Avertir le modérateur

20/04/2010

Les Libéraux en tête

GB-London-Chambre-des-Communes-1.jpgAux dernières nouvelles les Libéraux obtiendraient 33 % des suffrages et deviendraient ainsi le premier parti en voix. Qu’on se rassure dans les chaumières socialo-communistes : d’abord ce n’est qu’un sondage, ensuite ça se passe au Royaume Uni, pas en France.

De plus, compte tenu d’un découpage électoral qui leur serait très favorable, les sociaux-démocrates du Labour de Gordon Brown conserveraient la majorité relative des sièges à la Chambre des Communes avec moins de 30 % des suffrages. Légèrement devant les Conservateurs mais loin devant les Libéraux qui n’obtiendraient qu’une grosse centaine de sièges.

Reste que si ces projections se confirment, aucun parti ne serait en mesure de gouverner le pays seul ce qui, au royaume du bipartisme symbolisé par la disposition « face à face » des bancs parlementaires, serait tout à fait nouveau si ce n’est totalement inédit.

 

nick-clegg1.jpgOutre la volonté d’une majorité de Britanniques de rompre avec la version locale du socialisme, cette « percée » serait principalement due au charisme télévisuel de Nick Clegg, le nouveau et « jeune » leader des Lib’Dems. A l’instar de David Cameron, dont il est le cadet de quelques mois, c’est un pur produit de ce que l’upper class british a produit de meilleur du côté d’Oxford et, en l’occurrence, de Cambridge.

Pour autant, les nombreux lecteurs libéraux de « Restons Correct ! » auraient torts de se réjouir trop vite. De fait, s’ils restent indiscutablement attachés aux principes du libre échange, les Lib’Dems sont loin d’être aussi avancés que les Allemands du FDP en matière de libéralisme, notamment économique.

Héritiers des Whigs de Gladstone, qui incarnèrent durant plus d’un siècle la gauche anglaise, ils demeurent partisans d’une régulation économique et sociale mesurée mais certaine, sans réclamer pour autant l’appropriation collective des moyens de production de la (vraie) galette-saucisse ou, si on préfère, du fish and chips.

On se souvient ainsi qu’après avoir été anobli, Keynes siégea sur les bancs libéraux de la Chambre des Lords.

 

bayrou.jpgEn fait, ceux qui pourraient se réjouir de ce côté ci du Channel d’un probable retour aux affaires des Libéraux britanniques seraient plutôt nos malheureux camarades du Modem qui, à notre connaissance, ont bien besoin d’encouragements en ce moment.

D’ici à ce que le père François réapparaisse à la télé pour nous vanter sa proximité avec « Nick the whig », y’a peut être moins longtemps à attendre que pour voir les autorités aéroportuaires s’asseoir sur le principe de précaution aérienne.

Reste que c’est pas gagné pour sa pomme. D’abord parce que, sans vouloir être désagréable, il fait quand même moins rêver Josette que son « collègue » british, mais surtout parce que les Lib’Dems s’appuient sur un corpus intellectuel un peu plus consistant et clairement moins fumeux que de vagues références incantatoires à un vague humanisme à la sauce k-to de gôche…

15/04/2010

Le pouvoir au peuple ?

david_cameron.jpgIl s’appelle David Cameron, est âgé de 43 ans et a de sérieuses chances d’être le prochain Premier Ministre de Sa Majesté la Reine Elisabeth II. A part ça il a tout pour faire hoqueter de rage et blêmir de haine la gôche « continentale », française en particulier.

Fils d’un agent de change, lointain descendant du « fruit » d’une liaison extraconjugale de Guillaume IV - oncle et prédécesseur de la reine Victoria - ancien élève d’Eton et d’Oxford, il a même eu l’outrecuidance et le mauvais goût de travailler plusieurs années dans le secteur privé.

Comme si cela ne suffisait pas, il a aussi, dans sa prime jeunesse, fait « plume » de John Major et de l’infâme Margaret Thatcher. Manque pas d'air le rosbif !

 

fish-and-chips.jpgSi « Restons Correct ! » s’intéresse à lui ce n’est évidemment pas pour nous ingérer dans les affaires du Royaume Uni. D’autant plus que, Europe ou non et sans vouloir vexer nos lecteurs d’outre Manche, nous préférons clairement la (vraie) galette-saucisse au fish and chips.

C’est juste parce que son programme de gouvernement propose de rendre le pouvoir au peuple plutôt que de renforcer encore celui de l’Etat.

Comme nous sommes en Angleterre, pays qui a toujours privilégié le pragmatisme aux

idées plus ou moins fumeuse, il s’agit de résorber le déficit public en diminuant progressivement mais très significativement les dépenses publiques plutôt que de tondre encore et toujours plus les contribuables.

Accessoirement, il s’agit aussi de permettre un meilleur contrôle citoyen de la fiscalité locale, aux parents d’élèves de créer des écoles publiques conformes à leurs souhaits éducatifs.

 

downing street.jpgOn l’a compris : c’est du lourd ! En France, avec de telles idées, il pourrait éventuellement prétendre à un siège de Conseiller Général dans le 9-2 mais certainement pas au poste de principal dirigeant politique du pays.

Mais comme nous ne sommes pas en France il se pourrait bien qu’il emménage prochainement au 10 Downing Street, à la place de Gordon Brown qui persiste dans sa ligne typiquement socialo, principalement fondée sur un renforcement des services publics et de l’intervention de l’Etat dans l’économie. Air connu…

D’après les espions que nous entretenons sur les bords de la Tamise, s’il est à date probable que les « travaillistes » soient renvoyés à leurs chères études parlementaires, il n’est pas exclu que les « conservateurs » soient contraints de s’allier avec les « lib’dems » pour former une majorité.

Whigs et Tories alliés pour redresser le Royaume après des décennies de socialisme, voilà qui serait nouveau au pays de la démocratie parlementaire.

Résultats le 6 mai.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu