Avertir le modérateur

13/07/2009

Francofolies : on peut plus rien dire

 

franco folies.jpgLa Rochelle c’est chouette. Moins que Saint Malo question (vraie) galette-saucisse, mais chouette quand même. C’est surtout universellement connu pour ses festivals estivaux : celui de l’humour politique involontaire qui se tient tous les ans fin août lors de l’université d’été du PS, les Francofolies qui se tiennent en ce moment.

Orelsan.jpgOr la chouette rencontre annuelle entre toujours chouettes vieux tromblons de la variété et déjà très chouettes jeunes pousses plus ou moins prometteuses de la chansonnette est gravement troublée par l’annonce de la déprogrammation d’Orelsan, le rappeur dont vous n’aviez peut-être jamais entendu parler avant de lire ce billet. En cause : sale pute, son clip controversé qu’on peut visionner gratos sur You Tube après avoir désactiver le contrôle parental. Franchement, si vous le faites, vous conviendrez sans doute qu’il ne s’agit probablement pas d’une œuvre impérissable, à moins bien sur d’estimer que : on verra comment tu suces quand j’t’aurai déboîté la mâchoire soit l’alpha et l’oméga de la littérature chansonnière d’expression française.

segolene-royal-au-zenith.jpgLà ou ça se corse, comme aurait dit le regretté Tino Rossi, c’est que la décision aurait été prise au plus haut niveau régional, lequel haut niveau aurait menacé les organisateurs des Francofolies de les priver de subventions si « l’artiste » en question se produisait sur la scène rochelaise. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Jean-Louis Foulquier, fondateur du festival, qui pointe explicitement du doigt Gogolène Royal, la toujours très inspirée présidente de la région Poitou-Charentes. On ne prête qu’aux riches ; c’est vrai qu’elle ne manque que rarement une occasion de se couvrir de ridicule au nom de la défense et de l’illustration du politiquement correct universel et obligatoire.

Censure.jpg« Restons Correct ! » n’étant subventionné ni par la CIA, ni par le Mossad, ni par le MEDEF, ni par le lobby des semenciers pourvoyeurs d’OGM, ni même par la région Poitou-Charentes, vous pensez bien qu’on ne va pas se gêner pour écrire ce qu’on en pense : d’abord que la Liberté d’expression est un bien trop précieux pour laisser une quelconque élue locale la brimer directement ou indirectement, fut-elle en berne dans les sondages. Ensuite pour noter que cette affaire prouve, une nouvelle fois s’il en était besoin, que quand la sphère publique se mêle, à coups de subventions ou non, d’expression culturelle, c’est comme en matière d’économie : à plus ou moins brève échéance, le résultat est toujours navrant, médiocre et consternant de conformisme.

didier bourdon.jpgPour autant et par souci d’apaisement médiatique, nous pensons utile de proposer aux gentils organisateurs de ce chouette festival d’inviter Didier Bourdon à se produire en lieus et places du sulfureux Orelsan. Certes, on peut plus rien dire, son célèbre clip n’est pas récent- récent, mais le réentendre pourrait sans doute calmer les esprits et, qui sait, faire utilement réfléchir festivaliers et élus locaux…

Pour voir ou revoir ce clip, y'a quà cliquer franchement sur le lien :

DIDIER BOURDON / ON PEUT PLUS RIEN DIRE

 

 

Commentaires

Non au ministère de la culture, non aux subventions publiques, au favoritisme, aux lobbies et aux mafias.
Oui aux festivals bretons auto-financés et à la SGSB.

Écrit par : Christine | 20/07/2009

C'est génial, un de tes meilleurs papiers!

Écrit par : Aurélien | 28/07/2009

@ Aurélien

Mille mercis

Écrit par : restons correct | 28/07/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu