Avertir le modérateur

14/01/2010

Droit de vote des étrangers

boston_tea_party.jpgBoston, 16 décembre 1773, fait pas vraiment chaud vu que le réchauffement climatique n’a pas encore atteint les côtes du Massachusetts. Bravant le froid et les gabelous, quelques dizaines de d’jeunes du coin s’introduisent subrepticement à bord d’un navire chargé de thé que la Couronne britannique a l’intention de revendre aux colons après avoir prélevé dessus  une bonne grosse taxe des familles. Déguisés en indiens à plumes - on n’est jamais trop prudents - les courageux garçons qui se sont autoproclamés « Fils de la Liberté », balancent allègrement les précieux ballots à la mer en poussant des cris de peaux-rouges. L’épisode restera dans l’histoire sous le nom de Boston tea party. Ce ne fut pas du vandalisme façon black block, mais une protestation contre une nouvelle taxe que les Anglais entendaient imposer aux bonnes gens du coin sans leur avoir au préalable donner le droit d’élire des députés pour les représenter au Parlement de Londres.

grande charte.jpgL’épisode est généralement considéré comme l’un des points de départ de la Révolution américaine qui conduira les 13 Colonies à l’indépendance à l’issue de la guerre du même nom. L’histoire serait hors-sujet si elle ne permettait pas à « Restons Correct ! » d’illustrer ce principe essentiel de la Démocratie Libérale qui veut qu’il n’y ait pas de taxes ou d’impôts légitimes qui n’aient été préalablement acceptés par les contribuables via leurs représentants. Son origine remonte probablement à la magna carta que le roi Jean sans Terre fut contraint d’octroyer en 1215 à ses vassaux et qui est à l’origine des Chambres des Communes et des Lords, c'est-à-dire à celle de la démocratie représentative et pluraliste qui a fini par s’imposer en Occident comme le pire des systèmes politique à l’exception de tous les autres…

assemblee-nationale22.jpgC’est en vertu de ce principe qu’il faut « donner » le droit de vote aux étrangers résidants en France et pas seulement aux municipales mais aussi aux cantonales, aux régionales et aux législatives, car ces doctes assemblées on en commun de disposer du pouvoir de taxer, directement ou indirectement tout ce qui bouge économiquement encore dans notre cher et vieux pays. C’est un fait bien établi que si on vit en France et quelle que soit sa nationalité, il est impossible d’échapper à la taxe carbone quand on fait le plein de sa bagnole ou de ne pas acquitter la TVA sur sa (vraie) galette-saucisse. Que l’argent des impôts n’ait pas d’odeur au nez du fisc ne signifie pas que l’Etat ou les collectivités territoriales puissent le prélever à la barbe de contribuables qui n’ont pas eu la possibilité de participer au choix des élus qui en fixent le montant et les modalités de perception.

-CarteElecteur.jpgD’accord pour le droit de vote des étrangers mais avec un « s » à votes…

Commentaires

C'est précisément parce que les "étrangers" qui vivent en France (et qui sont parfois si français, sans compter qu'ils sont souvent nos amis) contribuent à la vie de la France, économique, civique, culturelle, que j'ai défendu dans une série de notes sur "l'identité nationale" qu'ils aient, y compris lorsqu'ils n'ont pas de papier (ce qu'ils doivent avoir, dans ce qui serait un véritable Etat-de-droit et pas de-droite), leur reconnaissance par la nation et donc par "l'Etat", cette émanation de la nation qui n'a pas d'autre substance, alors qu'il y a tant de "Français" virtuels, c'est-à-dire celles et ceux qui ont des papiers français, parce qu'ils sont nés tels, mais qui, vivant à l'étranger, ne contribuent en rien à la vie de la nation. Et c'est pourquoi je propose un nouvel impot sur le revenu : un impot sur la dépense, et non plus "sur le revenu". A l'époque de l'informatique généralisée, il est possible d'évaluer ce qu'un citoyen dépense par et pour son pays. Ceux qui ont des revenus modestes dépensent 100% de leurs revenus dans la vie économique française. Et ceux qui sont millionnaires, milliardaires ? Plus besoin d'un bouclier fiscal s'ils dépensent leurs revenus dans l'économie française, DEPENSENT, et non placent pour faire de la rente, ... Quoiqu'il en soit, nous devons parvenir à une cohérence philosophique, juridique, fiscale, qui nous permette de considérer que nous sommes bel et bien dans une République de liberté, d'égalité, de fraternité. Mais pour l'instant, il n'y a rien à attendre de bon de celles et ceux qui sont "aux responsabilité"...

Un groupe Facebook existe à propos de cette "révolution fiscale".

Écrit par : grellety | 14/01/2010

Je préfère un résident sans CNI mais qui paie ses impôts en France plutôt qu'un bon français qui s'évade fiscalement.
Oui au vote.

Écrit par : Fran | 14/01/2010

1/ pouvons nous réellement dire qu en tant que citoyens français quenous avons un mot à dire sur les impots ;
nos pouvoirs sont délégués à des assemblées et à un exécutif et le lien démocratique en matière de fiscalité est extremement ténu : nous voila donc dans la situation de l'étranger dans notre pays : "tu casques et fermes la".
2/ La tea party est un acte fondateur de la nation américaine, qui dit nation démocratique dit d'une part appartenance à un groupe a une communauté, d'autre part exercice d'un droit de vote afin d'élire des représentants de ce groupe et décider ce que nous voulons mettre en commun.
3/ pousser le raisonnement du libéralisme en "autorisant" les étrangers parcequ ils part icipent aux ressources de l'état ,à voter tout en n'étant pas parti du groupe revient a nier cette notion de groupe et de nation : le chien se mord la queue.
3/ de la il n'y a plus que 3 solutions soit on conserve le systeme actuel (seuls les nationaux pevent voter) soit on se suicide en tant que nation, .(pourquoi pas, pour ma part je pense que ce concept de nation est la dernière barrière à l'émancipation des individus) soit on permet aux résidents (le statut de résident permanent existe t il en France) de voter aux élections locales

Écrit par : tropical | 14/01/2010

Merci à vous pour ces commentaires

@ greletty
Que vous répondre si ce n'est que votre thèse est la marque d'une profonde méconnaissance de la chose économique ?
Même les keynésiens les plus atteints et les plus archaïques le savent : pour dépenser il faut produire et pour produire il faut investir.

@ fran
D'autant plus que les Français qui ne résident pas dans l'hexagone sont privés de droit de vote saus aux présidentielles et aux referendums.

@ tropical
Je partage absolument votre pont de vue sur le caractère éminemment liberticide de l'Etat Nation à la française

Bon WE à tous

Écrit par : Restons Correct | 15/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu