que l’argent revienne et avec lui l’investissement productif indispensable à la création de nouveaux emplois générateurs de recettes fiscales ou sociales, il faudrait d’abord que les dépenses publiques baissent durablement et significativement.

 Or elles représentent bon an mal an, crise économique ou pas, 50 % du PIB national à comparer au chiffre de 40 % pour la moyenne des pays de l’OCDE…

Une fiscalité « au taquet » et 10 points de PIB sur-dépensés année après année, pas besoin de chercher plus loin pour savoir pourquoi les finances publiques sont dans le triste état que l’on sait.

 

Message personnel à nos lecteurs expatriés fiscaux : inutile de vous précipiter pour boucler vos valises, avec le très probable retour de la gôche au pouvoir en 2012 ça va surement pas s’arranger…

02/04/2010

Si nous étions riches...

LOGOINSEE.jpgLe constat est clair, incontestable, sans appel et accablant : en France et en 2007 ces salauds de riches étaient riches et ces pauvres pauvres étaient pauvres. C’est ce qu’affirme l’Insee après trois ans d’études acharnées sur les revenus et le patrimoine de nos concitoyens.

Chez « Restons Correct ! » ces résultats nous rassurent et pas qu’un peu sur l’Insee. Imaginez un instant que ce grand service public des statistiques imbitables et des résultats à retardement ait conclu que ces salauds de pauvres étaient devenus riches et que ces gros cons de riches ne l’étaient plus ! De quoi s'interroger, remettre en cause un certain nombre de certitudes communément admises, genre il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade ou si l’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue

 

EvasionFiscale.jpgCe qui est par contre beaucoup plus surprenant c’est qu’en 2007 il y ait encore eu en France des salauds de riches qui ne soient pas encore barrés vers des cieux fiscalement moins infernaux, qui aient encore eu le culot de payer quelques impôts en France, de s’y goinfrer de bonus et de (vraie) galette-saucisse, d’y étaler sans vergogne leur insupportable et bling-blinguesque prospérité.

Est-ce la marque d’un esprit aussi petit grand bourgeois que casanier, d’un attachement aussi sentimental qu’irrationnel à la Patrie des Droits de l’Homme et de l’Egalité obligatoire pour tous ?

A moins que ce ne soit le signe d’une naïveté limite pathologique, du genre de celle qui vous fait croire que le bouclier fiscal du preux chevalier Sarko va vous protéger ad vitam aeternam de la rapacité publique. Toujours est-il qu’il semble qu’il y avait encore quelques riches en France en 2007.

 

martine-aubry.jpgPas sur pour autant qu’il en en soit encore de même en 2012, « reprise » ou pas.

De fait, il semble bien que, sitôt connus, les résultats des régionales aient rallumé  les pulsions migratoires des derniers riches recensés par l’Insee.

La perspective d’un retour fracassant de la Rougette de Lille aux affaires nationales aurait clairement tendance à pousser les survivants de la richesse hexagonale à aller se faire taxer ailleurs.

C’est évidemment très mal mais, sans les excuser, on peut les comprendre. Du reste, pour ne rien ne vous cacher et au risque de passer pour de très mauvais Français, si nous étions riches et vu sa tronche avenante, nous envisagerions d’ores et déjà sérieusement de la laisser se démerder avec les pauvres, d’aller bloguer sous des cieux moins confiscatoires…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu