Avertir le modérateur

04/04/2008

Printemps lycéen

a79d2aba0c61d0b48ef63de353282740.jpgComme tous les ans avec le retour des beaux jours les lycéens sortent dans la rue. C’est un rite incontournable. De ceux qui, comme le bac, marquent la sortie de l’adolescence pour des dizaines de milliers de jeunes gens tonitruants et plutôt sympathiques.

Comme tous les ans à la même époque les autorités concernées mettent tout en œuvre pour éviter les dérapages violents et le Ministre de l’Intérieur se dit que, finalement, Jean-Marie Bockel a peut être eu raison d’accepter le portefeuille des Anciens Combattants...

Comme tous les ans à la même époque, les parents d’élèves s’angoissent pour le bac de leurs chères têtes blondes en oubliant l’importance récurrente du taux de réussite à l’examen.

Rien de nouveau donc sous le soleil printanier, à peine de quoi faire la une de 20 Minutes, de Libé ou du Figaro, le miel du Landernau blogosphérique en général et de « Restons Correct ! » en particulier ou encore l’ouverture du 20 heures de TFl.

Rien de nouveau non plus en matière de revendications : Touche pas à mon option jeux vidéos ! On veut être plus surveillés ! X (le ministre de l’Education Nationale du moment) t’es foutu : La Terminale S 2 du lycée Pablo Neruda est dans la rue !

Bref tout çà c’est bien calibré, bien prévisible, bien convenu et çà se termine comme tous les ans le 1er mai par une grande manifestation plus ou moins unitaire qui permet à Bernard Thibault et à Gérard Aschieri d’affirmer sentencieusement sous une banderole dépourvue d’allusions blessantes à l’égard des ch’tis, que l’Education doit rester la priorité de la Nation …

En attendant ce point d’orgue rituel, les manifs lycéennes auront permis à quelques jeunes gens et jeune filles qui s’apprêtent à entamer les longues études supérieures désormais nécessaires pour qui espère être un  jour élu Conseiller Général socialiste en Corrèze, de passer à la télé chez Michel Field, voire pour les plus méritants ou les plus malins chez PPDA.

Evidemment les esprits bougons regretteront une fois de plus la pauvreté créative de l’exercice et le classicisme des mots d’ordre : Pas le moindre Soyons raisonnables demandons l’impossible ! ni le plus petit Libérez la (vraie) galette-saucisse !, même à la sortie du lycée Jacques Cartier de Saint-Malo…

A qui la faute ? Hélas sans doute aux profs qui soutiennent, encadrent et surveillent de près le mouvement. Certes cette implication enseignante a le double avantage d’éviter la multiplication des fautes d’orthographe sur les pancartes lycéennes d’une part, de leur permettre de faire valoir leurs revendications corporatistes a peu de frais d’autre part, depuis que les jours de grèves ne sont plus rémunérés. Mais force est pourtant de constater qu’elle ne favorise pas vraiment la Liberté d’expression juvénile…

03/04/2008

L'Argent de la Politique

adfd5c7ef3740207b39b696d3da6d4fd.jpgTandis que le Parti Socialiste prépare la synthèse de son prochain congrès, que l’UMP se « recadre », que le Front National et le PC raclent le fond de leurs tiroir-caisses, que le MoDem tente de se connecter tous azimuts et que, comme d’hab, les Verts s’interrogent longuement sur leur devenir, il n’est sans doute pas inutile de se poser la question : D’où vient l’argent des partis politiques et, accessoirement, à quoi servent-ils à part permettre à leurs dirigeants de passer à la télé ?

La question est loin d’être anodine quand on sait que l’essentiel des sous qu’ils claquent en tracts que personne ne lit, à part les militants qui les distribuent dans les boîtes aux lettres, provient de nos impôts !

Il faut le savoir, dans l’esprit du législateur, les partis politiques français sont supposés assurer un service public et sont donc, à ce titre, grassement subventionnés par le contribuable. Ces subventions sont allouées en fonction de l’un de ces calculs dont l’administration française a le secret et dont nous vous épargnerons le détail. Sachez pourtant que les deux premiers bénéficiaires de cette générosité publique sont l’UMP et le PS qui se partagent plus de 50 millions d’Euros. De quoi payer les rançons de plusieurs Arches de Zozoé, peut être même celle d’Ingrid Bétancourt... Sachez aussi que quand vous acquittez vos impôts, une partie aboutit dans les caisses partisanes de messieurs Le Pen et Besancenot.

Bien sur, dirons certains, 50 ou 60 millions d’Euros c’est pas grand chose comparé à la gabegie étatique généralisée mais, comme c’est très souvent le cas quand l’Etat se mêle de ce qui regarde d’abord les citoyens, les effets pervers du dispositif ne sont pas que comptables.

De fait, il faut aussi savoir que la législation encadre rigoureusement les autres sources de financement possibles : Interdiction formelle aux entreprises et aux associations de verser aux partis la moindre contribution, fut-elle en nature, et limitation draconienne des dons des particuliers. En clair si vous gagnez au loto vous avez le droit de vous expatrier avec vos sous, ce que nous recommandons du reste vivement de faire à partir d’un certain montant de gains, mais il vous est interdit de financer significativement un nouveau parti politique qui serait, par exemple, voué à la défense de la (vraie) galette-saucisse.

Quant à trouver des tunes à l’étranger c’est même pas la peine d’y songer ! Imaginez un peu le risque que comporterait pour notre République Une et Indivisible le financement, même très partiel, d’un parti politique ultra-libéral par l’Association Professionnelle des Plombiers Polonais !

Quand on sait tout çà on comprend mieux pourquoi ce sont toujours les mêmes candidats, toujours soutenus par les mêmes appareils, qui se présentent toujours aux mêmes élections ; pourquoi en politique on est jeune jusqu’à au moins 50 ans et, surtout, pourquoi les partis politiques établis servent toujours à leurs électeurs, scrutins après scrutins, la même soupe programmatique aussi généralement insipide que plus ou moins bien réchauffée…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu