Avertir le modérateur

05/08/2009

Excuses diplomatiques

congres_de_vienne.jpgLa diplomatie n’est pas un métier, c’est un art. Un art qui connut son apogée en 1815, au congrès de Vienne, lors d’une gigantesque partie de Monopoly arbitrée de main de maître par un certain Metternich. Entre deux bals, deux concerts, deux banquets et deux tasses de thé, l’Europe postnapoléonienne y fut redessinée en détail. Ca a donné la Sainte Alliance : j’annexe la Slovénie, tu gardes Gibraltar et on laisse la France se débrouiller avec les Corses… Si le monde a changé depuis, l’esprit demeure : le protocole est roi, chaque détail compte. Il est clair par exemple que si vous servez de la (vraie) galette-saucisse aux plénipotentiaires ça le fera quand même plus que si vous les faites bouffer à la cantine du groupe scolaire Salvador Allende, rue Pablo Neruda...

 

clinton.jpgCependant, comme toutes les activités artistiques, la diplomatie a ses modes, ses engouements plus ou moins soudains, ses tendances et ce qui est résolument tendance en ce moment ce sont les excuses. Attention pas n’importe lesquelles et pas n’importe comment. C’est ce que vient de démontrer brillamment Bill Clinton en ramenant à la maison deux journaliste sino-américaines qui s’étaient fâcheusement égarées dans la paradisiaque partie nord de la Corée.

Attention, accrochez vous, c’est vachement subtil : de fait et selon les espions que « Restons Correct ! » entretient sur place, il ne s’est pas excusé pour elles au nom des USA, il s’est simplement excusé auprès de ses hôtes d’avoir roté bruyamment après avoir ingéré un bol de riz trop cuit. Du coup, comme en diplomatie les apparences sont essentielles, les cocos locaux ont interprétés ces regrets courtois comme des excuses officielles : ça y est, le grand chef blanc s’est excusé, on peut relâcher les deux meufs ! Comme quoi il subsiste sur la planète des coins où les trucs les plus éculés marchent toujours avec les indigènes…

 

royal Kouchner.jpgReste que s’il est juste de rendre à Clinton ce qui est à Clinton, il serait inique de ne pas rendre à Ségolène ce qui est à Royal car c’est elle, on s’en souvient, qui a lancé la mode de l’excuse diplomatique à propos de tout et de rien. Après s’être excusée au nom de la région Poitou-Charentes auprès des Africains pour un discours tenu par Sarko et repris ensuite, presque mots pour mots mais en anglais, par Obama en tournée postélectorale au Ghana. Elle a ensuite intelligemment récidivé en présentant ses excuses à Zapatero pour des propos tenus au cours d’un dîner auquel elle n’avait pas été invitée.

Avouons qu’il serait dommage de ne pas utiliser un talent pareil ! Espérons donc qu’après avoir perdu les élections régionales et au nom de l’ouverture, elle se verra confier la lourde tâche d’aller récupérer en s’excusant, les touristes français retenus sous des prétextes fallacieux dans d’improbables geôles plus ou moins exotiques.

 

Après tout, Kouchner la connaît déjà ! Non ?

Commentaires

On pourrait envisager de l'échanger contre les otages.

Écrit par : GuiGrou | 06/08/2009

@ GuiGrou

Exact mais ça ne marcherait qu'une fois.

A ce propos, l y eut, il y a quelques temps, un "groupe" sur facebook intitulé : Echangeons Ségolène Royal contre Ingrid Bétancourt...

Du mauvais esprit comme je l'aime...

Écrit par : Restons Correct | 06/08/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu