Avertir le modérateur

07/03/2010

Brèves de marché militant

place du marché.jpgCe matin « Restons Correct ! » était au marché de Versailles. Pas pour y rechercher les traces de la main invisible, juste histoire de voir comment les militants tentaient de convaincre Josette et Marcel de voter pour eux dimanche prochain.

Tout ce que le 7-8 compte de formations politiques d’envergure nationale y était ou presque, aux notables exceptions près du FN et du NPA.

L’occasion pour nous d’aller à la rencontre de leurs courageux militants qui, vu le temps carrément frais, battaient le pavé mercantile leur piles de tracts à la main et le sourire électoral aux lèvres.

 

grognards.jpgDu côté de chez Debout la République, les vétérans du dernier carré des grognards du gaullisme versaillais l’avouent d’emblée : ils sont là pour participer, point barre. Ca a le mérite d’être franc et lucide.

Le Front de Gauche n’a délégué qu’un seul « distributeur » ce qui peut se comprendre compte tenu du goût bien connu des habitants de la « cité royale » pour le bolchevisme sous toutes ses formes. Du reste le pauvre garçon se garde bien de s’éloigner de plus de deux mètres de ses ex et/ou futurs potes du PS.

A l’UMP les jeunes militants souriants la jouent zen façon rien n’est fini, tout peut encore arriver, rien n’est perdu et, de toutes façons, vu le taux d’abstention qui s’annonce

Au Modem c’est écharpe orange de rigueur, avis partagés et langue de bois de chez langue de bois. A la question alors, vous avez le moral ?, le militant isolé répond au-delà de Bayrou, oui !Pris en groupe c’est plutôt le rappel de la vista « humaniste » du Génie du Béarn et des vertus démocratiques du centrisme salvateur et universel…

 

benoit-hamon-5.jpgAu PS l’accueil est comme souvent sympathique et ouvert. Une fois qu’ils ont compris qu’on n’allait pas leur parler des impôts locaux ou du RER A, les sourires apparaissent sur les bonnes bouilles encartées. Pas besoin de les passer à la gégène intervieweuse pour que les dames vous affirment l’œil ému que Benoît Hamon, troisième sur leur liste, a beaucoup de charisme et que, dans le même temps ou presque, les militants mâles vous confient l’air égrillard et à son propos que c’est surtout auprès des dames

Mais la palme revient sans conteste possible aux allumés d’Europe Ecologie emmitouflés dans leurs ponchos péruviens vu qu’ils sont venus à vélo. Si vous les croisez un matin d’hiver tardif et frisquet sur un marché de banlieue, ne leur demandez surtout pas alors, le réchauffement climatique c’est pour bientôt ? ca ne les fait pas rire du tout. Si en plus vous leurs faites observer que, selon les sondages, ils vont se faire rincer sévère par leurs « amis » les socialos, vous risquez carrément, de vous prendre une tartelette aux pommes bios dans la tronche à défaut de (vraie) galette-saucisse. Comme quoi le sens de l’humour ne doit pas être au programme du développement durable et universel…

 

euro 10 ans après.jpgUn merci pour finir à Olivier Barthalon, futur et sympathique battu de la liste Modem départementale qui, apprenant que nous tenions un blog sur 20minutes.fr, a tenu à nous offrir un exemplaire de L’Euro dix ans après, le passionnant livre édité chez L’Harmattan dont il est le co-auteur.

23/06/2009

Sarkozy à Versailles, Colbert se retourne dans sa tombe

président.jpgCe n’est pas un secret : en 2007 « Restons Correct ! » a voté Sarkozy. Sans états d’âme vu la nullitude de l’autre finaliste, sans illusion non plus. Pire encore : si c’était à refaire dans les mêmes conditions, nous récidiverions sans doute. Faut-il pour autant encenser sans discernement la parole présidentielle. Evidement non ! D’autant plus qu’après avoir été un temps pressenti pour le Secrétariat d’Etat à la (vraie) galette-saucisse, il est plus que probable que le remaniement qui sera annoncé demain nous omette définitivement.

versailles.jpgC’est donc l’esprit libre et la plume déliée que nous revenons sur le grand discours versaillais qu’a prononcé hier le Président devant les caméras et les parlementaires réunis en Congrès. Parmi les sujets abordés, c’est l’annonce de l’émission prochaine d’un grand emprunt national « destiné à financer les priorités de l’action gouvernementale » qui a particulièrement retenu notre attention. Certes en politique il faut s’attendre à tout et, le plus souvent, on n’a pas trop longtemps à attendre, mais là il a fait fort le Nicolas !

faillite.jpgCela fait tellement longtemps que, de déficits budgétaires abyssaux en trous de la sécu récurrents, le pays s’est engagé sur la pente de la « faillite tranquille » qu’on avait presque fini par s’y habituer. 35 000 euros de dettes publiques dans le berceau de chaque nouveau-né : pas grave c’est pour leur bien ! 40 milliards d’euros consacrés tous les ans au paiement des intérêts de la dette : des broutilles, y’a qu’à faire payer les riches ! Un endettement proche de 80 % du PIB annuel : billevesées, ya qu’à doubler le PIB par la relance de la consommation populaire pour diviser le chiffre par deux !

madoff.jpgEst-ce pour autant une bonne raison pour en remettre une couche ? Qu’il nous soit permis d’en douter. Sans compter que faire appel à l’épargne populaire pour financer des politiques qu’impôts, taxes et autres prélèvements obligatoires sont censés financer, ça a quand même, qu’on le veuille ou non, un p’tit arrière goût d’arnaque à la Madoff. C’est certes légal, mais vider les bas de laine plutôt que de réduire les dépenses de l’Etat, c’est un tantinet limite. Prétendre réguler le capitalisme est une chose, prendre le citoyen contribuable et épargnant pour un con en est une autre...

colbert.jpgEn attendant et puisque ceci s’est produit à Versailles, ayons une pensée pour la mémoire de Colbert. Celui qui fut le premier des ministres de Louis XIV et l’apôtre du mercantilisme à la française a du se retourner dans sa tombe à l’énoncé de cette annonce. Certes nous lui devons l’élévation du protectionnisme au rang de pilier des politiques économiques nationales, l’inflation des effectifs de la fonction publique et l’invention de l’économie mixte laquelle consiste, comme chacun sait, à faire payer par le privé les conneries industrielles et commerciales de l’Etat ; mais, pour autant qu’on le sache, Il avait le minimum d’honnêteté et de cohérence intellectuelle requis pour éviter de faire n’importe quoi n’importe comment avec les écus durement gagnés par les fidèles et humbles sujets de Sa Majesté…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu