Avertir le modérateur

22/10/2008

Salauds d'Allemands !

kohl mitterrand.jpgDepuis qu’Adenauer avait été invité pour le week-end à Colombey, depuis qu’à Douaumont Helmut Kohl avait mis sa grosse papate dans la mimine à Mitterrand, on pensait que c’était fini : Pardonné Oradour sur Glane, oublié le pillage systématique de la Rhénanie par les troupes de Louis XIV, effacée la ligne bleue des Vosges, Verdun plus jamais ! La paix et l’amitié entre les peuples allaient régner éternellement sur les deux rives du Rhin, les conflits résiduels seraient réglés sur un terrain de foot. Pas ailleurs vu que ces gros nases de chleuhs sont notoirement incapables d’aligner une équipe de rugby qui ressemble à quelque chose…

 

casque à pointe.jpgC’était compter sans la crise ! Ach, la krize grosse malheur ! Car la conjoncture financière a eu vite fait de rompre la belle harmonie qui caractérisait depuis si longtemps les relations franco-allemandes : Pour être clair et concret, rien ne va plus entre Paris et Berlin, le torchon brûle entre Nicolas et Angela, Teutons et Gaulois sont à nouveau prêts à s’étriper comme dans le bon vieux temps, on a déterré la hache de guerre et récuré les casques à pointe. Huntington n’a plus qu’à reprendre la plume pour nous décrire le choc civilisationnel à venir entre bratwurst moutarde et (vraie) galette-saucisse…

 

mercedes.jpgChez « Restons Correct ! » on est carrément désolé de la tournure que prennent les évènements car dans le fond, les teutons on les aime bien. D’abord le plus souvent ils sont propres sur eux et en plus, question bagnoles ils savent vraiment y faire. Mais voilà qu’aujourd’hui ils ont décidé de faire chier. C’est clair ! Pourtant, pour éradiquer la crise Sarko avait eu une de ces idées novatrices qui ont fait sa réputation : Mettre en place une gouvernance économique européenne et émettre un grand emprunt remboursable par les générations futures.

 

mur de berlin.jpgSeulement voilà, à Berlin on n’en veut pas. Paraît que les futures générations teutoniques ont déjà donné et que laisser ces cons de Français se mêler d’économie est une idée qui ne fait rigoler personne dans les bierstubs d’Unter den Linden. Salauds d’Allemands, aucune reconnaissance ! Ils étaient bien contents d’être protégés par nos vaillantes troupes quand les Russkofs étaient sur le point de les envahir. Maintenant que le Mur est tombé, Berlin retrouve ses vieux réflexes d’arrogance : Les Français ça sert à produire des fromages mangeables et du vin buvable, pas à se mêler de trucs auxquels ils ne comprennent rien, quoiqu’ils en disent…

 

Elle est belle l’Europe !

Commentaires

Bonjour,

Si vous me permettez, il ne faut pas non plus tomber dans le panneau de l'angélisme "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... et les Allemands doivent l'être aussi, etc.".
Il y a au sein de l'Europe des compétitions. Rien d'anormal dans le fond.

De Gaulle déclara en 1967 devant le Parlement polonais (sur le site de l'Ina, on retrouve les archives de son voyage en Pologne) :

"... que vienne à s'établir, pour tous, de l'Atlantique à l'Oural, une politique et une pratique délibérées de détente, d'entente et de coopération, il y aurait alors toute chance, pour que dans les conditions et l'atmosphère nouvelle ainsi créées, les peuples européens puissent aborder en commun et régler eux-mêmes, les questions qui sont de leur ressort, et dont la principale est le destin du peuple allemand."

De Gaulle (qu'on ne peut absolument pas suspecter d'anti-germanisme primaire) exprime la raison principale qui motive la construction européenne, à savoir la maîtrise de la puissance allemande (la seconde étant l'indépendance de l'Europe vis-à-vis des Etats-Unis, sans parler de la référence à l'Europe de l'Atlantique à l'Oural).
En une seule phrase tout est dit !

Il est arrivé que des présidents français oublient cette vérité première ou pire ne sache comment la gérer.
Ce qui n'est pas bon non seulement pour la France mais aussi pour l'Europe (et même l'Allemagne d'un certain point de vue)... rappelons l'absence d'unité européenne (lire franco-allemande) lors du déclenchement du conflit yougoslave dans les années 90, l'unilatéralisme ayant prévalu. Résultat : un désastre (européen) complet.
Rappelons nous aussi la réaction de Mitterrand face à la réunification allemande (à noter que durant son voyage en 67, cité ci-avant, de Gaulle explique à son homologue que la division de l'Allemagne est anormale - il le dit devant des Polonais deux décennies après la fin de la 2ème GM !).

Il me semble que Sarkozy a compris comment gérer cette confrontation franco-allemande qui a toujours existé (même sous de Gaulle) et qui ne remet pas en cause le couple franco-allemand.
Suivant les moments et les opportunités, en s'appuyant sur Brown, sur le Parlement européen (cf vote sur le gouvernement économique européen), mais aussi les puissances non-européenne (Etats-Unis, Chine, Inde, ...) en appelant par exemple à un Bretton Woords 2... où l'Europe aura son mot à dire (et où l'Europe devra être unie et parler d'une seule voix).

Écrit par : François | 23/10/2008

Dans mon précédent message, je fais référence aux propos de de Gaulle lors de son voyage en Pologne.

Pour ceux que cela pourrait intéresser, le reportage de l'époque, d'une vingtaine de minutes, sur le site de l'Ina : http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=gdansk&num_notice=5&total_notices=14

Écrit par : François | 23/10/2008

@ François

Merci pour ce commentaire très argumenté et ces utiles précisions.

Pour notre part nous ne somes pas certains que ce qui a peut-être marché en 1944 et en 1967 marche à nouveau en 2008

Écrit par : restons correct | 23/10/2008

Sans être aussi expert en subtilités politico-historiques, je suis quand même perplexe d'apprendre que:
- "le destin du peuple allemand" est une question du ressort européen. Ce n'est que l'Allemagne impériale et puis celle hitlérienne qui firent du sort du peuple allemand une affaire européenne. Une fois ces anomalies évincées, je pensais benoitement que le destin des allemands est prioritairement de leur ressort. Et que le devoir de l'Union européenne serait de proposer un cadre politique favorable à tous les européens, pas un carcan destiné à contenir les allemands (présumés des fauves ?).
- même propos en ce qui concerne les tâches de nôtre Nicolas hexagonal: peut-être devrait-il se demander comment faire le bien des français, et non pas comment nuire aux allemands. Depuis le 8 mai 1945, la France et l'Allemagne ne sont plus en guerre. Par conséquent, le bien de la France ne passe plus nécessairement par la "défaite" de l'Allemagne: bien au contraire, c'est nôtre principal partenaire commercial (un commerçant qui souhaiterait la ruine de son principal client passerait pour un débile absolu).

Hélas, je crois que cette façon de voir l'Europe (comme instrument visant à épauler la France dans sa lutte contre l'Allemagne) empreint beaucoup la politique européenne de la France. Pour le plus grand tort, à la fois pour la France que pour l'Europe.
Rappellons aussi que les ambitions françaises de "régenter" l'Europe, maintes fois ressenties par les autres pays européens, ne valent à la France qu'une méfiance de plus en plus explicite. Pire encore: à ma connaissance, on ne s'en agace même plus (dans les pays de l'Est, par exemple): on en rit. L'agitation sarkozienne ne fait que rajouter une couche, sur un ridicule déjà bien épais...

Écrit par : Ludosan | 24/10/2008

@ Ludosan

Encore un excellent commentaire !

Ceci dit tu as 1000 fois raison : La tendance française à vouloir régenter les affaires européennes est assez ridicule.

Elle remonte probablement à la Révolution, époque à laquelle une partie des Français se mirent en tête d'éclairer leurs voisins par les lumières révolutionnaires du jacobinisme triomphant, y compris par la violence et contre leur gré...

On connaît la suite mais il est clair que tout le monde ne la connaît pas...

Écrit par : restons correct | 25/10/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu