Avertir le modérateur

23/08/2009

La chasse est ouverte

ouverture.jpgPif, paf, pan-pan, c’est bientôt l’ouverture de la chasse. En fait, renseignements pris, ça dépend des bestioles et des coins. Josette est ravie : elle va pouvoir respirer un peu, rêvasser tranquillement au beau Silvio Berlusconi pendant que Marcel et ses potes iront canarder les zoziaux de passage, juste pour embêter monsieur Bougrain-Dubourg et ses camarades de la Ligue de Protection des Oiseaux à plumes.

Même si la chasse ne fait pas partie de nos activités favorites, « Restons Correct ! » ne pouvait pas ne pas saluer l’évènement, ne serait-ce que par solidarité avec ses lecteurs adeptes des activités cynégétiques et si souvent accusés des pires horreurs par les défenseurs des zanimaux et autres bien-pensants animaliers.

 

En fait, dès qu’on se documente un peu sur le sujet, on découvre que la chasse est un monde extrêmement vaste : on compte largement autant de gibiers, de techniques, d’armes et d’usages que de raisons à l'augmentation de la dette publique…

ours.jpgC’est pourquoi nous avons choisi d’en décrire une seule, la plus belle, la plus rare et sans doute la plus sportive : la chasse à l’ours pyrénéen, importé à grand frais de Slovénie et opportunément relâché dans les montagnes par l’administration publique, en vue de stopper la surproduction de côtelettes d’agneaux par les éleveurs locaux.

Le gibier est rare, le terrain est difficile, la traque est longue, la maréchaussée veille, mais en cas de succès on est sur de passer à la télé, au moins aux actualités régionales.

 

hemingway.jpgComme il est préférable de ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, nous recommandons aux néophytes de s’inspirer de la méthode mise au point par le regretté Ernest Hemingway, lors de mémorables parties de chasse au plantigrade dans les Rocheuses que rapporte Carlos Baker son incontournable biographe.

En fait c’est simple : il faut d’abord piquer un canasson au centre équestre le plus proche puis le conduire sur le « terrain ». Là, il n’y a plus qu’à l’éventrer soigneusement et le laisser quelques temps les tripes à l’air,ce qui finit immanquablement par attirer l’animal. Ensuite, ya plus qu’à viser soigneusement et à tirer sans hésitation.

Comme quoi, pour obtenir le Nobel de Littérature, il suffit juste d’avoir un peu d’imagination et de se choisir un biographe attentif et précis…

 

ak47.jpgQuelques précautions sont toutefois nécessaires. D’abord, comme l’attente risque d’être longue, munissez-vous de provisions roboratives en quantités suffisantes. A priori la (vraie) galette-saucisse convient parfaitement.

Ensuite, question arme et compte tenu de la masse du gibier, il est évidemment conseillé d’éviter la pétoire ordinaire. Le mieux reste la Kalachnikov version AK 47 qu’on trouve désormais aisément à tous les coins de rue des cités sensibles.

Enfin, quand vous aurez chargé le cadavre encore chaud de l’animal à l’arrière de votre 4X4, enlevez son collier GPS et débarrassez vous en à la déchetterie municipale la plus proche. Si possible aussi évitez les barrages de gendarmerie en rentrant chez vous car les pandores n’ont pas forcément tous lus l’Adieu aux Armes ou Les Neiges du Kilimandjaro

 

Message personnel aux jurés du Prix Nobel de Littérature en ligne : on a bon là ! non ?

Commentaires

@Restons corrects,

Eloquent modèle de chasse que vous nous décrivez là ... Je savais que la chasse à l'ours se pratiquait aussi en groupe, entre les blocs de l'Est et de l'Ouest, à la frontière russo-finlandaise. Lorsque les diplomates trouvaient bon de réchauffer les relations de la guerre Froide à l'intérieur du monde Baltique, le président de la République finlandaise et le Premier secrétaire du PCUS organisaient de cordiales battues pour échanger aussi un verre de vodka et faire une pose photographique sur la bête.

Petit détail anthropologique (attention, c'est le clin d'oeil culturel de ce commentaire...) : avant que les soviétiques ne décident de russifier complètement les peuples arctiques sur le plan linguistique, ces anciens peuples de langue finno-ougrienne avaient l'habitude de célébrer leur animal de chasse fétiche en exposant les os de crâne d'ours au faîte des arbres de la forêt sibérienne. Ces peuples aux noms étranges, situés à l'ouest de la chaîne ouralo-altaïque (Komi, Nantzi, Nenets, Ourdmourtes ... à ne pas confondre avec leur voisins de Mongolie) vénéraient l'ours comme symbole de régénération spirituelle.

Si vous êtes un peu féru de chamanisme, restons corrects, attention ! vous allez probablement être gagné par l'esprit de l'ours après cette page de blogue ... à moins que vous ne souhaitiez pas du tout que ce genre d'esprit repose entre vos draps, dans la nuit noire, après une rude journée de travail ...

Pour ma part, je préfère la chasse à courre (on organise encore des battues dans l'Orne et en Sologne). Non chamanique, elle n'en demeure pas moins symbolique.

Cordialement,

Écrit par : Jourdan | 24/08/2009

@ Jourdan

Excellent :-)

Dommage que ce soit ce vieux barbu barbant de Soljenitsine (je ne sais jamais comment ça s'écrit...) qui ait eu le Nobel de littérature et pas Brejnev, ça nous aurait fait rire un peu...

S'agissant de la chasse à courre, j'adore aussi. Surtout quan elle est précédée d'un lâché de pucelles emperlousées dans les sous-bois...

Bonne soirée

Écrit par : Restons Correct | 24/08/2009

Entendez le cri moqueur des oiseaux CUI CUI (comprendre Q I , Q I) sur le niveau intellectuel de certains chasseurs.

Écrit par : HumoristeVolatil | 24/08/2009

@ Humoristevolatil

Cui-cui, Q I - Q I... excellent mon KIKI !

Bravo pour cette volatilité humoristique !

Écrit par : Restons Correct | 25/08/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu