Avertir le modérateur

26/03/2008

Jean-Marie Bockel aux Gabonais absents ?

ca911226d3dbccc74ab1b92d0a130d2e.jpgC’est une rumeur odieuse et sans fondement que « Restons Correct ! » entend démentir aujourd’hui : Jean-Marie Bockel n’a pas été muté aux Anciens Combattants pour des raisons disciplinaires ! Sa nomination à cet important poste ministériel n’est pas la sanction d’éventuelles critiques à l’encontre d’Omar Bongo, l’illustrissime et éternel président de cet émirat pétrolier équatorial qu’est le Gabon !

Du reste chacun le sait : Céder aux caprices des roitelets indigènes sous le futile prétexte que leur morceau de jungle est gorgé de pétrole, c’est pas du tout le genre de la diplomatie française ! Et, par ailleurs, c’est pas parce qu’il a été élevé à la choucroute et non à la (vraie) galette-saucisse que Jean-Marie Bockel n’est pas un homme politique digne, responsable et entreprenant !

Un bref coup d’œil sur sa biographie politique suffit à le démontrer : Arrivé tôt en politique dans le sillage de cet immense innovateur que fut Jean-Pierre Chevènement, il finit par fonder la « Gauche Moderne » non par esprit d’oxymore mais dans le seul but de rappeler à ses petits camarades socialistes que c’est pas parce qu’on est de gauche qu’il faut se cantonner à l’adoration des idoles disparues.

Plusieurs fois ministre sous Mitterrand et Jospin, il devint progressivement à partir du milieu  des années 90 le chantre auto-proclamé du blairisme à la française. Las de jouer les utilités modernistes au sein d’un Parti Socialiste aux congrès duquel ses motions recueillaient rarement plus de 0,5 % des suffrages militants, il fondit en 2007 sur l’ouverture sarkozyste comme un vulgaire iceberg groenlandais agressé par le réchauffement climatique.

On aurait pourtant tort de croire que cette carrière politique exemplaire en restera là ! Bien au contraire la commémoration du 40ième anniversaire de mai 68 sera évidemment pour lui l’occasion de prendre une revanche bien méritée sur la médisance médiatique et les quolibets microcosmiques.

Qui mieux que le Pape de la modernité de gôche pourrait présider aux nombreuses cérémonies qui s’annoncent à cette occasion ?

Qui mieux que le héraut du socialisme du futur saurait inaugurer avec tact, émotion et aux côtés de Bertrand Delanoë, la future plaque commémorant la barricade inconnue qui, nous dit-on, doit être apposée rue Gay-Lussac ?

Qui mieux que lui et en l’absence regrettable de Jack Lang au gouvernement pour décorer dignement et dans la Cour d’Honneur des Invalides ces grands anciens combattants que sont Serge July, Alain Krivine et Daniel Cohn-Bendit ?

Non décidément qu’on se le dise : Jean-Marie Bockel n’est ni « fini » ni aux Gabonais absents, il nous prépare bien au contraire un retour pas piqué des Z’hannetons politiques !

Commentaires

Foutaises !

Écrit par : Edmond Dantes | 28/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu