Avertir le modérateur

13/09/2008

Sans le latin, la messe nous emmerde...

brassens.jpgSi nous empruntons à Georges Brassens le titre d'une de ses chansons pour titrer notre papier du jour, ce n’est pas par anticléricalisme ni même pour faire rire nos lecteurs sur le dos des cathos. C’est juste pour faire passer aux autorités ecclésiastiques concernées un p’tit conseil aussi gratuit que désintéressé à l’occasion de la visite très remarquée de Benoît XVI en France.

benoit 16.jpgChez « Restons Correct ! » on n’est ni bigot ni bouffeur de curé et, pour ce qui est de bouffer, on préfère de loin la (vraie) galette-saucisse, c’est bien connu.

En fait, en vertu du principe libéral selon lequel chacun est libre de croire ou de ne pas croire à ce qu’il veut à condition de ne pas obliger autrui à partager ses convictions, nous serions même nettement enclins à militer pour la liberté totale de croyance et de culte d’une part, pour celle de caricaturer clercs, dogmes et rituels d’autre part.

C’est peut être le privilège des poètes que de pressentir les choses avant le commun des mortels. Brassens a chanté sans le latin la messe nous emmerde il y a plus de 40 ans. C’était après que l’Eglise de Rome eut décidé de promouvoir systématiquement le culte en langue « vulgaire ».

L’objectif de la manœuvre n’était pas que de faire d’jeune et moderne. Il s’agissait aussi de remplir davantage les églises en permettant à tous de comprendre de quoi on causait à la messe.

eglise abando.jpgSans vouloir être rétrospectivement désagréable avec les promoteurs de cette importante réforme liturgique ni apporter de l’eau bénite au moulin à prières des cathos traditionnalistes, le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne l’a pas vraiment fait : La fréquentation des offices dominicaux a continué de baisser au point que, dans nos riantes campagnes, nombre de chapelles et d’églises sont aujourd’hui fermées ou sur le point de l’être sans qu’on puisse, pour une fois, faire porter le chapeau à la mondialisation ultralibérale.

Alors pourquoi ne pas essayer de remettre un peu de latin dans la liturgie? Un peu de dominus vobiscum, un zest d'et cum spiritu tuo, une pincée de mea culpa, une pointe d'ite missa est

Franchement ça ferait classe et ça devrait attirer du monde car c’est clair : Connaître ces formules permet indiscutablement aux initiés d’impressionner favorablement leurs commensaux dans les dîners en ville ou leurs collègues à la cantine.

virgile.jpgOn peut même rêver plus loin en se disant que, si ça se trouve, ça pourrait même remettre le latin à l’honneur des programmes de l’enseignement secondaire. Imaginez un peu l’impact sur le niveau culturel de la nation si une majorité de nos jeunes concitoyens devient soudainement capable de traduire audentes fortuna juvat, la fameuse maxime de Virgile,  autrement que par les audacieux font fortune à Java.

cicéron.jpgOu encore : usque tandem abutere Catalina patientia nostra,  l’impérissable figure rhétorique de notre regretté camarade Cicéron, autrement que par : ousk’il est le tandem de l’autre abruti de Catalina ?y’a Nostra qui l’attend…vu qu’on lui a tiré son scooter, c’est pour sortir sa meuf à Paris Plage…

Commentaires

C'est vrai que c'est beau la messe en latin. Et si en plus on pouvait fumer du cannabis en écoutant les grandes orgues... j'en, connais quelques uns qui apostasieraient vite fait.

La messe en français pour être mieux compris c'est une super erreur marketing.

... Oops, mais, où ai-je la tête, la religion n'est pas une marchandise !

Écrit par : alcodu | 13/09/2008

En ce qui concerne l'enseignement du latin, je me suis laissé dire qu'il n'y avait jamais eu autant d'élèves à l'apprendre. Cela est dû à la massification de l'accès au lycée d'enseignement général, phénomène d'une plus grande ampleur que la baisse de la proportion des élèves de lycée et collège qui choisisent cet enseignement optionnel.

Écrit par : Stéphane L | 13/09/2008

@ alcodu

Certes la religion n'est pas une marchandise mais le produit de la quête dominicale c'est probablement pas rien dans le budget d'un curé de campagne...

@stéphane L

Il n'y aurait jamais eu autant de latinistes dans les lycées, gaudeamus igitur ! Raison de plus en faveur d'un retour de la messe en latin...

Écrit par : restons correct | 13/09/2008

A ce sujet, rappelons l'indispensable dictionnaire à l'usage de l'élite et des bien nantis de Pierre Desproges, qui nous rappelle la signification de moult locutions latines indispensables pour briller en société.

Ainsi celle ci: "testis unus, testis nullus", que l'on traduira par "on ne va jamais bien loin avec une seule couille".

Écrit par : vincent | 14/09/2008

@ vincent

Merci pour cette utile citation (à comparaître bien sur) et pour cet excellent témoignage !

@ tous

Si vous en avez d'autres, hésitez pas !

Écrit par : restons correct | 14/09/2008

Et puis, une fois qu'on comprend s'ki disent on a sûrement encore moins envie de leur filer du pognon...

Melius est quam filius Donaldi : C'est quand même meilleur qu'à Mac do, prends-en d'la graine Jean-Louis Bôôorlo

Écrit par : Jean-Michel | 16/09/2008

@ Jean Michel

Merci pour cette contribution directe à la culture latine de nos lecteurs :-)

Écrit par : restons correct | 16/09/2008

je suis chretienne et j'aimerai donner tout mon amour a Dieu le père tout puissant lui qui m'a aimé le premier avant la fondation du monde pour que je sois irreprochable sous son regard dans l'amour

Écrit par : yamdjeu djiaha | 22/12/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu