Avertir le modérateur

06/07/2012

Viva San Fermin !

 

corrida,dsk,hemingway,galette saucisseTapas à gogo, paella à foison, lâchers de taureaux et processions religieuses dans les rues, cuites à la sangria et corridas dans les arènes de Pampelune : c’est le cocktail gagnant de la San Fermin qui débute aujourd’hui dans la capitale de la Navarre. Ca va durer une bonne semaine comme tous les ans à la même époque depuis la fin du Moyen Age. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas la paella ou la corrida, faut quand même reconnaître que l’évènement a du mérite et ne vole pas son succès toujours plus populaire. Ce n’est certes qu’une survivance païenne intelligemment récupérée par l’Eglise Catholique pour attirer le teufeur dans son giron ; n’empêche qu’à l’époque où l’Union Européenne crache à jet continu des directives toutes plus liberticides et politiquement correctes les unes que les autres, se bourrer la gueule pendant une semaine en sacrifiant de « braves » taureaux à la vue et su des femmes, des enfants et des « amis » des z’animaux, est la preuve salubre et jubilatoire que les cons et les pisse-froids n’ont pas encore gagné totalement la partie. Olé !

corrida,dsk,hemingway,galette saucisseL’un des premiers à l’avoir compris fut ce vieil arsouille d’Hemingway, le même qui décimait les troupeaux d’éléphants africains et les bancs de thons rouges dans le golfe du Mexique. Celui qui, après avoir fait la fortune d’un nombre incalculable de barmen sur les cinq continents, se rendit célèbre pour avoir libéré le bar du Ritz de l’occupation nazie. C’était en août 1944 et c’est ce qui lui a probablement valu de se voir décerner le Nobel de Littérature dix ans plus tard. On ose à peine imaginer le tollé orchestré par Libé, le Nouvel Obs’ ou Télérama si les jurés du prix en question s’avisaient aujourd’hui de distinguer un littérateur aussi infréquentable, mal embouché et cirrhotique que l’auteur d’En avoir ou pas. Reste que la San Fermin est aussi l’occasion de relire Le soleil se lève aussi, l’un des tous premiers romans du grand Ernest à nous causer toros y toreros. Relire car, on le sait, à l’instar de Proust, de Clausewitz ou de « Restons Correct ! », Hemingway ne se lit jamais mais se relit toujours…

corrida,dsk,hemingway,galette saucisseEvidemment, face à la San Fermin, « Morues en Fête », le fameux festival halieutique qui se tient tous les week-ends de l’Ascension sur les quais de Binic (le riant port de pêche du 2-2), ferait un peu kermesse paroissiale si ce n’était le caractère quelque peu graveleux de son intitulé. Paraît même que cette année y’avait pas grand monde pour souhaiter leur fête aux morues du cru. Certes, si Josette et Marcel ont séché la teuf c’est en partie à cause d’une météo « agitée ». C’est aussi parce que la (vraie) galette-saucisse de Binic est loin de valoir celle de Pleurtuit dans le 3-5. Mais c’est surtout parce que nos amis DSK et Dodo la Saumure avaient décidé de ne point y paraître. La loi du show-business est dure mais c’est la loi : inutile d’espérer attirer le populo et les médias sans la présence de « peoples » confirmés. On n’imagine pas un Festival de Cannes sans Nicole Kidman, Tom Cruise ou le fantôme de Jeanne Moreau. Fêter les morues sans DSK et ses potes c’est pareil : c’est le bide assuré.

Notre recommandation du jour est donc pour les dévoués édiles de Binic dans le 2-2 : La prochaine fois, si DSK se défile encore, organisez un lâcher de morues dans les bistrots du port. Vous verrez que ça fera surement un giga méga buzz…

04/07/2012

La chasse est ouverte

 

la gloire de mon père,les neiges du kilimandjaro,galette saucisseLa nouvelle de la semaine c’est que la chasse est ouverte avec au moins deux mois d’avance sur la date habituelle. Mais attention, avis aux amateurs, ce nouveau "changement" ne vise pas toutes les chasses. Faudra encore attendre un peu pour celle à la bartavelle si chère au Pagnol de La Gloire de mon Père. Idem pour la chasse au lapin qui ce matin a tué un chasseur façon Chantal Goya ou pour celle à la galinette cendrée à la manière des « Inconnus ». Après enquête, nous sommes en mesure de révéler aux fidèles lecteurs de « Restons Correct ! » que cette dérogation aux usages cynégétiques les mieux établis ne concerne en fait que la chasse aux gros. Aux gros contribuables, aux gros patrimoines, aux grosses entreprises, aux gros banquiers, aux gros capitalistes, bref à tout ce qui dépasse la norme en termes de tunes. Par ailleurs, la même enquête nous permet d’affirmer que le privilège de chasser les gros sera exclusivement réservé à l’Etat. Tout comme avant la Révolution quand seul le Roi avait le droit de courir après les cerfs dans les bosquets de Versailles ou de Fontainebleau.

la gloire de mon père,les neiges du kilimandjaro,galette saucisseCe n’est donc pas de si tôt que nous pourrons repartir sur les traces de l’Hemingway des Neiges du Kilimandjaro ou des Vertes Collines d’Afrique, pour traquer les grosses bêtes en voie de disparition et c’est bien dommage. Ca nous aurait pourtant bien plu de voir Jean-Marc Ayrault costumé en « grand chasseur blanc » menant sa caravane de riches oisifs alcooliques de lodges luxueuses en bivouacs spartiates, à la recherche du trophée qui ornera le mur du salon de la baraque qu’ils viennent de se faire construire dans les Hamptons. Le soir, au coin du feu, tandis que les femmes indigènes préparent la (vraie) galette-saucisse vespérale, nous aurions pu nous mettre minables au gin-tonic tout en philosophant gravement sur l’Afrique éternelle et la hausse du prix des fusils Purdey dans les échoppes spécialisées de la Cinquième Avenue. Ben non, c’est pas ça, tant pis pour la nostalgie, les derniers rhinos peuvent dormir tranquilles et c’est certainement pourquoi les z’écolos n’ont pas protesté à l’annonce de cette réouverture…

la gloire de mon père,les neiges du kilimandjaro,galette saucisseMaintenant, faudrait quand même pas que ce safari citoyen et patriotique tourne à la tartarinade à la mode de Tarascon. Car le danger est bien là : que les gros aillent rejoindre l’ibis japonais ou l’hippopotame nain sur la trop longue liste des bestioles menacées d’extinction. Tout ça parce que cet ahuri de Michel Sapin aura trouvé intelligent de s’la jouer Buffalo Bill massacrant les bisons dans la prairie des beaux quartiers. La biodiversité y perdrait beaucoup, les finances publiques aussi. Si ça se trouve faudra même ouvrir des réserves de gros dans l’Oberland bernois ou sur le rocher de Son Altesse le Prince Albert II de Monac’. Avouons que ça ferait plutôt désordre si Josette et Marcel étaient contraints de payer pour s’offrir un safari photo du côté de Gstaad ou de Monte-Carlo, au lieu d’aller jouer pour pas un rond aux paparazzis dans la banlieue de Saint Trop’ ou à la terrasse du Fouquet’s.

C’est pourquoi notre question du jour s’adresse au WWF : bravo pour les pandas mais que comptez vous faire pour sauver les gros de l’hécatombe qui s’annonce ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu