Avertir le modérateur

22/06/2012

Quand l'appétit va...

 

marion maréchal le pen, daniel vaillant,galette saucisseLa déception de cette fin de semaine est évidemment la pré-élection par ses petits camarades socialistes de Claude Bartolone au « perchoir ». La question n’est pas de savoir s’il fera un Président pire que son prédécesseur, c’est juste une affaire de gabarit. De fait, la présidence de l’Assemblée Nationale est un poste de poids qui exige par conséquent un minimum de coffre ! C’est pourquoi, chez « Restons Correct ! », nous espérions secrètement que l’heureux élu serait Daniel Vaillant plutôt qu’une demi-portion, fut elle par ailleurs emblématique car issue des urnes du 9-3. La tâche des représentants du peuple s’annonce en effet trop rude pour mégotter pendant 5 ans sur leur régime alimentaire. Avec Vaillant c’était certain : on aurait fait dans le copieux et le roboratif à la cantine. Avec Claude Bartolone c’est nettement moins sûr : la probabilité qu’il instaure une pause (vraie) galette-saucisse pendant les séances de nuit est quand même un peu faiblarde…

marion maréchal le pen, daniel vaillant,galette saucisseNotre déception ne serait pas grave si Josette et Marcel n’étaient pas carrément inquiets pour la santé des quelques rares jeunes députés encore en pleine croissance et notamment pour celle de Marion Maréchal (Le Pen), leur benjamine. Déjà qu’elle avait l’air un peu pâlichonne pendant la campagne, faudrait pas qu’elle sombre dans l’anémie, qu’elle nous fasse le coup du malaise hypoglycémique en direct devant les caméras de La Chaîne Parlementaire pendant une séance de « questions d’actualité ». Ca ferait quand même désordre, surtout au sein d’une assemblée à la botte d’un Président de la République qui a promis de mettre le sort de la jeunesse au cœur de ses priorités. C’est bien beau d’appeler au renouvellement, d’inciter les d’jeunes à « entrer en politique » mais, si la tortore parlementaire n’est pas meilleure qu’au restau U, ça ne va pas susciter pléthore de vocations. Ce n’est pas demain que les vioques abandonneront le pouvoir, que ces féroces gérontocrates cesseront de mugir dans nos campagnes électorales, qu’un sang nouveau abreuvera nos sillons législatifs.

marion maréchal le pen, daniel vaillant,galette saucisseOn peut toujours se consoler en se disant que le pire a été évité. Imaginez un peu le désastre nutritionnel si, faute de Gogolène, on nous avait choisi la mère Guigou pour faire le taf. Là, question agapes c’est sûr que ça l’aurait pas fait. Nos braves élus auraient été mis au régime sec si ce n’est carrément macrobiotique. Une feuille de laitue bio et un peu de tofu pour déjeuner, une tranche de pain complet même pas beurrée pour le goûter, le tout arrosé au Château La Pompe, à l’exception des jours de fêtes où ils auraient eu exceptionnellement droit à une tasse de thé vert, peut être à la menthe mais certainement pas sucré. Les jeunes députés auraient vite viré famélique et les délégations étrangères seraient rentrées chez elle persuadées que la France éternelle, celle des rillettes du Mans et du bœuf bouguignon, avait été définitivement remisée au magasin des légendes défuntes.

C’est donc Claude Bartolone qui hérite de notre supplication du jour : A vous de veiller désormais à ce que la jeune Marion prenne bien son bol de céréales et ses tartines de Nutella au petit déjeuner et, n’oubliez surtout pas que, quand l’appétit va tout va, y compris la démocratie parlementaire…

20/06/2012

Très chères subventions

 

arnaud montebourg,canards boiteux,galette saucisseLe redressement productif c’est comme le réchauffement climatique : plus on en parle et moins ça vient. En plus, comme une psychanalyse, ça peut durer très longtemps, ca peut coûter très cher et ce n’est même pas remboursé par la Sécu. L’agitation Montebourgeoise en faveur d’une industrie nationale redressée et sauvée des attaques de la mondialisation ultralibérale n’échappera pas à cette « règle » : ça durera ce que ça durera, ça coûtera ce que ça coûtera mais, à l’instar du Grand Bond en Avant promu en son temps par le Président Mao, ça finira inéluctablement en queue de poisson économique et sociale, si ce n’est en catastrophe. D’autant plus que, pour citer Lionel Jospin dans un de ses rares moments de lucidité, en matière industrielle et sociale « l’Etat ne peut pas tout ». Il peut juste creuser un peu plus les déficits en créant des emplois publics ou « parkings » pour les d’jeunes. Il peut surtout subventionner tous les canards boiteux qui passent à sa portée, surtout s’ils se situent dans une circonscription qui vient d’élire un député de gôche.

arnaud montebourg,canards boiteux,galette saucisseC’est certainement ce que va faire le fringant Arnaud sans même se poser la question de savoir si ça présente le moindre intérêt en termes de redressement de la productivité. Et, question subventions, les lecteurs de « Restons Correct ! » doivent savoir que ce n’est pas le choix qui lui manque : entre les aides européennes, les subventions régionales au développement, les aides à la revitalisation industrielle, les exonérations de charges pour réembaucher des chômeurs, les prêts à taux zéro de chez OSEO remboursables quand on veut et les interventions en fonds propres des collectivités ou, mieux encore, du Fonds Stratégique d’Investissement, l’arsenal est tellement bien pourvu qu’on s’y perd facilement. En plus, si on parvient à persuader les bureaucrates de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie que sauver le canard peut contribuer à sauver la planète, c’est Jackpot assuré. Normal : la lutte contre le réchauffement climatique ça n’a pas de prix, ça vaut quand même le coup pour le contribuable de mettre un peu la main à la poche.

arnaud montebourg,canards boiteux,galette saucisseEvidemment, l’idée selon laquelle il serait nettement plus productif de fermer le robinet à subventions et de cesser de décourager l’investissement privé n’a pas effleuré ce qui sert de cervelle à nos brillants redresseurs de productivité en général et de torts en particulier. On va donc continuer à remplir d'une main la mare aux canards, boiteux ou non, et à tirer à boulets rouges sur les entrepreneurs de l’autre. En surtaxant le revenu de ces salauds de riches, en prélevant une dîme supplémentaire sur les dividendes versés à ces fumiers d’actionnaires, en rackettant encore un peu plus ces organisations criminelles que sont les banques, les compagnies pétrolières, les opérateurs téléphoniques et, peut-être même un jour, les marchands de (vraie) galette-saucisse vu qu’ils sont incapables de se délocaliser au-delà des frontières du 3-5. Le résultat est couru d’avance : les investisseurs préfèreront aller se faire taxer ailleurs, les usines continueront à fermer et les classe moyennes à se faire matraquer. Le chômage, l’abstention et le vote « protestataire » augmenteront encore. Même s’il parvient à tenir cinq ans, pas sûr que le bel Arnaud sera encore ministre de quoi que ce soit en 2017.

D’ici là, notre conseil du jour s’adresse à ceux qui cherchent une idée de business lucratif : Montez un cabinet de conseil en subventions et domiciliez vous à Londres…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu