Avertir le modérateur

19/05/2010

La Caritude

aubry.jpgOn peut penser ce qu’on veut des socialos mais force est de reconnaître que, question remue méninges, brainstorming et compagnie, ça mollit pas vraiment. Depuis que la Rougette de Lille a remis son petit monde au taf, ça foisonne sec du concept novateur et des propositions concrètes pour sauver la retraite à 60 ans et, plus généralement, ce qui reste des acquis sociaux des travailleuses et des travailleurs.

« Restons Correct ! » ne s’en plaindra pas. Nous nous félicitons même de ce regain de créativité qui ne peut que contribuer à relancer le débat public, à ramener Josette et Marcel aux urnes et, qui sait, à redonner un peu de saveur à notre (vraie) galette-saucisse électorale qui avait quand même tendance ces derniers temps à s’affadir dangereusement.

 

martine_04.jpgFini donc l’ordre juste, exit l’Etat providence et la « bravitude », place désormais à la « caritude », comprenez la société du « care », celle qui se préoccupe avant tout de soigner les bobos des bobos et, plus largement, ceux de tous les contribuables-citoyens.

Plus question de travailler plus pour gagner plus et encore moins de travailler plus longtemps pour ne pas crever de faim sur ses vieux jours. Il s’agit désormais de prendre soin de nous, des vieux comme des mômes, et pour ça il y a l’Etat et ses services publics servis par des cohortes de fonctionnaires toujours plus nombreux, toujours mieux payés et enfin reconnus pour l’irremplaçable rôle qu’ils jouent dans la préservation des liens sociaux qui lient indissolublement les bonnes gens aux pourvoyeurs des largesses collectives.

 

Bisounours.jpgEvidemment ça ca coûter bonbon et comme les Bisounours sont rincés vu qu’ils n’ont pas échappé à la crise, va falloir trouver des sous pour financer tout ça sans se faire dégrader sur le front des troupes par les agences de notation financière, sans encourir les foudres de madame Merkel ou celles du FMI de monsieur Strauss-Kahn.

En fait ce n’est pas un problème : on fera payer les riches comme d’hab’ et on taxera les revenus financiers à donf , juste pour dissuader le populo d’épargner en prévision de lendemains qui, la croissance enfin revenue, ne peuvent que chanter.

Evidemment, il n’est pas précisé à partir de combien on est supposé être riche, ni par quel miracle la croissance reviendrait…

En attendant, si on a encore deux sous de bon sens sur son livret A, on a clairement intérêt à aller planquer fissa ses tunes ailleurs, ne serait-ce que par application du principe de précaution économique et fiscal le plus élémentaire…

18/05/2010

Ca va faire mal !

impots.jpgLes Français n’ont pas le moral. Ben tu m’étonnes ! Depuis le temps que « Restons Correct ! » le sentait venir ça devait arriver : on nous interdit de boire l’apéro avec nos potes de chez Facebook, les Bleus vont se ridiculiser au Mondial de Foot, va peut-être falloir bosser jusqu’à des 50-55 ans et, en plus, on vient d’apprendre que les impôts allaient augmenter avant même 2012 et le retour de la gôche au pouvoir ou de ce qu’il en restera. Du pouvoir, pas de la gôche. Encore que…

C’est sur que ça va faire mal ! D’ici à ce que la consommation de Prozac supplante celle de (vraie) galette-saucisse dans nos riantes provinces, y’a pas loin et ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour le déficit de la sécu.

 

ClotildeReiss.jpgDu reste, ceux qui doutaient encore de l’inéluctable survenue de la rigueur en sont pour leurs frais. Elle a évidemment déjà commencé et, victimes de la règle inique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, les principaux services de l’Etat sont déjà durement affectés.

C’est ce que démontre clairement ce qu’il est désormais convenu d’appeler « l’Affaire Clotilde Reiss ».

Fini le temps où les services secrets français pouvaient s’offrir des agents surentraînés, protégés par le statut de la fonction publique, formés au close combat, rompus au maniement des explosifs et à la pose de webcams dans les coins les plus chauds de la planète.

Désormais, notre Grand Service Public du Renseignement National en est réduit à s’abonner aux twitts des étudiantes en stage à l’étranger ou à la newsletter de leur blog sur 20Minutes.fr.

 

déjeuner des canotiers.jpgMais, sachez-le, le pire est à venir. On vient par exemple d’apprendre qu’une société américaine s’apprêtait à forer des puits de pétrole à grande profondeur sous le bassin parisien dans le but d’enrichir encore plus les multinationales du secteur.

C’est d’autant plus préoccupant qu’aucune garantie n’a été à cette heure apportée aux pêcheurs à la ligne de la région qui risquent bien, à l’instar de leurs collègues louisianais d’être privés de poiscailles à la première fuite occasionnée par la maximisation du profit à court terme.

Manquerait plus que les bords de Marne prennent des allures de golfe du Mexique pour que la cata soit complète, pour que le p’tit vin blanc prenne un sale goût sous les tonnelles, pour que le Déjeuners de Canotiers vire à la malbouffe façon mondialisation ultralibérale.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu