Avertir le modérateur

20/05/2010

Impôts mais pas trop

le juge.jpgAujourd’hui « Restons Correct ! » vous la joue pédago. L’objectif est d’expliquer si possible simplement à nos lecteurs que, si l’impôt est un mal hélas nécessaire, son excès nuit gravement à la prospérité de tous. Il faut en effet le savoir : même ceux qui ne sont pas imposables sur le revenu « en » payent, ne serait-ce qu’à chaque fois qu’ils font leurs courses. Ca s’appelle la TVA, c’est la première source de revenus de l’Etat et ça crache quand même plus de 125 milliards d’euros par an.

Chacun contribue donc à financer la collectivité ne serait-ce que via sa consommation.

Chacun attend aussi en retour un minimum de services publics, à commencer par la sécurité, la défense et la justice. C’est pourquoi l’impôt, indépendamment de sa nature et de sa répartition, est nécessaire. Pour imparfaites qu’elles puissent parfois être, la police, l’armée et la justice sont sans doute mieux, ou moins mal, assurées par la sphère publique que par des initiatives privées qui sont plus susceptibles de virer au n’importe quoi façon Juge Roy Bean à l’ouest du Pecos.

 

courbe de laffer.jpgFaut il pour autant en arriver, comme c’est le cas aujourd’hui en France, à augmenter les impôts, les taxes et les prélèvements obligatoires de toute nature pour financer, ou tenter de financer, une dépense publique qui avoisine les 50 % des richesses que nous produisons bon an mal an à la sueur de nos fronts et à la seule force de nos petits bras musclés ? La réponse est évidemment « non ! ».

D’abord parce que, comme l’ont montré les travaux d’Arthur Laffer, augmenter les taux de prélèvements aboutit inéluctablement à une baisse absolue des rentrées fiscales et assimilables. A partir d’un certain seuil, variable selon les cas, les époques et les pays, les recettes baissent en valeur absolue. Les producteurs et les consommateurs cherchent et, le plus souvent trouvent, le moyen  d’y échapper.

 

LO258_EvasionFiscale.jpgCe n’est ni plus ni moins que la théorisation et la modélisation de ce que tout le monde sait : des charges sociales confiscatoires favorisent le travail « au noir », des impôts excessifs la fraude fiscale, une taxation abusive des patrimoines l’évasion des capitaux vers des cieux fiscalement moins infernaux. Dès lors, sauf à fliquer tout le monde ce qui est aussi coûteux qu’impopulaire, les contrôles ne permettent en général de récupérer qu’une faible part du « manque à taxer ».

La seule solution est alors de collectiviser toute l’économie ce qui, sur la base des consternants exemples de l’ex-URSS, de Cuba ou de la Corée du Nord peut difficilement être considéré comme une solution démocratiquement satisfaisante, économiquement viable et socialement supportable.

 

galettes_saucisses_grande.pngCependant, sans recourir à la funeste solution de la nationalisation générale, il est important de comprendre que la rapacité publique détruit lentement mais surement la prospérité du plus grand nombre.

Honnêtes petits marchands forains de (vraie) galette-saucisse, nos amis Josette et Marcel hésiteront d’autant plus à se lever tôt tous les matins pour exercer leur commerce que l’imposition marginale des revenus qu’ils tirent de leur activité sera dissuasive.

De même, si la TVA sur leurs excellents produits les rend prohibitifs, leurs fidèles clients auront tendance à moins consommer, si ce n’est à se tourner vers des produits de moindre qualité, genre hotdogs à base de saucisses importées.

Du coup, non seulement ils payeront moins d’impôts mais, en plus, ils n’embaucheront pas le de commis pour les aider. Ca fera au moins un d’jeune de plus au chômage et un débouché de moins pour l’éleveur de porcs qui approvisionne leur fournisseur de saucisses en bon gros cochons bien roses. Ne restera plus alors à ce dernier qu’à se revendre à vil prix à un charcutier chinois qui s’empressera de transférer son irremplaçable savoir-faire ancestral dans la banlieue de Shanghai.

 

Si vous avez lu ce billet jusqu’au bout, vous avez compris pourquoi il est urgent de baisser les impôts ce qui, sauf à endetter notre descendance sur une douzaine de générations, ne peut se concevoir sans baisser tout aussi vigoureusement la dépense publique.

Commentaires

Je ne gagne pas des cent et des milles, mais je suis heureux de payer des impôts, pour une pleine jouisance du plus grand nombre d'entre nous, d'équipements et services publics.
Je ne comprend pas ce mélange d'égoïsme et de pleurnicherie alors qu'on mange bien, se soigne bien, qu'on est proprio, qu'on part en vacances, etc
Bref comme dit l'autre que la misère dure, car des pleurnicheurs il y en aura toujours...

Écrit par : Fran | 20/05/2010

Commençons par les ministères ! Couper au maxi les frais de représentation et vous savez le pourquoi ! Est-ce qu'il leur faut autant de conseillers, secrétaires, porte-paroles, attachés parlementaires et j'en passe... Plus de voiture de fonction : dans les bouchons avec sa propre voiture comme tout le monde ou dans le train ou métro ou tram ! Paiement des frais pour aller travailler de sa poche comme nous, humble plèbe, le faisons tous les jours. On n'est plus à la cour royale quand même !

Écrit par : Naguima | 20/05/2010

Je suis heureuse pour vous, Fran, que vous mangez bien, vous pouvez vous soigner bien et même, oh privilège, partir en vacances ! Moi, j'économise pour nourrir mon mari malade, je ne vais pas chez le dentiste car je n'ai pas les moyens et les vacances sont devenues qu'un lointain souvenir d'avant 2007. Pourtant, on payait les impôts aussi mais cela ne nous empêchait pas de vivre. Terminé ce temps. Je ne peux même pas exercer le métier millénaire ou plus, féminin : trop maigre ! (boutade bien sûr !). Il ne s'agit pas d'égoïsme mais d'impossibilité de les assumer pour la plupart parmi nous : n'oubliez pas, nos salaires n'ont pas été mis au niveau du coût de vie en euro, seul Mr le Président se l'est octroyé.

Écrit par : Naguima | 20/05/2010

La purge étatique n'est pas pour demain,pour cela il faudrait mettre a plat bien des rentes de situations et des acquits qui plombent nos comptes autant que les recettes (impôts)qui s'envolent Nous avons chargé la barque sociale en faisant du crédit,ce qui surcharge encore la dite barque Nous n'avons pas anticipé,ni le vieillissement de la population,(Baby boum)ni les conséquences de l'application des 35 h dans les secteurs sanitaire,sociale et médicale Nous nous voilons la face devant les couts de l'immigration et de ses conséquences sanitaires, sociales et médicales etc etc ..... La barque coulent et nous voudrions la chargée un peu plus,et croire qu'ils y a des solutions indolores qui permettrons d'alléger la barque Allons Que Mrs NOAH, Hallidays et autres bonnes fortunes rentrent au bercail du justiciable Que les patrons du cac40versent leurs oboles,que .....Vous croyez encore au père noël?

Écrit par : antimythe | 20/05/2010

Merci pour ces commentaires

@ fran
Moi pareil, à la différence près que je veux bien payer des impôts à condition que ce ne sot pas pour financer des hordes de bureaucrates dont la compétence est souvent relative et l'utilité rarement avéré.
Sinon, plutôt aller se faire taxer ailleurs...

@ Naguima
Il y a les symboles que vous évoquez mais il y a surtout la masse des dépenses étatiques générées par une pléthore incontrôlable d'agents éponymes..

@ Antimythe
A bien des égards je partage votre pessimisme et je ne crois pas non plus au père Noel

Bonne fin de WE !

Écrit par : Restons Correct | 23/05/2010

Ok, comme j'ai écrit dans le même sens, je suis d'accord avec vous, Restons correct.

Écrit par : Naguima | 25/05/2010

@ naguima
Merci pour cette approbation

Écrit par : Restons Correct | 26/05/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu