Avertir le modérateur

21/02/2008

Basketologie contre Scientologie

Cà y est c’est officiel : Après le sida, la disparition de la couche d’ozone, les cultures d’OGM, l’Europe ultra-libérale et le réchauffement climatique, c’est désormais la scientologie qui, forte de complicités occultes et supposées au plus haut niveau de l’Etat, menace l’avenir de la planète en général et celui des jeunes générations en particulier.

Malraux aurait-il eu raison en prédisant que ce siècle serait religieux ?

En tous cas Julien Dray, le charismatique et très subtil député socialiste de l’Essonne, a réagi sans tarder avec le sens de l’à propos et de la mesure qu’on lui connaît, en appelant le « camp laïc » à descendre dans la rue. Zy-va Julien, on est avec toi !

 

Mais au delà de ce salutaire appel à la mobilisation républicaine, faut-il ou non agir plus concrètement, plus vigoureusement ? C’est ce que préconise « Restons Correct ! » en proposant d’allumer un imparable contre-feu :

Nous appelons de nos vœux l’émergence d’une foi nouvelle, celle que porte aujourd’hui la dynamique Eglise de Basketologie.

Cette jeune religion est non seulement compatible avec les grandes religions monothéistes en usage de part le monde, mais présente également de nombreux avantages puisqu’elle dispose entre autres et d’ores et déjà :

 

-  De lieux de cultes ouverts et faciles d’accès via notamment les magasins Décathlon, Courir et Go-Sport.

-  De jeunes pasteurs talentueux avec des hommes comme Tony Parker ou le fils Noah.

-   D’incantations rituelles éprouvées « Zy-va t’as vu les Nik’air d’l’aut bouffon comment qu’elles déchirent ? ».

 

Par ailleurs, ses obligations cultuelles sont a priori parfaitement compatibles avec le mode de vie des d’jeunes d’aujourd’hui puisqu’elles se résument au port en toutes circonstances de chaussures griffées par les seules marques autorisées.

 

Reste cependant à régler une grave question : celle de la compatibilité de ce développement souhaité et attendu avec la loi interdisant le port ostentatoire de signes religieux à l’école. Après le voile islamique, la kippa juive, le turban sikh et la croix k-to, faudra-t-il désormais interdire le port des baskets aux élèves fréquentant les établissements d’enseignement public, laïc et obligatoire ?

Sujet certes délicat mais n’ayons pas peur ! Faisons plutôt confiance à la sagesse proverbiale de nos très distingués parlementaires pour nous pondre les textes ad hoc après audition en commission des associations de parents d’élèves, des syndicats représentatifs, des organisations lycéennes, des principaux distributeurs de pompes, de la Conférence Episcopale , du CFCM, du CRIF, de la Fédération Protestante , de la Fédération Française de Basket-ball et des principales obédiences maçonniques.

 

Zy-va Julien fé tourner !

Commentaires

Arrête de nous faire peur Yves, avec ce genre de religion et les actuelles réformes de l'école primaire, on va tous finir en uniforme de l'école maternelle jusqu'au bac !

Salutation basketal.

Aurélien Boch

Écrit par : Aurélien Boch | 21/02/2008

Atterré devant tant de démagogie et d'ignorance feinte.

La Gauche pour Monsieur "Restons correct" c'est un ensemble de crasseux qui parlent en verlan en faisant tourner (quoi donc d'ailleurs)...
Cette vision très 19eme (siècle) est complètement bouffonne, au sens ancien du terme. Mais elle ne peut faire rire que des convaincus, collets-montés, pour ne pas dire culs-serrés.
C'est TRISTE vraiment.

Écrit par : Atterré | 21/02/2008

Bonjour,
inspection générale de la WCCL (World Commission of Classical Liberalism). Pouvez-vous nous certifier que votre blog est labellisé 100% libéral.
Nous repasserons demain pour réaliser un contrôle.
Nous vous rappelons qu'un non respect des normes de sécurité en vue de se protéger contre l'épidémie d'encéphalite conservatrice pourrait valoir la mise en quarantaine de votre blog.
N'oubliez pas, par conséquent de demander votre label.
Pour plus d'information :
http://jean-paul-oury.neufblog.com/jeanpauloury/2008/02/sabine-obtient.html

Écrit par : JPO | 21/02/2008

keep up the good work old fello'

http://blog.edouard-fillias.fr/2008/02/21/8930-Un_blog_qui_depote

Écrit par : Ed | 21/02/2008

çà va, çà va dchirer! en effet aujourd'hui, le rapport de la science à l'éthique est doublement miné: d'une part par le scientisme, qui peut toujours renaitre de ses cendres, malgré toutes les critiques qui en ont été faites; d'autre part,par le relativisme, drainé notamment par certains courants de la sociologie des sciences qui tendent à réduire un fait scientifique à un simple fait social. Il semble clair que cela ne doit pas empêcher la science de rechercher l'objectivité, à condition toutefois de renoncer à toute tentation scientiste ( ou l'éthique est conçue comme déductible de la science), positiviste (hors de la science, point de salut) ou naturaliste (ou la morale est fondée dans la nature humaine, dont la perfectibilité est définie par la science. Il s'agit de voir la craniométrie, qui au XIXe s., toujours, s'est érigée en science de la mesure de l'intelligence, ou les dérives eugénistes de recherches en génétique. z'ess paire ké vo tet touille pa tro; alo yé konti nu. Pour ce qui est du danger du relativisme, K Popper apprend à s'en écarter par la distinction qu'il établit entre les régularités de la nature (inaltérables) et les lois normatives sur régularités qu'on appelle les lois scientifiques.
En fin de compte, c'est le discours scientifique sur les régularités de la nature, codifié en lois, qui est falsifiable ou infirmable, et non les régularités de la nature. La science peut donc toujours, dans la construction de ses lois, chercher l'objectivité. toutefois, il est vrai, que le problème du fondement de la morale reste entier. La fonder dans la science revient à choisir comme idéologie, une idéologie de la science, qu'elle soit d'ailleurs scientiste, positiviste, voire naturaliste. Par ailleurs, si les valeurs n'ont qu'un sens relatif, non objectivable, il est impossible de construire aucune axiologie (théorie des valeurs) visant l'objectivité et l'universalité, ni même de tenir un discours rationnel sur les valeurs (c'est alors le règne du relativisme subjectif soit : Autant de t^te, autant d'avis).
A l'encontre de cette perspective, Kant montre, dans "La religion dans les limites de la simple raison", qu'une discussion rationnelle sur les valeurs est souvent possible ( il en est d'ailleurs l'inventeur du terme "axiologie") et qu'une valeur première, concevable comme fondement de la morale, doit n'être déterminable par aucun contenu particulier pour être universelle, car, si ce n'était pas le cas, on retomberait dans les travers d'une objectivation des valeurs (de ce fait dénoncé par Spinoza dès le XVIIe s. comme un processus illusoire qui résulte du préjugé finaliste). Pour penser le rapport de la science à l'éthique en dehors de l'alternative du scientisme et du relativisme, il reste au fond le conventionnalisme bien compris, ou l'individu, et à fortiori le chercheur scientifique, est responsable des valeurs qu'il adopte. Un tel conventionnalisme réfléchi signifierait la fin du scientisme, cad la prise de conscience qu'il n'y a pas de fondement scientifique de l'éthique, mais qu'il y a , en revanche des conséquences éthiques de telle ou telle attitude scientifique.
Merci pour cette liberté d'expression sur le scientisme, z'ess pair pa tro fer touillé lé t^t. Demain j'vous fé d'la sciento, mé zé niké mon Parker pour crir, tonbé ds le panié
A++
Pour tous les gens qui comprennent keudal à ce style de blog
merci à Toi Yves
Alan

Écrit par : ALAN DE BX | 21/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu