Avertir le modérateur

19/02/2008

Défense et illustration de la (vraie) galette-saucisse

La galette-saucisse, la vraie, la seule qui vaille qu’on s’y intéresse se trouve évidemment en Bretagne. Mais attention pas n’importe où en Bretagne : en Haute-Bretagne et pas ailleurs.

Au delà des confins du pays gallo, l’innocent touriste désinformé par quelque improbable Guide du Routard armoricain ou autre Petit Futé bigouden, ne trouvera au mieux que de pâles imitations.

Au détour d’un chemin creux, il risque de se faire fourguer une vulgaire contrefaçon préparée sans vergogne à l’abri d’un lambrequin surchargé de triskels et de gwenadus par un Bas-Breton sans foi ni loi. Histoire d’en rajouter une couche et une fois encaissé le prix de son forfait, l’impudent prendra congé de sa victime d’un « kenavo » aussi sonore que bassement mercantile.

Pour ceux qui n’ont pas eu l’heur de voir le jour dans le Clos Poulet ou dans sa périphérie immédiate ou qui, à défaut, n’ont jamais passé de vacances à souquer sur les avirons d’un lourd doris en bois pour tenter de remonter l’estuaire de la Rance à contre-courant, il est probablement utile de préciser que le top de la galette-saucisse se consomme à la fraîche, sur les marchés du pays malouin.

Là, en vue de préférence de la tour Solidor ou, éventuellement, du phare de Fréhel et pour environ deux euros, un honnête forain autochtone, un tantinet rougeaud, vêtu sous son tablier douteux d’un survet’ de chez Kiabi et officiant dans une antique camionnette Citroën aménagée en roulante, vous mettra en main une vraie saucisse bien grasse, bien goûteuse et poivrée comme il faut qu’il aura, au préalable, enrobée dans une vraie galette de blé noir, juste assez épaisse pour absorber le trop-plein de graisse et pour accentuer le caractère (à peine) roboratif de la chose.

Précision importante : si jamais sa guimbarde est certifiée HQE, barrez vous et trouvez une autre roulante !

C’est en tenant le tout d’une main ferme que vous vous rendrez d’un pas décidé vers le bar-tabac-loto-presse-PMU le plus proche où, après vous être frayé un chemin vers le zinc, vous commanderez un p’tit blanc sec, seul breuvage susceptible de vous permettre d’ingérer le tout sans vous étouffer tout en profitant, pour le même prix, des commentaires éclairés des habitués sur l’actualité locale : « V’la t’y pas qu’y a encore des maudits parisiens qui s’s’ont foutu au plein avec leur périssoire sur les maudits cailloux d’la basse du Buron » (en gallo dans le texte).

On l’a compris, en plus d’être un pilier essentiel de l’économie de marché locale, la vraie galette-saucisse n’a rien de nutritionnellement correct ! Au risque de choquer les membres de la communauté homosexuelle, on peut même affirmer que c’est pas du fast’foude de tafiolle.

Si, comme moi, vous voulez bien faire des efforts pour pas être snob mais pas de trop près quand même, vous observerez que sa consommation en public a l’immense avantage de tenir à bonne distance les bobos ordinaires, les électeurs de la gôche bien-pensante et surtout les anti-mondialistes les plus obtus.

Je suis du reste prêt à échanger les œuvres complètes de Tocqueville contre celles de José Bové avec celui ou celle qui me fera goûter une vraie galette-saucisse certifiée sans OGM ou officiellement labellisée « commerce équitable »…

 

Zy-va fé tourner…

Commentaires

C'est quoi la différence entre la galette saucisse et la brat-würst (Mit Curry senft bitte ! )

Écrit par : JPO | 19/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu