Avertir le modérateur

10/09/2009

Rentrée littéraire

bidochons_sport.jpgQuestion littérature "générale" il n’y a plus que deux choses qui marchent : la tambouille et le Q. C’est en tous cas ce que nous confiait en privé un lecteur assidu de ce blog qui, pour avoir ses « entrées » dans le sixième arrondissement, connaît un peu l’univers impitoyable de ce Dallas germanopratin qu’est devenu le « monde » de l’édition. Assez en tous cas pour affirmer que la main invisible du marché du livre est de plus en plus culinaire et surtout baladeuse…

Nous n’en doutons pas. Publiées en août les notes comment draguer la militante et topless et politique ont fortement contribué à la bonne tenue de l’audience estivale de « Restons Correct ! ». Depuis, nous n’omettons jamais plus de parler de ce puissant symbole sexuel qu’est la (vraie) galette-saucisse et émaillons parfois nos notes d’anecdotes plus ou moins torrides sur la vie « privée » de Josette et de Marcel.

 

hold ups.jpgC’est ce qu’ont parfaitement compris les excellents auteurs de Hold-uPS, Arnaques et Trahisons, le livre qui est en train de faire verdir de rage les éditeurs des trados françaises d’Harry Potter ou des thrillers initiatiques de Dan Brown. Marc Lévy et Amélie Nothomb peuvent se faire des soucis car, pour ne l’avoir pas lu, nous sommes en mesure de révéler à nos lecteurs que s’y succèdent recettes de tambouille politicienne et conseils pratiques pour bourrer les urnes et les autres…

La bonne nouvelle est évidemment que la révolution sexuelle des années 70 n’est pas morte avec l’apparition du Sida : le combat continue dans les rayons de la Fnac.

 

Les jeunes auteurs ambitieux qui rêvent d’un grand succès de librairie, genre à faire la une de 20Minutes.fr, et les poètes maudits qui geignent dans leur soupente mal isolée et prodigue en émission de gaz à effet de serre, savent désormais ce qu’il leur reste à faire.

un-salon-du-livre-.jpgD’autant plus qu’en mars prochain se tiendront en même temps le Salon du Livre à la porte de Versailles et les élections régionales dans le reste du pays. Une conjonction médiatique exceptionnelle qu’ils seraient bien inspirés de ne pas rater s’ils veulent passer à la télé.

A notre avis et avec un peu d’imagination il devrait y en avoir pour tout le monde, pour tous les goûts, pour toutes les obédiences politiques et pour toutes les « orientations » sexuelles comme on dit désormais. A vos plumes les d’jeunes !

 

Message personnel aux éditeurs qui ont refusé tous nos manuscrits : alors, on fait quoi ?

Commentaires

Tout ce que vous dites est malheureusement vrai! Je ne comprends pas comment les éditeurs veulent gagner de l'argent et ne pas vouloir en dépenser; j'ai édité un livre de poésie il y a 4 mois en France -j'habite en Grèce depuis longtemps et j'avais édité mon premier livre en langue grecque en Grèce où il y a moins de problèmes!j'ai des problèmes pour qu'ils mettent les livres en librairie avec des soit-disant car c'est de la poésie! ce n'est pas vrai: il y a beaucoup plus de gens que l'on ne le croit qui aiment la poésie, la bonne poésie mais s'ils ne peuvent trouver les livres!!! Vendre par internet n'est pas encore très apprécié par le public pour de nombreuses raisons mais de toutes façons, pour qu'un livre y soit vendu, il faut que les gens sachent qu'il existe! Par exemple ils voient que mon livre se vend en Grèce très facilement près des francophones, pourquoi ne le serait-il pas en France? réponse: c'est de la poésie! puisque'ils avaient lu mes manuscrits et les avaient apprécié, pourquoi d'autres personnes ne le feraient? Il faut être riche ou déjà connu pour vendre? peut-être...

Écrit par : marie-christine bossis | 10/09/2009

@ Marie-Christine Bossis

Merci pour ce témoignage et l'intérêt que vous portez à ce blog.

Il est vrai que la perspective d'éditer de la poésie n'enthousiasme généralement pas les maisons d'édition.

Puis-je vous conseiller d'y glisser subrepticement quelques recettes de cuisine et/ ou quelques allusions grivoises ?

Bonne journée bon courage...

Écrit par : Restons Correct | 10/09/2009

ils ont accepté le livre en y faisant une très bonne critique mais ils ne font rien pour le mettre en librairie car d'envoyer le livre coûte cher!!! ils veulent que j'aille à chaque salon du livre quand et si ils y auront un stand et cela en payant aussi! ils attendent que le livre se vendent sur internet, comme cela tout seul!!! toute seule je suis arivée en moins de trois mois à vendre plus de 110 livres et eux ils ne peuvent rien faire! ce problème n'est pas seulement pour moi car j'ai entendu d'autres personnes se plaindre. Personnellement, je me bouge mais je ne peux venir d'Athènes pour vendre une dizaine de livres par ci par là en faisant tant de frais. Si cela vous interesse et que c'est permis, je peux vous donner soit mon site soit leur site avec le titre du livre!il y a de l'érotisme dedans sans grivoiserie gauloise mais pas madame de Ségur!

Écrit par : marie-christine bossis | 10/09/2009

@ marie-christine bossis

Et encore, la comtesse, enfin passons...

Plus sérieusement c'est le sort de tous les auteurs méconnus que de devoir aussi faire la promo de leur livre.

Heureusement ya internet mais ça ne marche pas à tous les coups

Bonne journée

Écrit par : Restons Correct | 11/09/2009

@ Cher Restons Corrects,

Pour le coût éditorial d'un bon livre qui a peu de chances de se diffuser facilement, sauf circonstances particulières et favorables, j'en connais un peu quelque chose; je ne suis évidemment pas éditeur, mais traducteur. Lorsqu'on a un bon "produit fini" entre les mains, il faut ensuite le soumettre à qui de droit et c'est ici que rentre en ligne de compte la notion de politique éditoriale. A tous les travailleurs de la plume, je dis ici sur ce blog : courage, mes amis, encore un effort, renoncez à votre ego et tout ira bien !

Écrit par : Jourdan | 11/09/2009

@ Jourdan

Un auteur atrophié de l'ego, ça existe ?
Chez les jésuites peut-être et encore, même pas sur...

Écrit par : Restons Correct | 11/09/2009

vous parlez d'auteurs inconnus mais il y en a énomément et parmi eux il y en a qui seront connus après leur mort comme cela est arrivé à beaucoup. même chez les grands peintres qui de leur vie étaient inconnus et maintenant on vend leurs oeuvres pour des millions! le problème n'est pas le ego que tout le monde possède mais le système et cela vous le savez très bien! de toutes façons je ne vois pas comment j'ai fait de la réclame pour mon livre puisque je n'en ai même pas dit le titre ni où je l'avais édité! je me bats toutes seule avec ma maison d'édition mais tout ce que je vous ai dit beaucoup d'autres écrivains, poètes ou non me l'ont dit. s'ils avaient un nom de famille connu ou s'ils avaient une locomotive, que lme livre soit bon ou non, on en parlerait à la télé. des propriétaires de grandes librairies me l'ont confirmé ces derniers jours: ils m'ont même expliqué qu'autrefois, ils avaient le temps de lire les nouveaux livres mais maintenant c'est impossible vu le nombre de livres qui sortent chaque jour! résultat eux aussi choisissent des noms connus même s'ils trouvent que le livre est à jeter à la poubelle! et quelque chose me dit que tout cela vous le savez très bien mais pour la forme, on fait comme si...j'ai grandi dans le monde du théâtre et du cinéma, j'ai donc été habitué à entendre et voir beaucoup de choses!!!

Écrit par : marie-christine bossis | 13/09/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu