Avertir le modérateur

04/04/2008

Printemps lycéen

a79d2aba0c61d0b48ef63de353282740.jpgComme tous les ans avec le retour des beaux jours les lycéens sortent dans la rue. C’est un rite incontournable. De ceux qui, comme le bac, marquent la sortie de l’adolescence pour des dizaines de milliers de jeunes gens tonitruants et plutôt sympathiques.

Comme tous les ans à la même époque les autorités concernées mettent tout en œuvre pour éviter les dérapages violents et le Ministre de l’Intérieur se dit que, finalement, Jean-Marie Bockel a peut être eu raison d’accepter le portefeuille des Anciens Combattants...

Comme tous les ans à la même époque, les parents d’élèves s’angoissent pour le bac de leurs chères têtes blondes en oubliant l’importance récurrente du taux de réussite à l’examen.

Rien de nouveau donc sous le soleil printanier, à peine de quoi faire la une de 20 Minutes, de Libé ou du Figaro, le miel du Landernau blogosphérique en général et de « Restons Correct ! » en particulier ou encore l’ouverture du 20 heures de TFl.

Rien de nouveau non plus en matière de revendications : Touche pas à mon option jeux vidéos ! On veut être plus surveillés ! X (le ministre de l’Education Nationale du moment) t’es foutu : La Terminale S 2 du lycée Pablo Neruda est dans la rue !

Bref tout çà c’est bien calibré, bien prévisible, bien convenu et çà se termine comme tous les ans le 1er mai par une grande manifestation plus ou moins unitaire qui permet à Bernard Thibault et à Gérard Aschieri d’affirmer sentencieusement sous une banderole dépourvue d’allusions blessantes à l’égard des ch’tis, que l’Education doit rester la priorité de la Nation …

En attendant ce point d’orgue rituel, les manifs lycéennes auront permis à quelques jeunes gens et jeune filles qui s’apprêtent à entamer les longues études supérieures désormais nécessaires pour qui espère être un  jour élu Conseiller Général socialiste en Corrèze, de passer à la télé chez Michel Field, voire pour les plus méritants ou les plus malins chez PPDA.

Evidemment les esprits bougons regretteront une fois de plus la pauvreté créative de l’exercice et le classicisme des mots d’ordre : Pas le moindre Soyons raisonnables demandons l’impossible ! ni le plus petit Libérez la (vraie) galette-saucisse !, même à la sortie du lycée Jacques Cartier de Saint-Malo…

A qui la faute ? Hélas sans doute aux profs qui soutiennent, encadrent et surveillent de près le mouvement. Certes cette implication enseignante a le double avantage d’éviter la multiplication des fautes d’orthographe sur les pancartes lycéennes d’une part, de leur permettre de faire valoir leurs revendications corporatistes a peu de frais d’autre part, depuis que les jours de grèves ne sont plus rémunérés. Mais force est pourtant de constater qu’elle ne favorise pas vraiment la Liberté d’expression juvénile…

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu