Avertir le modérateur

07/04/2010

Bouclier et jambe de bois

tempete.jpgBouffé aux mites le bouclier fiscal, à peine érigé et déjà emporté comme une vulgaire digue vendéenne un soir de grande marée d’équinoxe ! « Restons Correct ! » le pressentait, le Figaro le confirme : bouclier fiscal ou pas le « solde migratoire » des fortunes hexagonales demeure lourdement négatif.

En clair, ces enfoirés de riches se barrent toujours autant sous des cieux moins infernaux pour s’y goinfrer de (vraie) galette-saucisse en toute impunité fiscale.

On vous l’avait bien dit hurle le chœur des vierges babouvistes, inutile de combler les riches de « cadeaux », yaka leur supprimer leur bouclier, point barre !

 

jambe de bois.jpgBen force est de convenir que, sur ce dernier point, ils ont indiscutablement raison. Il faut de fait être particulièrement borné pour croire qu’on devient riche en France ou qu’on le reste sans un minimum de gingin.

Parce qu’il a été conçu comme une mauvaise réponse aux effets dévastateurs de cet impôt imbécile qu’est l’ISF, le bouclier fiscal n’a jamais été perçu par ceux de nos concitoyens qu’il concerne comme autre chose qu’un emplâtre sur une jambe de bois.

Si vous ajoutez à cela qu’il n’est pas besoin d’avoir fait Normale Sup et l’ENA pour savoir qu’en matière fiscale, la législation française est à peu près aussi instable que la démarche de Marcel quand il a abusé de l’eau de vie de cidre, vous comprendrez que c’est pas demain la veille que la tune hexagonale va revenir se faire taxer at home.

 

ocde.jpgPour que l’argent revienne et avec lui l’investissement productif indispensable à la création de nouveaux emplois générateurs de recettes fiscales ou sociales, il faudrait d’abord que les dépenses publiques baissent durablement et significativement.

 Or elles représentent bon an mal an, crise économique ou pas, 50 % du PIB national à comparer au chiffre de 40 % pour la moyenne des pays de l’OCDE…

Une fiscalité « au taquet » et 10 points de PIB sur-dépensés année après année, pas besoin de chercher plus loin pour savoir pourquoi les finances publiques sont dans le triste état que l’on sait.

 

Message personnel à nos lecteurs expatriés fiscaux : inutile de vous précipiter pour boucler vos valises, avec le très probable retour de la gôche au pouvoir en 2012 ça va surement pas s’arranger…

Commentaires

La gauche au pouvoir n'a pas supprimé l'ISF, la droite a créé le bouclier fiscal, c'est plus moderne et guerrier (bouclier nucléaire, etc ...). En tout cas, il ne nous donne ni travail, ni galette-saucisse correcte, on se contente actuellement du Top Budget, ou on jeûne.

Écrit par : Naguima | 07/04/2010

"le chœur des vierges babouvistes" ? Qu'est ce que c'est que ça, une "vierge babouviste" ? A quelle secte étrange cela fait-il référence ? Faut il prévenir la MIVILUDES ? A quoi servent les vierges babouvistes ? Le restent elle longtemps ? Cher Restons Correct, éclairez moi (nous ?) de vos lanternes !!

Écrit par : KnarfTheDwarf | 08/04/2010

"le chœur des vierges babouvistes" ? Qu'est ce que c'est que ça, une "vierge babouviste" ? A quelle secte étrange cela fait-il référence ? Faut il prévenir la MIVILUDES ? A quoi servent les vierges babouvistes ? Le restent elle longtemps ? Cher Restons Correct, éclairez moi (nous ?) de vos lanternes !!

Écrit par : KnarfTheDwarf | 08/04/2010

on va pas supprimer un dispositif qui n'a pas fait ses preuves. Non non trop simpliste camarade : il faut l'aménager. Je propose de coupler une nouvelle TSBF (Taxe Sur le Bouclier Fiscal) avec une DISF (Déduction d Impot Sur la Fortune).
J'espère que les savants de l ENA ne lisent pas votre blog, ils pourraient piquer l'idée.

Écrit par : tropical | 08/04/2010

@ naguima
en toute mlogique c'est la droite et non ma gauche qui aurait été bien inspirée de supprimer l'ISF...
D'ici à ce que ce soit la gauche qui le fasse un de ces 4...

@ knarf

vierges babouvistes c'était juste pour ne pas écrire "pucelles égalitaires"...

@ tropical

excellent ! ca rappelle le débat entre camember et bitur à propos du trou creusé dans la cour de la caserne


Merci et bonne soirée à vous 3

Écrit par : Restons Correct | 08/04/2010

La première solution , la plus radicale, consiste à supprimer l’exonération de l’outil de travail. Simple et lisible, cette décision aurait permis d’élargir l’assiette de l’ISF tout en justifiant une baisse massive des taux. Au lieu d’un barème progressif avec un taux maximum à 1,8 %, il aurait été possible, sans nuire au rendement de l’impôt - on n’efface pas si facilement 2,5 milliards d’euros de recettes fiscales - de les harmoniser à 0,4 % ou 0,5 %, un niveau non dissuasif, conforme avec l’esprit économique de l’imposition du patrimoine, qui est d’inciter à une bonne valorisation du capital. La viscosité de l’impôt sur la fortune, c’est un peu la taxe Tobin de l’entrepreneur. Cette solution présente toutefois un inconvénient qui la condamne probablement : elle pénalise les dirigeants de PME exonérés. Certes, des réponses techniques existent, comme la fixation d’un abattement à la base suffisamment élevé et d’un taux de taxation suffisamment faible. Mais elles maintiennent un effet de seuil psychologique.

Écrit par : francoise | 22/09/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu