Avertir le modérateur

06/11/2010

Vous prendrez bien une tasse de thé ?

boston-tea-party-2007-small.jpgLe mouvement « Tea Party » a joué un rôle important dans la victoire des Républicains aux élections intermédiaires américaines. Les clameurs s’étant un peu tues, le soufflet médiatique étant peu retombé, il est sans doute temps de revenir sur ce phénomène qui, pour typiquement américain qu’il soit n’en comporte pas moins des « leçons » politiques sans doute extrapolables à notre cher et vieux pays.

Cet indiscutable succès populaire, populiste diront certains, repose d’abord sur sa référence explicite à la Tea Party de Boston, révolte fiscale fondatrice de la Révolution Américaine et aussi célèbre aux Etats-Unis que la prise de la Bastille en France une grosse quinzaine d’années plus tard.

 

us tea party.jpgCe n’est évidemment pas tout. Si ça a plutôt bien marché, si ici ou là des candidats estampillés « Tea Party » sont parvenus à ravir la vedette et parfois même le siège de tel ou tel cacique du Parti Républicain, c’est parce que le mouvement a largement touché une classe moyenne américaine de plus en plus excédée par l’emprise et la voracité fiscale croissantes de l’Etat Fédéral, des techno-politiciens de Washington en général et de l’administration Obama en particulier.

C’est certes très américain mais ça n’aurait sans doute pas fonctionné sans l’activisme des « libertariens » américains qui correspondent politiquement peu ou prou aux libéraux français : pas vraiment conservateurs et certainement pas socialo-collectivistes à la sauce « démocrate ».

Socialism is not freedom !, le socialisme ce n’est pas la Liberté ! ont scandé les centaines de milliers de participants pour réclamer une baisse des dépenses publiques et des impôts. Pour ne rien vous cacher si « Restons Correct ! » était américain nous aurions été à leurs côtés.

 

logo libertariens.jpgReste évidemment à savoir si un tel mouvement est possible en France. Pas évident. D’abord parce que (vraie) galette-saucisse partie, ça parle peut être moins à nos concitoyens que  « tea party » aux Américains.

Ensuite et surtout parce que contrairement aux libertariens américains dont le parti officiel revendique plus de 200 000 membres, les libéraux français sont quand même un peu politiquement à la ramasse. Ultra-minoritaires à l’UMP ou éparpillés dans une nébuleuse de nano-partis sans vrais moyens tels Alternative Libérale, le Parti Libéral Démocrate, ou le Mouvement des Libéraux de Gauche (rigolez pas ça existe !), ils ont toutes les peines du monde à faire entendre leur voix.

Normal dans un pays dont les élites sont intoxiquées à l’étatisme et où, quoi qu’on en dise,  la Liberté n’est pas vraiment la tasse de thé préférée des techno-politiciens de toutes obédiences.

 

La question est donc de savoir qui tentera le coup : les Bretons et leurs galettes, les Ch’tis et leurs moules-frites ou les Lorrains et leurs quiches ?

Commentaires

Je viens de manger des arbouses... Bon, c'est pas super terrible, mais au moins c'est local...

Écrit par : alix | 06/11/2010

@Restons correct,

Je vous recommande la lecture du document suivant écrit par mon ami Jean-Louis Bourlanges, et qui vous montrera que le libéralisme en France est plus compliqué que cela en étant broyé depuis 200 ans par la droite et la gauche :
http://www.lenouveleconomiste.fr/JV/JVLNE1538/C1/AVH.html

Pour que les russes s'aperçoivent du fiasco du collectivisme pur et dur, il leur a fallu 80 ans. Alors que la France avait coupé la tête de la monarchie absolu, elle a immédiatement mis en place la monarchie démocratique parachevée par les lois de décentralisation...

Avec près de 60% du PIB capté par l'Etat, une dette publique aussi importante que le PIB (d'ailleurs marrant de voir -de manière ironique- que le budget de l'Etat considère ses statistiques financières non pas en les rapportant à ses propres ressources, mais sur la totalité des ressources du pays), nous sommes peut-être arrivé au bout du bout de ce socialisme ou interventionnisme d'État qui illusionne le citoyen dans une pseudo-protection puisqu'il n'est plus en mesure de financer les fonctions régaliennes!!!

Écrit par : Patrick AUBIN | 07/11/2010

Les mots:Libéral ou libéralisme sont devenu en France,des mots grossiers désignant le capitalisme sauvage,les buveurs de sang du peuple Rares sont ceux (politiques et médias)qui le prononcent sans y ajouter divers qualificatifs les plus négatifs et outranciers Nous nous enfonçons un peu plus chaque jour dans le déclin,bien lestés par les fameux acquits et les très fumeuses exceptions Françaises Nous nous sommes gavés a la pâtée de l'assistanat et de l'état protecteur et nous sommes définitivement en addiction permanente du fameux toujours plus Quand 70% de nos étudiants rêvent de devenir fonctionnaire comment parler d'avenir? Comment parler du concept du libéralisme et pour qui ?

Écrit par : antimythe | 07/11/2010

Le Libertarian Party à la Francaise, tu es le bienvenu pour y participer, restons Correct

Pour les Parisiens, pot (pourquoi pas au thé) Alternative Libérale demain mardi 9 Novembre 2010 au Pré aux Clercs, à l'angle des rues Bonaparte et Jacob, à 19h30.

le liberal@hotmail.fr
http://leparisienliberal.blogspot.com/2010/08/matrice-de-nolan-du-paysage-politique.html


A demain, les parisiens libéraux !

Écrit par : Le Parisien Liberal | 08/11/2010

Merci aussi à Alix pour son éclectisme gastronomique, à Patrick pour ses conseils de lecture à antimythe pour son judicieux commentaire et au Parisien Libéral pour son invitation à laquelle je ne souhaite pas donner suite ayant déjà donné dans le milit&ntisme du côté de chez Liberté Chérie et d'AL notamment.

Écrit par : restons correct | 09/11/2010

Oui effectivement le Mouvement des Libéraux de Gauche existe bel et bien ! J'en suis personnellement une membre (je l'espère bientôt active) et pour tenter de vous passer votre envie de "rire sur le terme de gauche", je vais vous envoyer sur son site :

http://www.libgauche.fr/

En vous donnant la peine et le temps de lire ses articles "principaux" (dont je ne doute nullement de votre capacité intellectuelle à les repérer) vous êtes quasi obligé de sortir de cette lecture en ayant compris que "pour nous gauche n'est pas synonyme de socialiste" !

Je vous laisse donc à cette (re ?) découverte !

Écrit par : tetatutelle | 17/11/2010

Oui effectivement le Mouvement des Libéraux de Gauche existe bel et bien ! J'en suis personnellement une membre (je l'espère bientôt active) et pour tenter de vous passer votre envie de "rire sur le terme de gauche", je vais vous envoyer sur son site :

http://www.libgauche.fr/

En vous donnant la peine et le temps de lire ses articles "principaux" (dont je ne doute nullement de votre capacité intellectuelle à les repérer) vous êtes quasi obligé de sortir de cette lecture en ayant compris que "pour nous gauche n'est pas synonyme de socialiste" !

Je vous laisse donc à cette (re ?) découverte !

Écrit par : tetatutelle | 17/11/2010

GROS MEA CULPA pour le post en "double" de mon commentaire, souci technique totalement indépendant de ma volonté !

Écrit par : tetatutelle | 17/11/2010

@Tetatutelle,

La description des libéraux de gauche n'est pas différente de la description que font les libéraux qui se disent au centre ou à droite...du libéralisme!!!

Si nous revenons à la période révolutionnaire de 1789, même si il est difficile de faire un résumé, la gauche était représenté par les Montagnards, qui sans vouloir vous offenser, était plutôt issus des milieux cléricaux. Il y avait d'ailleurs une extrême gauche avec les "Enragés"!

Il est cependant peut-être difficile de faire une analogie entre cette époque, dont l'évolution politique a été marquée par des troubles journaliers, et aujourd'hui puisqu'entre temps est aussi arrivé le marxisme qui a encore apporté d'autres fractures politiques....

Mais il existait aussi un centre avec des modérés (appelés Plaine ou marais selon qui les définissait) ainsi que les girondins... il est aussi apparu une fracture entre jacobins (pro-Etat) et les girondins (fédéraliste)...

Aussi on peut décliner à l'infini les différences politiques mais il me semble que les clivages que vous tenter de définir entre les libéraux n'existe que sur les limites de l'Etat... et que la gauche et la gauche d'aujourd'hui sont plutôt de nature jacobinen alors que le centre est de nature girondine...

Ainsi, si on peut dire que la droite est pour la liberté économique contrairement à la gauche, elle est hypocritement pour l'intervention de l'Etat dans la stratégie économique... ce que réfute le libéralisme qui veut que le politique garantisse simplement le droit à la liberté économique... pas d'intervenir dans les affaires économiques...

Pour la gauche, qui a fait du social son leitmotiv, là aussi, il s'agit d'un dirigisme social qui est inacceptable pour le libéralisme... pas que le libéralisme écarte le social mais que les politiques garantissent par le droit que les plus faibles ne subissent pas l'oppression... non à nouveau par une intervention économique... Car pour le concret, c'est le contrat social entre les corps sociaux qui permettent de mettre en place le social entre les individus... si l'économie permet de faire les progrès souhaités !!! D'ailleurs nous pouvons constater que ce sont les pays les plus "libéraux" qui ont toujours apporté les avancées sociales... et que les pays qui fondé leur politique sur le dirigisme social se sont effondrés.

Tout dirigisme porte en lui les germes de l'échec : après le dirigisme économique et le dirigisme économique, nous assistons au dirigisme écologique qui va continuer à priver un peu plus les citoyens de leurs libertés à s'organiser...

Il est nécessaire que les libéraux s'organisent en construisant le parti de la Société face à tous ces dirigismes, à tous ces partis qui voit en l'Etat une providence d'abord pour eux plutôt qu'un garant pour le peuple, plutôt que de faire des chapelles qui défendent en fait les mêmes objectifs...

Écrit par : Patrick AUBIN | 17/11/2010

Patrick votre message à lui seul prouve que "vous n'avez pas pris la peine ou le temps nécessaire de bien parcourir le risque" ou de lire "les articles qu'il faut" c'est à dire ceux "présentant le libéralisme de gauche et les objectifs du parti" (ils ne sont pourtant pas difficile à trouver, ce site n'étant pas, du moins pour l'instant, ultra-rubriqué) ! La période que vous indiquez de la révolution française est déjà "postérieure à celle que nous retenons pour notre idéologie", intervenant précisément au moment où la révolution "tourne mal" avec les "têtes coupées", les tribunaux révolutionnaires et l'arrivée de certains "idéologues" (les Colbert, Robespierre, Danton et consorts préparant le chemin de Napoléon Bonaparte........) tout ceci n'est pas très libéral !...... La "vraie doctrine libérale révolutionnaire" se situe très largement "de l'époque de Montaigne à la prise de la Bastille". Par conséquent ce que nous appelons la "gauche libérale révolutionnaire" ce sont (outre les nombreux "philosophes libéraux" inspirateurs de cette révolution dont je ne vais citer toute la liste......) "les physiocrates", ceux qui au sortir de l'Ancien régime siégeaient précisément à la "gauche du roi" et qui de ce fait "réclamaient la République" alors que les "royalistes" siégeant à la "sa droite" demandaient "la poursuite de l'Ancien régime" : tout simplement ! Le libéralisme c'est "simple" ! C'est toujours au moment où les choses deviennent complexes qu'il régresse, alors "SVP ne compliquons rien" !
Concernant l'opposition Jacobin /Girondin, à l'évidence nous sommes plus proches des Girondins !

Vous évoquez le libéralisme "économique" (bien sûr avec raison !) mais, à l'instar de beaucoup de libéraux (je crois finalement malheureusement la majorité.....) vous faites volontairement ou non l'impasse sur son volet "libertés individuelles" ! Or désolée celles-ci font "pleinement partie de cette doctrine" puisque la Déclaration des Droits de l'Homme affirme clairement que "rien n'est interdit qui ne nuise à autrui" ! C'est "cela aussi la raison et même l'une des principales de la motivation à créer le MLG" !

Quant à la question du "social", notre proposition se limite à l'instauration d'une Allocation Universelle "en remplacement de toutes les allocations existantes" (y compris les allocations "complément" telles les aides au logement et à la santé), donc ça me semble désolée un peu léger pour nous voir qualifiés "d'étatistes" !

Écrit par : tetatutelle | 18/11/2010

@Tutatutelle,

Mon message est ce qu'il est et j'ai parcouru ce qu'il fallait pour me faire une opinion...

Ne je vais pas vous retourner les mêmes gentillesses qui ne font pas avancer le schmilblick, car j'avais bien précisé qu'une analogie était difficile à faire sur cette période trouble de l'histoire qui changeait de jour en jour...

Tous les révolutionnaires, a fortiori, libéraux étaient positionnés à la gauche du roi si vous souhaitez raisonner ainsi. On apprend pas grand chose en disant cela. Faire un amalgame avec la gauche actuelle est une escroquerie intellectuelle... La gauche actuelle est holiste... c'est l'antithèse de ce qu'est un libéral... qui ne peut se définir à gauche ou à droite... puisque dans les deux cas nous avons affaire à des personnes qui croient en l'étatisme... C'est pour cela que je partage votre avis : le libéralisme c'est simple, il n'a pas besoin d'être de droite ou de gauche, c'est le libéralisme tout simplement.

Je n'ai pas parlé de "libéralisme économique" mais j'ai parlé de "dirigisme économique". J'ai juste fait une répétition en mettant "économique" à la place de "social" dans une phrase que je rectifie ainsi : "Tout dirigisme porte en lui les germes de l'échec : après le dirigisme économique et le dirigisme social, nous assistons au dirigisme écologique qui va continuer à priver un peu plus les citoyens de leurs libertés à s'organiser."

Aussi, je ne fait absolument pas l'impasse sur la morale libérale... et dans mes écrits je fais suffisamment référence au droit de l'homme pour que vous évitiez de m'en faire un reproche, sinon sur chaque commentaire, nous allons à chaque fois écrire un livre. Et votre conclusion demande à ce que vous relisiez ma propre conclusion... si vous êtes libérale vous n'êtes pas étatique... je ne comprends pas le sens de ce mauvais procès... n'est-ce pas vous qui dénonciez "l'hygiénisme" des politiques ? A moins que vous ayez vraiment besoin de rattacher libéralisme à gauche... mais comme on vous l'a déjà fait remarquer, cela n'a pas plus de sens qu'un libéralisme de droite !!!

Écrit par : Patrick AUBIN | 18/11/2010

"Faire un amalgame avec la gauche actuelle est une escroquerie intellectuelle... La gauche actuelle est holiste... c'est l'antithèse de ce qu'est un libéral..."

Et c'est bien "précisément ceci que nous disons dans nos articles de présentation du mouvement", le collectivisme "nous le dénonçons bel et bien", c'est l'avènement du marxisme au XIXème siècle qui a donné au mot "gauche" son sens actuel lui faisant ainsi perdre son sens initial, une fois de plus "relisez les articles" !


"Je ne comprends pas le sens de ce mauvais procès..."

C'est le sens de votre propos que je ne saisis pas bien, excusez-moi....


"N'est-ce pas vous qui dénonciez "l'hygiénisme" des politiques ?

Je le dénonce toujours et "le MLG le dénonce" ! Et c'est précisément le moment où nous nous sommes aperçu qu'Alternative Libérale déviait légèrement (du moins dans sa "communication") de l'objectif initial de sa création (qui lui "mettait clairement en avant les libertés individuelles") en prenant un tournant plus soucieux du volet économique que nous avons lancé la création du MLG ! Car l'initiative de cette création vient bel et bien d'un "groupe de transfuges d'AL" même si force est de constater que le nombre d'adhésions de gens venant "d'ailleurs" a rapidement pris le pas sur celles des purs aéliens et c'est là pour nous une bonne surprise, notre but étant à l'évidence d'amener au libéralisme le plus grand nombre de citoyens ! Si je vous accorde volontiers que le "gâteau" de la création de ce mouvement contient une petite part de "cuisine politique" (mais quel parti n'en contient aucune ??.......), tout le reste est bel et bien une "volonté philosophique pure", je peux vous en assurer !

Écrit par : tetatutelle | 19/11/2010

@Tetatutelle

Relisons ensemble : MLG veut dire "Mouvement des Libéraux de Gauche". N'est-ce pas ?
Doit-on voir dans cette appellation un mouvement archaïque qui imagine que le roi est toujours notre dirigeant ? Car il n'y a pas beaucoup de personne aujourd'hui qui va associer "gauche" à cette définition historique que vous voulez en faire.
Existe-t-il dans votre croyance royale des libéraux qui seraient situés à la droite du roi pour que vous vous sentiez dans l'obligation d'ajouter "de gauche" afin de vous distinguer des premiers ? Car si tous les libéraux sont à la gauche du roi, ce n'est pas la peine d'en faire un pléonasme.
Vous dites bien vous-même que vous dénoncez "bel et bien" le collectivisme : alors pourquoi, alors qu'en France plus qu'ailleurs, la gauche est associée au collectivisme, pouvez-vous utiliser ce mot pour définir ce que vous ne seriez pas ? Les libéraux n'ont rien à voir avec les nobles par plus qu'avec les marxistes : ce sont des libéraux, tout simplement...

Qu'il existe une différence entre les libéraux et les libertariens, c'est vrai comme il existe d'autres mouvements ou écoles de pensée du libéralisme sur les limites de l'État. C'est d'ailleurs entre les anarchistes purs et les communistes, la taille de l'État face au peuple qui est en cause... et qui construit les mouvements politiques... Vous voulez vous distinguer philosophiquement d'AL, soit!!! Mais je crains que plus vous souhaitiez vous distinguer philosophiquement d'autres libéraux, et plus vous vous réduisez... alors que la pensée libérale est justement là pour s'ouvrir au plus grand nombre...

Écrit par : Patrick AUBIN | 19/11/2010

"Il n'y a pas beaucoup de personnes aujourd'hui qui vont associer "gauche" à cette définition historique que vous voulez en faire."

Hormis ce type particulier de "personnes" de notre société qu'on nomme "illettrées", toutes savent lire et comprendre un texte simple et de plus en plus savent utiliser un ordinateur, par conséquent comme "la réponse à cette question est clairement apportée sur notre site" nous considérons "avoir fait ce qu'il fallait en la matière pour éviter toute confusion" ! Et s'il s'avérait nécessaire de "ré-expliquer une nouvelle fois la leçon" pour certaines un peu plus lentes d'esprit que les autres "nous le feront", car jusqu'à preuve du contraire c'est là "le rôle de militants politiques" (dans quelque parti que ce soit !), alors pourquoi ne le ferions-nous pas ? Je trouve quand même incroyable ce "comportement contradictoire" de beaucoup de libéraux non MLG (ainsi que certains libertariens) qui lorsqu'on évoque l'Allocation Universelle nous font un procès en "populisme", mais qui par contre sur le sujet que vous évoquez ne sont en rien gênés de "nous inciter en quelque sorte à une forme de populisme" (en nous demandant ainsi "d'employer un langage immédiatement compréhensible par les moins cultivés du peuple") ! Voilà pourquoi désolée cette objection ne tient pas la route car bien trop légère, voilà une attitude "purement politicienne" (ça "vous embête qu'on porte le qualificatif de gauche", et donc il faut bien que vous trouviez un argument contre, aussi léger soit-il, rien de plus ! Nous sommes néanmoins "dans notre plein de droit de le porter" !).

"Existe-t-il dans votre croyance royale des libéraux qui seraient situés à la droite du roi"

Comme je vous l'ai dit nous ne voulons pas d'un libéralisme se limitant "strictement au domaine économique en laissant pour compte les libertés individuelles". Alors "oui effectivement pour nous les libéraux faisant hardi donc la promotion des valeurs les plus traditionnelles", quand bien même ils réclament une liberté économique beaucoup plus grande qu'aujourd'hui, "nous les considérons à l'égal des conservateurs plus étatistes de notre échiquier" ! Et si vous osez me dire qu'il n'y a pas de ce genre de libéraux (qu'ils existent seulement dans notre imagination), alors pardonnez-moi de vous répondre que "vous êtes borgne" ! Je vous transmets quand vous voulez une liste de noms de personnes inscrites sur sur Facebook avec le lien de renvoi vers certains de leurs écrits, leurs intérêts et même leur profil et vous jugerez ainsi de leur grand "libéralisme" !....... ça ne veut pas dire évidemment que "l'intégralité des adhérents des autres partis libéraux (AL et PLD) et des libertariens" soient traditionnalistes, le degré de conservatisme varie d'un libéral à l'autre, soit et heureusement ! Néanmoins pas besoin qu'il y en ait forcément beaucoup pour que ça ne mette pas très à l'aise ceux qui entendent promouvoir le "vrai" grand angle "incluant les libertés individuelles" ! Par conséquent certains ont décidé de créer leur propre mouvement par besoin "d'un peu de quiétude" si vous préférez, car nous pensont qu'un moment donné elle est nécessaire (voire indispensable) à un travail efficace.

"Je crains que plus vous souhaitiez vous distinguer philosophiquement d'autres libéraux, et plus vous vous réduisez... alors que la pensée libérale est justement là pour s'ouvrir au plus grand nombre..."

Oui, "au départ, nous étions tous d'accord là-dessus" ! AL avait été créée "précisément dans ce but-là, rassembler les libéraux de tous horizons", et il y avait en son sein en gros "trois courants de pensée : authentiques (la majorité), conservateurs et de gauche (ou progressistes)". Et tout le monde a pensé pouvoir fonctionner ainsi (et en avait la volonté !). Mais malheureusement "des divisions sont vites venu tout gâcher" !...... D'abord "entre les conservateurs et le reste du parti" (c'est ainsi que s'est créé "le PLD") et un an et demi plus tard "entre les authentiques et les progressistes" (c'est ainsi que s'est créé le MLG). Et je peux vous garantir n'avoir "personnellement participé à aucune de ces divisions" puisqu'ayant adhéré à AL "juste avant la division entre authentiques et progressistes" (je n'étais donc membre d'aucune instance) ! Et croyez-moi je suis bien la première à regretter l'éclatement de cette "fabuleuse création" (venant de fantastiques créateurs !) qu'était AL à l'origine !.........Mais "le mal étant maintenant fait" et les libéraux français ainsi "divisés en trois camps", je suis "bien obligée de choisir le mien" (n'allant quand même pas prétendre "détenir à moi seule le moyen de réparer l'irréparable" !). Et là je choisis celui "qui me convient le mieux à titre personnel et le plus proche de ma pensée" car c'est là l'attitude on ne peut plus naturelle pour tout "individu" ! Si vous venez me demander de réagir autrement, de choisir en fonction d'un quelconque "intérêt collectif", quel qu'il soit et pour qui que ce soit, alors désolée mais ainsi "vous n'agirez pas en libéral" !

Tout simplement : avant de critiquer notre démarche, "informez-vous suffisamment en profondeur" !.......

Écrit par : tetatutelle | 20/11/2010

@Tetatutelle,

Décidément avec vous, tout est limpide mais on n'y comprend pas grand chose car vous avez le don de dire souvent l'inverse de ce que vous voulez démontrer... histoire de noyer le poisson!!! Aussi nous allons nous concentrer sur une seule idée que vous avez développée afin de vérifier en profondeur qui a besoin d'apprendre...

Ce qui distinguerait les libéraux de gauche des libéraux, ce serait l'Allocation Universelle !!! Vous ne voulez pas d'un libéralisme se limitant "strictement à l'économie" et la seule mesure que vous évoquez comme différence est une mesure... économique de redistribution à partir de l'État !!! Or pour pouvoir redistribuer, ne serait-ce qu'à tout le monde puisqu'universel, il faut déjà que vous ayez créé une capacité de redistribution... ce qui est économiquement une aberration...

Le socialisme, c'est redistribuer l'argent qui n'existe pas, vous êtes typiquement dans ce cas... Je pense qu'il va vous falloir revoir votre copie et on comprend pourquoi la pensée libérale est si compliquée à développer en France : les cerveaux sont corrompus depuis plus de deux siècles par l'Étatisme et le socialisme...

Écrit par : Patrick AUBIN | 21/11/2010

"Vous ne voulez pas d'un libéralisme se limitant "strictement à l'économie" et la seule mesure que vous évoquez comme différence est une mesure... économique de redistribution à partir de l'État !!!"

Vous avez pourtant bien mis cette nuance entre guillemets : "strictement à l'économie", ce qui signifie bien que nous sommes "favorables à l'économie de marché" mais seulement opposés au principe d'une "économie obsessionnelle", ce qui fait donc, désolée, "une sacrée différence avec les anti-économistes" !

"Il faut déjà que vous ayez créé une capacité de redistribution... ce qui est économiquement une aberration..."

Ce n'est évidemment "économiquement" pas l'Etat lui-même qui a cette capacité redistributive puisque ce sont bien sûr "les entreprises qui créent la richesse" ! Et là où les socialistes pèchent et ce qui fait LA DIFFERENCE AVEC NOUS, c'est que eux ont mis en place en matière économique un véritable "MONTICULE LEGISLATIF" qui, appliqué, est "un frein considérable à la création de cette richesse" ! On ne peut effectivement (comme vous le dites très bien) redistribuer "ce qui n'existe pas", c'est cela et rien d'autre que les socialistes n'ont pas compris ! Seulement avec nous ce monticule législatif n'existera plus, "l'Allocation Universelle étant la seule et unique mesure d'ordre social qui sera conservée dans notre législation" ! Et le terme "en remplacement de toutes les autres aides" n'est pas à comprendre de travers : il signifie seulement que ces autres aides sont "légalement" supprimées, ça ne signifie nullement que le montant de l'Allocation Universelle soit "la somme totale des montants de toutes ces aides supprimées" ! Car alors dans ce cas on arriverait à l'évidence à un montant d'AU de l'ordre de 2000 euros mensuel par personne et là je comprendrais effectivement votre inquiétude !..... Mais où avez-vous lu qu'il s'agit de cela ?? Pour l'instant le "principe" seulement est évoqué sur notre site. Le "programme détaillé", lui, n'est pas encore conçu (alors patience et merci de ne pas le juger par anticipation !) et si ça peut vous rassurer je suis pour ma part personnelle "opposée à une AU qui serait l'additionnel des allocations existantes", je l'exprime d'ores et déjà là-dessus au sein du mouvement et continuerai à le faire ! Je plaiderai en faveur d'un "montant minimal" se situant "entre 700 et 800 euros mensuels" (en référence à la proposition de Jacques Marseille), pas au-delà (et même moins s'il le faut !......) car désincitatif au travail et effectivement illogique puisque "en l'absence de travailleurs, on ne peut évidemment plus trouver d'argent pour aider les non-travailleurs".

Donc "j'ai bien la tête sur les épaules" ! C'est vous qui jugez "avant de nous laisser vous expliquer les choses en détails et en profondeur" (or souvenez-vous qu'en démocratie "chacun" a droit à l'expression !).

Écrit par : tetatutelle | 22/11/2010

@tetatutelle,

Ca y est, vous vous enfoncez... dans votre logique redistributive : pour pas faire peur à ceux qui vous lisent, vous citez en tentant un contre-pied en disant "pas 2 000 euros" mais "de l'ordre de 700 à 800 euros"...

Avec qui partagez-vous cette idée ? Avec vous seule ? C'est de l'égalitarisme au sens pur du terme... au fait "universelle, c'est pour qui, pour tous les êtres humains de 0 à jusque mort s'en suive ? de 7 à 77 ans ? Pour tous ceux qui déclarent des revenus ? et les étrangers, vous leur donnez ou pas cette alloc ?

Bon en tout état de cause, rien de bien libéral puisque vous ne prenez absolument pas en compte quoi que ce soit de la vie des gens... prendre d'une main pour leur redonner d'une autre, quel bilan financier faites-vous de cette opération puisque finalement votre idée est uniquement économique...et qu'elle n'a rien de libérale ?

Si apporter des arguments qui vous posent problème est juger, nous allons avoir du mal à avancer...

Écrit par : Patrick AUBIN | 22/11/2010

Et vous vous continuez à NE PAS ME LIRE, et "c'est très pénible", croyez-moi ! (essayez SVP de vous mettre seulement "deux secondes" à ma place si ça n'est pas trop vous demander !). Car si vous me lisiez, vous ne me poseriez pas des questions auxquelles "je vous ai déjà donné textuellement la réponse dans mon commentaire précédent" ! Alors je vais répéter (même si j'avoue qu'il faut avec vous une certaine patience.........puisqu'à l'évidence "vous le faites exprès" !)

"Avec qui partagez-vous cette idée ? Avec vous seule ?"

Réponse donnée "entre la 16ème et la 24ème ligne de mon commentaire précédent", relisez (voilà maintenant je vais faire comme ça, parce que non là "vous dépassez quand même les bornes" !.........J'ignore si c'est "moi qui ne suis pas libérale" mais vous je constate que vous concernant il faut "vous mâcher le travail" dans une discussion, ce qui me semble aussi "libéralement" un peu curieux, mais bon.........).

"Universelle, c'est pour qui, pour tous les êtres humains de 0 à jusque mort s'en suive ? de 7 à 77 ans ? Pour tous ceux qui déclarent des revenus ? et les étrangers, vous leur donnez ou pas cette alloc ?"

Là aussi vous prenez un malin plaisir à m'agacer, cette fois-ci en "vous faisant passer pour idiot" ! Je devrais donc normalement dans la logique précédente me contenter de vous demander "d'ouvrir un dictionnaire au mot "universel" et de prendre connaissance de sa définition" ! Mais comme je suis trop gentille, étant donné que ça n'est pas une répétition, je vais quand même vous répondre (mais "lisez-moi bien" car de même que pour la précédente il n'y aura pas de répétition !). Comme pour ma part il ya "belle lurette que je connais la définition du mot universel", je vous "apprends" donc qu'universel signifie "pour tous" ! Alors "oui évidemment c'est de 0 jusqu'à la mort" (pourquoi ne commencerait-on qu'à 7 ans et qu'une personne dépassant les 77 n'y aurait plus droit ??.....) : par contre il n'est pas certain que le montant sera le même pour les mineurs (qui ont quand même beaucoup moins de besoin ! Pas de "frais de location" notamment, puisque ceux-ci payés par les parents), scette question n'est pas encore tranchée (puisque même le montant de l'AU "adulte" ne l'est toujours pas mais "en débat", zut non je commence à vous répondre sur la question précédente au lieu de vous laissez "relire", j'arrête de suite !.......), nous verrons. AL pour sa part accordait un montant "plus bas pour les mineurs" mais re-ferons-nous "exactement la proposition d'AL" ? Je n'en sais encore rien. Les étranger "idem", si c'est "universel", vu que nous les considérons comme "des êtres humains" au même titre que les autres, vois pas pourquoi ils n'en bénéficieraient pas .........Pas besoin non plus de "déclarer des revenus" puisque c'est un droit "de naissance" sur le principe tout simple : "je suis venu sur terre (sous entendu "sans l'avoir demandé" !........) donc j'ai le droit d'y vivre, vivre sur terre ayant un coût j'ai donc droit à une somme minimale accordée d'office et sans condition". Voilà !

Si vous voulez penser que cette mesure n'est pas libérale, libre à vous..........Mais je vous pose alors la question suivante : s'il n'y a QUE CELA DANS TOUT NOTRE PROGRAMME QUI N'EST PAS LIBERAL, est-ce suffisant à "rejeter en bloc ce programme comme antilibéral", à nous reléguer au rang des "socialistes" ? Faire cela porte un nom précis (désolée si je vous vexe !) : je crois qu'on appelle ça du......... "fondamentalisme" ?

Désolée, pouvoir argumenter "sur quelque chose" suppose que "ce quelque chose existe" : vous ne pouvez argumenter sur "de l'inexistant" ! Or alors que jusqu'à présent seul le "nom" Allocation Universelle figure sur notre site vous criez d'ores et déjà "haro au socialisme" ! C'est donc seulement "votre manière d'agir" qui me pose problème (car elle est illogique). Et là encore elle porte un nom précis : prêter par anticipation des intentions à une équipe politique sur son programme "futur" s'appelle "un procès d'intention" !

Donc en conclusion je crois finalement qu'il serait plus sage et logique que nous remettions à plus tard ce débat : précisément "au jour où le programme du MLG sera mis en ligne sur son site" (ce qui passe nécessairement préalablement par "son élaboration" et "sa rédaction" et "rien de tout cela n'est encore fait à ce jour" !), ainsi vous disposerez alors au moins du "sol" sur lequel bâtir votre architecture alors qu'actuellement ça n'est pas le cas, qu'en dites-vous ?

"Vous aurez le droit de nous juger" mais "sur pièces", pas avant, "accordez-nous le droit de travailler en paix, s'il vous plaît" (c'est tout ce qu'on vous demande, ça n'est quand même pas très compliqué me semble-t'il ?......) !

Écrit par : tetatutelle | 24/11/2010

Ecoutez bien, à la 39eme seconde : "DSK, l'homme de gauche, se fait quand même chopper en ayant un comportement ultra libéral, sans foi ni loi, ...

Écrit par : plan de travail cuisine | 15/06/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu