Avertir le modérateur

02/10/2009

Dublin au secours de Lisbonne

barbie.jpgLes Irlandais sont roux, bouffent des patates et se pintent à la bière. Accessoirement il leur arrive de faire sauter le pub du voisin au semtex et de voter pour ou contre le traité de Lisbonne. C’est justement ce qu’ils sont censés faire à l’heure où ces lignes sont écrites (voter et non poser des bombes). En Irlande c’est comme partout : il y a un temps pour la politique européenne et un temps pour les réjouissances populaires, explosives ou non.

La dernière fois qu’on leur a demandé leur avis ils ont répondu « non ». Ce n’était pas pour faire plaisir à Jean-Luc Mélenchon ou à Philippe de Villiers, c’était juste parce qu’ils ne voulaient pas aller casser du Taliban dans la cambrousse afghane ou être contraints d’autoriser les rouquines à avorter.

C’était aussi parce qu’ils ne voulaient pas que, sous couvert de spoliation d’harmonisation fiscale européenne, Bruxelles leur impose de taxer le (véritable) Irish stew à un taux aussi exorbitant que la (vraie) galette-saucisse.

 

irlandais.jpgDepuis que Sarko en personne leur a promis le contraire, il semblerait qu’ils aient changé d’avis et que, selon les sondages effectués dans les pubs du cru, le « oui » l’emporte. Evidemment il faut attendre les résultats définitifs pour faire péter la Guinness au Bar des Sports de Ploubalay en compagnie de Josette et de Marcel, car nul ne sait si les sondages en question ont été réalisés avant ou après le passage au pub des électeurs…

Quoi qu’il en soit si, comme attendu, le « oui » l’emportait ça serait Dublin qui sauve Lisbonne. De quoi faire plaisir à monsieur Barroso et la nique aux pourfendeurs de l’Europe ultralibérale, celle qui fait rien qu’à détruire les services publics et à pousser le petit personnel de France Télécom à des extrémités aussi suicidaires qu’indiscutablement fâcheuses.

 

browncameronl_468x359.jpg« Restons Correct ! » n’a pas l’intention de casser l’ambiance ou de désespérer les plus europhiles de ses lecteurs mais, ce qu’il faut savoir, c’est que quel que soit le résultat irlandais la cause de l’intégration politique européenne est loin d’être gagnée. D’abord parce qu’il restera à convaincre les présidents tchèques et polonais de contresigner la ratification votée par leurs parlements respectifs, mais surtout parce que les britishs risquent bien de remettre tout en question à la prochaine occasion. Et la prochaine occasion c'est en mai prochain quand les conservateurs du sémillant David Cameron, qui ont promis à leurs électeurs de renégocier les traités européens, auront succédé aux travaillistes à bout de souffle de Gordon Brown. Hypothèse très probable si on croit les sondages effectuées dans les salons de thé du royaume.

La bonne nouvelle c’est que l’Europe devrait malgré tout conserver quelques « purgatoires » fiscaux comme l’Irlande, dont l’existence ne peut que modérer les ardeurs taxatrices des tenants d’une harmonisation fiscale généralisée genre tu le sens bien mon gros impôt ? ou je ne veux voir qu’une seule taxe carbone !…

 

stevennoble-ad-campaigns-George_Killian.jpgEn attendant les résultats : A votre santé les Irlandais ! Slan agàt ! comme on dit chez vous…

Commentaires

Je prie Restons Correct de bien vouloir m'instruire : je croyais qu'il fallait écrire "quel que soit le résultat irlandais" et non pas "quelque soit ..". Restons Correct peut-il vérifier la règle applicable et m'en informer, afin que nous restions tous les deux à la fois Corrects et Bien Heureux ?

Écrit par : Thierry le Bien Heureux | 02/10/2009

A Thierry :

Purée t'as raison !

Autant pour moi, je corrige asap

merci et @ +

Écrit par : Restons Correct | 02/10/2009

A la relecture, il me semble qu'il faut corriger également "Quoiqu'il en soit" pour le remplacer par "Quoi qu'il en soit". Quoique ne s'écrirait en un mot que dans le sens "Bien que". Par exemple, "Quoiqu'il en soit propriétaire ...".
Enfin, jusqu'à très récemment, j'aurais écrit comme toi "Autant pour moi". Il semble que la formulation correcte soit "Au temps pour moi" ! Peut-être "Autant pour moi" est-il cependant admis par certains. Je te remercie de nous permettre, grâce à ta prose magnifique et pleine d'humour, de progresser en matière d'orthographe.

Écrit par : Thierry le Bien Heureux | 02/10/2009

A Thierry

Décidément heureusement que tu es là !

J'ai corrigé quoique / quoi que, merci d'avoir pris la peine de me le signaler, merci aussi pour tes encouragements.

S'agissant de autant / au temps, je garde "autant" car dans ce sens la dimension quantitative me paraît l'emporter sur une éventuelle signification temporelle.

Je me trompe peut-être.

Bon we et encore merci.

Écrit par : Restons Correct | 02/10/2009

Certes, mais tout ceci nous éloigne de la foreuse à turbine...

Écrit par : alix | 02/10/2009

Go Raibh Maith Agat a Sir Thierry le Bienheureux agus a Sir Restons Correct !

Écrit par : Christine | 03/10/2009

J'avoue une chose: ces "votations" (le terme est à la mode) à répétition m'épatent. Votre opinion ne nous convient pas? Hop, on recommence. Quoi? Encore une fois contre? Hop, on re-recommence... et ainsi de suite.

Quelle époque!

Écrit par : Pascal Oudot | 03/10/2009

A Alix

Pas vraiment en fait, car comme l'a écrit Christine plus haut et en celtique dans le texte : Go Raibh Maith Agat a agus a Sir Restons Correct, ce qui signifie :
faute de saucisse y'a toujours moyen de s'arranger la galette avec une foreuse à turbine en restant correct

A Christine

Pour la trado, j'ai bon ?

A Pascal Oudot

N'empêche que ça marche même si ça ne change rien...
Sinon sur "votation". Même s'il est à la mode je trouve le mot un peu lourd, genre suisse ou postier syndiqué.

A tous les 3

merci pour les commentaires et bon week end

Écrit par : Restons Correct | 03/10/2009

Ben sans Thierry, la bienheureuse galette-saucisse perd tout son sel et agus tout son sens...

The genuine translation was, in ancient scripts :

GAIL IT SAW SIX

mais cela provient d'une erreur d'interprétation car GAIL ne se rapportait pas aux anciens GAELIQUES mais au diminutif de la petite ABIGAIL qui cuisina la 1ère version d'un pain sans levain aux oeufs. Et what she SAW was not a sausage but SIX hungry soldiers pour qui elle dut garnir le pain aux oeufs sans levain qui devint bientôt le plat local authentique, aussi appelé

VERY (très)
TAB, où tab est soit l'apocope de tablature, parce qu'il était de tradition de déguster le pain garni aux oeufs sans levain au son de la musique des bardes et talabarders, soit, de manière à mon avis moins avérée un mot signifiant le bord des feuilles de timbres israéliens, qui en période de pénurie remplacent les feuilles de brick au fromage de chèvre.

Ce qui en Basse-Bretagne a donné de fines crêpes dentelles et en Haute-Bretagne une bourrative VERY TAB GAIL IT SAW SIX

C'est tout ce que j'ai trouvé comme tradutation et etymologitude présentables étant donné que le titre de ce blog exige une certaine tenue, mais je ne doute pas que d'excellents exégètes puissent affiner les recherches.

Écrit par : Christine | 04/10/2009

A Christine

Mille merci pour ces intéressantes précisions linguistiques qui prouvent, une nouvelle fois, qu'à l'origine des grandes découvertes qui ont marqué l'humanité, il y a souvent la rencontre, inopinée mais torride, entre une jeune fille et une escouade de braves soldats...

Bonne fin de journée

:-)

Écrit par : Restons Correct | 04/10/2009

Restons correct,

Merci pour cet article de fond; continuez de tout coeur à demeurer dans ce genre de registre politique et de connaissances générales. Encore bravo.

Écrit par : Jourdan | 06/10/2009

A Jourdan

Encore merci pour ces encouragements et bonne journée

Écrit par : Restons Correct | 07/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu