Avertir le modérateur

09/07/2012

Amitié et nation

 

amitié franco-allemande,céline,les rita mitsouko,montaigne,galette saucisseVoila donc 50 piges que la France et l’Allemagne sont amies et pas que sur Facebook. Un anniversaire joyeusement fêté hier par tante Angela et oncle François. Franchement qui s’en plaindrait ? Vaut quand même mieux faire péter le Champagne à Reims que de s’étriper du côté de Sedan ou de Verdun. D’abord parce que ça coute beaucoup moins cher au contribuable, ensuite parce que ça évite de multiplier après les commémorations patriotiques, avec discours grandiloquents devant des brochettes de vétérans cacochymes, de plus en plus clairsemées au fil des ans. Reste que nous aurions tort d’être naïfs : si en 1962 Adenauer et De Gaulle ont décidé de faire table rase d’un passé sanglant, de réconcilier officiellement les amateurs de (vraie) galette-saucisse et les partisans de la Bratwurst-Kartoffeln c’était pour d’excellentes raisons. Menacée par l’Union Soviétique (le mur de Berlin venait d’être érigé) l’Allemagne de l’époque souhaitait se garantir une paix durable sur sa frontière occidentale ; comme d’hab’, De Gaulle voulait montrer aux Américains que l’Europe en général et la France en particulier pouvaient se passer d’eux.

amitié franco-allemande,céline,les rita mitsouko,montaigne,galette saucisseCe « mariage » était donc de « raison » certainement pas « d’amour ». Quelque part c’est préférable car, sans reprendre nécessairement à notre compte l’aphorisme de Céline (Louis-Ferdinand, pas le maroquinier de la rue François Premier) selon lequel l’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches, on peut penser avec les Rita Mitsouko que les histoires d’amour finissent mal en général… En plus, même si tous les goûts sont dans la « nature », devoir sauter la mère Merkel le samedi soir est une épreuve que nous ne souhaitons à personne, même pas à François Hollande. Les lecteurs de « Restons Correct ! » ont pourtant le droit de savoir que le « couple » franco-allemand n’a rien d’éternel. Ne serait-ce que parce que les conditions qui prévalurent à sa constitution ne sont plus vraiment d’actualité. L’anti-américanisme est en voie de disparition et ne survit plus qu’au fin fond de quelques cambrousses reculées et, si on excepte quelques pays définitivement sous-développés y compris certaines zones du 9-3, la menace communiste n’est plus qu’un « tigre de papier », édenté et jauni par le temps…

amitié franco-allemande,céline,les rita mitsouko,montaigne,galette saucisseTant mieux finalement ! Avons-nous besoin d’un traité quinquagénaire pour nous faire des amis de l’autre côté du Rhin ? La Liberté de nous faire des potes où bon nous semble doit-elle être encadrée par telle ou telle considération géopolitique, officialisée par un traité d’amitié obligatoire entre les peuples ? L’amitié n’est-elle pas d’abord une question d’atomes crochus ? Pour paraphraser Montaigne à propos de La Boétie, si j’ai lié durant ma vie des liens amicaux avec des Allemands, des Britanniques, des Italiens, des Américains, des Suisses, des Tunisiens, des Canadiens - j’en passe et de meilleurs amis - et même des Belges et Bretons, n’est ce pas d’abord parce que c’étaient eux et parce que c’était moi ? L’amitié est sans doute la forme la plus élémentaire de l’humanisme et n’a nul besoin d’injonctions officielles pour la manifester à autrui. Mieux : quand tous les nationalistes décérébrés auront rejoint les patriotes compulsifs au cimetière des cons, la Liberté individuelle aura fait un grand pas en avant…

J’en profite donc pour poser ma question du jour à Marine Le Pen : pour quelles raisons refusez-vous obstinément de devenir mon amie sur Facebook ?

 

07/07/2012

Question d'Orient

 

syrie,bachar al assad,turquie,galette saucisseHistoriquement, la « Question d’Orient » désigne la lente implosion de l’empire Ottoman qui occupa la diplomatie européenne à plein temps ou presque, de la fin du dix-huitième siècle à la signature du traité de Lausanne en1923. Pour faire très court, ce traité actait la création de la Turquie « moderne » et confirmait l’indépendance des pays arabes. Parmi eux la Syrie dont l’administration fut provisoirement confiée par la SDN - le « machin » proto onusien de l’époque - à la France éternelle et civilisatrice. S’en suivit une relative période de paix, à peine troublée par les conflits israélo-arabes à répétition et les horreurs des guerres civiles libanaises. Et voilà qu’avec la guerre civile - puisqu’il faut l’appeler par son nom - c’est reparti à donf du côté de Damas et d’Alep. Pas question pour le p’tit père Hollande de passer à côté de cette occasion historique d’être enfin pris au sérieux par la « communauté internationale ». D’où l’organisation récente à Paris d’une Grande Conférence des « Amis du Peuple Syrien » dont la conclusion est impressionnante de fermeté : « Bachar al-Assad devrait abandonner le pouvoir »…

syrie,bachar al assad,turquie,galette saucisseLes peuples heureux n’ont dit-on pas d’histoire. C’est sûr qu’à l’aune de cette maxime, les Syriens sont mal partis et que ça ne date pas d’hier : Cananéens, Phéniciens, Assyriens, Babyloniens, Hittites, Perses, Grecs, Romains, Byzantins et Arabes, la région n’a jamais manqué d’envahisseurs plus ou moins bien intentionnés. Sans compter plus récemment les Croisés et les Turcs, sans oublier non plus notre très distingué camarade Lawrence d’Arabie et ses copains Saoudiens. Raison de plus pour ne pas en rajouter une couche en allant jouer les cow-boys dans les djebels locaux : John Wayne est donc prié de rester chez lui, l’Occident n’a rien à gagner en allant s’embourber dans ce cloaque ancestral de rivalités tribales inexpiables et de guerres de religions plus ou moins larvées qu’est à l’évidence la Syrie. C’est certes moche pour les malheureux civils du cru qui ne demandent probablement rien à part qu’on leur foute la paix, mais l’aventure libyenne et ses débordements sahéliens a récemment prouvé qu’il peut-être préférable de laisser les Orientaux résoudre eux-mêmes leur éternelle « Question d’Orient ».

syrie,bachar al assad,turquie,galette saucisseA part Hollande, il semble que tout le monde l’ait compris. Pour paraphraser le regretté Samuel Huntington, la civilisation de la (vraie) galette-saucisse n’a aucun intérêt à provoquer un choc avec celle du kebab-frites sur le terrain syrien. Même Obama semble être sur cette ligne. Sans parler de ce gros malin de Poutine qui se dit qu’il vaut mieux vendre des armes à un régime dictatorial plutôt que d’envoyer le cuirassé Potemkine et les marins de Cronstadt canonner les plages d’un bon client. En plus, pour trouver le « Chemin de Damas », y’a tout ce qui faut dans la région : les monarchies pétrolières pour le financement et la Turquie en plein renouveau nationaliste pour jouer les gros bras. Avec en prime la neutralité bienveillante de « Restons Correct ! » qui vaut largement une résolution du Conseil de Sécurité. Cerise sur le gâteau, pendant qu’ils seront occupés à rétablir l’ordre en Syrie, nos amis les Turcs ne nous gonfleront pas avec leur hypothétique admission au sein de l’Union Européenne. Avec un peu de chance ils lâcheront même les baskets de ces pauvres Chypriotes qui ont, semble-t-il, d’autres chats à fouetter, financiers notamment…

Notre admonestation du jour sera donc pour l’excellent BHL : Sois mignon coco, pour une fois fermes la !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu